AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 " RE, à l'aube des révolutionnaires "

Aller en bas 
AuteurMessage
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 17:37



Le monde a fort changé ces dernières années et c'est après cet immense laps de temps que tu te réveilles enfin. Ton entourage n'est plus le même et tu vois ton ancien monde s'écrouler. Tu te retrouves chez les RE qui est une association qui s'est ligué contre l'A.T.S qui menèrai des expériences louches... Entre pertes et découvertes, amitié et amour et soumission et révolution, le monde semble entre les mains d'un camp, lequel ?



Une nouvelle histoire en plein coeur de l'action qui te tiendras en halène ! Le monde t'attend et je ne compte pas te laisser affronter cela seul ! Découvre dans cette histoire le lien qui nous unit et plonge avec moi dans les péripéties de RE ou les Révolutionnaires Éveillés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 17:45

Chapitre 1 : l'Eveil


Le début d'une nouvelle air ...

La société change quand des progrès et des sacrifices sont effectués. C'est ce qu'il s'est passé en 2030 alors que le monde courrait à sa perte. L'homme a détruit une bonne partie de la Terre et pour gagner du temps, et trouver une autre planète habitable, l'humanité s'est tourné vers la technologie. L'A.T.S a alors été créer dans un but de gérer le monde. Chaque pays comporte un siège de l'A.T.S et le pays fonctionne en fonction de ce siège, qui établi les lois qui lui semble bon pour bien commun. L'homme pour la plupart des travaux à été remplacer par la machine, grâce aux avancés fulgurantes de la technologie. Le monde s'est transformé et peu de gens ont pu être là pour le voir et pourtant. Plus loin, hors de la périphérie de Ega, une métropole du pays, se trouve des endroits non utilisés. La route blanche réagissant avec les micro-capteurs des voitures ,volant à 3 centimètres du sol, ne se continuent pas partout et c'est là-bas que tu te trouves , sans que tu ne sois vraiment au courant. La ville automatique est bien loin , mais ce n'est pas pour autant que l'endroit est désert. A une bonne dizaine de kilomètre de la périphérie se trouve une ancienne ville abandonnée et désinfectée qui n'a pu subir comme Ega la digitalisation. Ce manque de ressource pour être au dernier cri lui a causé sa perte et maintenant, elle n'est qu'un vague projet futur pour une destruction totale pour mieux la reconstruire.

* * *

-Depuis quand son esprit a t-il commencé à réagir ?

Une femme en chemise blanche vient de faire son entrée dans la pièce du laboratoire 1, appelé aussi ReBorn. La dame de la trentaine, Mme Tsukami Aori, observe un bloc note en jouant nerveusement avec le bic dans sa main droite. Ses cheveux noirs tombent devant ses yeux sévères alors qu'elle lit les quelques mots écrit sur la paperasse. Sa silhouette élancée la fait passer pour une très belle femme même si son apparence ne colle plus avec sa personnalité. Cette jeune femme que la vie à priver. Mme Aori n'a pas eu la vie facile et de ce fait, elle se referma vite derrière une image sociale si froide et si antipathique. Quoiqu'il en soit, en ce moment, l'asiatique d'origine, a le regard tourner vers un de ces immenses contenantes noires, renommé BeBox. Ce sont comme des immenses cercueils noir en métal , orné de ligne bleu métallique qui sont relié à une source d'énergie. Cette même énergie d'ailleurs traverse tout le conteneur, laissant comme le sang monté au cœur pour que celui-ci puisse se nourrir et vivre encore et encore. Pourtant, pour le cas de la BeBox 3, le bleu s'est éteint comme si la flamme de la vie était fatigué de traverser tout le système pour aller iriguer le cœur. Heureusement que ce signe voulait dire exactement le contraire.

-Dix minutes. Elle rêve depuis un moment. Ce n'est pas un cauchemar, aucune accélération du rythme cardiaque. Docteur McCarty a supposé son plein éveil entre cinq à dix minutes.

La petite voix de Agna Dvechna prouve que son poste d'assistante n'est pas sûre. Enfin à ses yeux. Cela fait maintenant que Mademoiselle Dvechna travaille ici, et tout le monde trouve le travail qu'elle fait. La jeune apprentie de vingt-et-un ans seulement a la sale manie d'être maniaque mais cela l'aide dans son travail, puisque cela lui permet de garder une certaine minutie , qui est importante pour le tri des dossiers. Ses cheveux  bruns attachés dans un chignon serré ne font que ressortir le côté droit de son comportement. Cela se marque aussi de ses ongles parfaitement manucurés jusqu'à sa tenue sans aucun pli surplus.Elle pince les lèvres alors que Mme Tsukami a l'air en grande pensée, son regard noir tourné vers numéro 3.

-D'accord. Transportez là vers la salle de réveil. Dès son réveil, laisser la reprendre conscience correctement. Poser lui ensuite les questions habituelles.

Est-ce qu'on le prévient ?

-Faite ce que vous voulez, ce n'est pas mon problème.

Elle dépose le carnet sur la petite table métallique grise à côté du BeBox3 et part, tournant ses talons de manière rude face à la pauvre novice dans un désarroi total. L'ingénue réfléchie alors un moment, se mordillant nerveusement la lèvre inférieur, le coin droit déjà gercer à force de s'arracher les peaux de ses lèvres à l'aide de ses dents d'un blanc extrême. Elle quitte alors aussi la salle, laissant d'autre scientifique s'occupe de ReBorn. Plusieurs hommes de la science regardent de BeBox identique à celle qui à attirer l'attention il y a juste un instant. Tout ces hommes et ces femmes sont là pour surveiller ces BeBox jusqu'à la face de l'éveil qui peut être demain ou dans cinq ans.

*
Ton esprit vient de faire s'évanouir ton rêve. Tu ne t'en rappelles déjà plus, mais tu sais que ton subconscient t'a montré des images alors que tu dormais. Tes yeux ne s'ouvrent pas ,alors que tu n'as qu'une envie, te lever. Mais ton corps est engourdi. Tes bras sont allongés le long de ton corps ,qui est comme inerte, posé à l'horizontal sur une surface froide mais pas désagréable, sans pourtant être confortable. Tes doigts arrivent à bouger et quand tu tentes de renouveler l'expérience avec tes membres inférieurs, tu constates vite que ceux-ci sont figés, n'autorisant aucun mouvement.Pourquoi est-ce que tu ne peux pas bouger ? Pourquoi est-ce que ton corps refuse de se mouver ? Tu n'as pas le temps de penser à cela ,qu'un changement d'environnement s'opère autour de toi. Malgré tes paupières closent, tu sens une lumière plus intense te baigner, comme si tu étais sorti d'un coup des ténèbres. Tu entends alors des voix, mais ne parvient à distinguer les mots qui se disent. Ton esprit embrouillé ne comprends pas ce qu'il se passe, et ta nervosité commence à prendre le dessus, accélérant ton rythme cardiaque.

-Elle va bientôt se réveiller... fit la voix d'une femme.

-Il serait temps... murmure une voix masculine douce.

Ton cœur se serre à l'entende de sa phrase, mais plus particulièrement au timbre de sa voix, tu le connais. Qui que ce soit, sa voix ne t'es pas inconnu. Tu réunis alors toute la force de ton corps pour ouvrir les yeux au moins et tes prières sont exaucés. Un plafond blanc aveuglant se tient devant toi , jusqu'à ce que sa vue soit caché par le visage extrêmement proche d'un garçon. Ses cheveux noirs tombent vers toi et ces deux petites billes nuits s'ancrent dans ton regard. Tu es captivé par le jeune homme dont les joues rondes et blanches laissent apparaître une petite place pour des fossettes , naissant lorsque le coin de ses lèvres se dressent sur son visage.

-Enfin réveillé Manon ! Sourit-il.
(c) sweet.lips






Dernière édition par Lee Jihoon le Jeu 19 Juil - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 17:52

Chapitre 2 : REveil


Bienvenue dans le monde réel !

L'environnement autour de toi est blanc. Un blanc immaculé qui t'aveugle tant il est pure et fort. Ton corps allongé se relève et tes yeux passent sur le contenant dans lequel tu es maintenant assise. À côté de toi, debout se trouve un jeune homme et une jeune femme. Le jeune homme est le premier visage que tu as vu en te réveillant, ce visage si harmonieux et lumineux. L'adolescent te sourit faiblement et sa- posture droite se tient à tes côtés , te zyeutant avec une pointe d'inquiétude, même si de la joie se lit sur son visage. Derrière se trouve une jeune femme dont le chignon brun est relevé trop haut à ton humble goût. Elle tient en main un petit carnet qu'elle rempli à l'aide d'un bic. Elle lève de temps à autre la tête vers toi, puis après avoir raturer une partie de sa feuille, elle s'approche de toi et du garçon. Elle regarde tout ton corps et tu fais pareil, te demandant ce qui peut tant l'intriguer. Tes vêtements sont magnifiques et aucune froissure ne vient se glisser dans le tissu. Ils cachent des membres qui n'ont pas bouger depuis trop longtemps même si tu n'es pas vraiment au courant de cela. La dame brune remonte alors son regard et vient ancrer ses prunelles dans les tiennes avant de te sourire.

-Bonjour, Manon c'est ça ? Je suis Agna Dvechna, apprentie en médecine chez ReBel, enchanté.

Manon, oui c'est vrai, c'est ton prénom. Tu hoches la tête et réponds un petit oui, ta voix sortant de ta gorge après tant d'années. Agna a l'air d'une jeune femme gentille. Sa peau blanche est marqué en dessous des eux par des cernes qui montrent son dur labeur et ton regard se cale sur son calepin. Apprentie en médecine ? Pourquoi une telle personne se trouve-t-elle à tes côtés ? Voyant que tu ne comptes pas en dire plus pour le moment, la demoiselle continue de parler avec un léger sourire pincé, mais inoffensif.

-Tu as passé un long moment dans le noir, mais je suis ici pour t'éclairer. Nous sommes en 2118. Ton corps a été cryogénisé en un peu avant 2030 et est resté dans un état de léthargie complet pendant plus de 80 années.Ici, dans l'établissement ReBel, tu es en sécurité. Le moment a fort changé dehors , mais entre ces murs tu n'as rien à craindre. Je sais que cela fait beaucoup d’événements et je ne te demande pas de tout comprendre maintenant. Ici, tu as les informations basiques. Le reste de tes questions sera répondu quand tu seras plus apte à parler. Comme tu as été cryogénisé depuis un long moment, je vais devoir te faire passer une batterie de test pour m'assurer de ta condition physiologique et physique. Tu veux bien ?

Pour être franc, il y a avait beaucoup trop d'informations pour que tu ne puisses rebondir sur ce qu'elle disait, mais tu as capté le principal et hoche la tête , ne voyant aucune once d'hostilité chez la femme.

Tu as passé plus de 80 ans à dormir dans une boîte à chaussure alors que le monde a changé. Attend et ta famille !? Tes amis ?! Ton regard affolé se plante dans la première paire d'yeux que tu croises et il s'agit de ceux du jeune homme , dont le prénom t'es encore inconnu. Il t'observe avec une persistance dérangeante, mais pas forcément malsaine. Son regard comme un magnet attire ton attention et tu le fixes aussi, te perdant un instant dans ses billes noisettes. Ton cœur reprend soudainement un rythme rapide à la pensée de tes proches. Tu demandes alors au jeune homme qu'en est-il de tes proches et il fronce les sourcils avant de relâcher ses épaules tendues. Il passe une main dans ses cheveux et se mordille la lèvre inférieur, comme nerveux des mots qu'il va employé.

-Tes parents sont morts... et ta famille aussi... Ils n'ont pas survécu.. Je sais que la BeBox de ta meilleure amie n'a pas été retrouvée, où du moins elle n'est pas ici. Je n'ai pas de nouvelle de tes amies par contre... Désolé.. Mais je suis là...

Tu le regardes attentivement. Son visage étrangement familier te fixe, creusant presque un trou en toi tant son regard est perçant. Dans cette contemplation de sa personne, tu en profites pour cerner un peu le personnage. C'est un garçon qui a l'air assez jeune. Il est plutôt petit et ne doit pas dépasser le mètre soixante-cinq. Il porte un pull noir très large avec une simple inscription typographique en blanc dessus. Son pantalon est noir et s'arrête un peu avant la cheville, la laissant apparaître pour montrer sa structure et finesse. Il a des cheveux noir dont la mèche est mis sur le côté gauche, dégageant la partie droite de son visage. Ses lèvres légèrement pulpeuses et roses sont entrouvertes et il est possible, si on plisse les yeux, de voir le bout de ses dents qui ont l'air si petites qu'elles ressemblent à des dents de lait. Une fois que tu as fini de t'arrêter sur chaque détail, ton regard le jauge encore une fois, puis se concentre sur son visage. Tu ne sais pas quoi dire, et l'utilisation de ta voix en ce moment te parait limité. Comme si les années de silences avaient éteins tes cordes vocales. Tu penches la tête et fronce les sourcils à ton tour. Tu le connais, sa voix, son visage , il ne t'est pas étranger et tu sais à sa manière d'interagir avec toi qu'il t'es proche. Pourtant, tu as beau chercher, tu n'arrives pas à te rappeler de lui, ou même de quelques choses d'autres.

-Je te connais ?

La phrase est sortie toute seule de tes lèvres. Trois petits mots qui ont stoppé ton cœur lorsque tu l'as vu faire la moue. Pas besoin de mot, oui il te connaît mais d'où. Est-ce qu'il est médecin aussi ? Non, sinon il porterai cette même blouse que la jeune femme de toute à l'heure. Il sourit et un petit rire très léger enrobe la pièce. Qu'est ce que tu as dit de marrant.

-Lee Jihoon ! Désolé.. Je ne me suis pas présenter ! Ne t'inquiète pas ! Je vais t'expliquer tout ce qu'il y a à savoir sur ReBel, mais avant cela , je vais te conduire à la salle de tests. Comme te l'a dit Agna, tu dois passer quelques examens maintenant que tu viens d'émerger de ton sommeil, Belle-aux-bois-Dormant !

Encore une fois, tu hoches la tête et regarde autour de toi , pour remarquer que cette Agna n'est plus là. Tu te demandes si elle a quitté la pièce à l'instant, ou si ta conversation avec le jeune garçon l'a fait fuir. Quoi qu'il en soit, tu vas aller la retrouver pour passer cette auscultation.

***

-Vous savez ce qui est beau Jessi ?

Madame Wang, une coupe de vin en main, regarde par l'immense fenêtre qui fait une bonne partie de la façade. La vue sur Ega depuis le dernier étage est fascinant. Pas juste le paysage, non bien plus. Cette femme de pouvoir, qui est la dirigeante de l'A.T.S sirote aisément son breuvage depuis sa tour d’ivoire. Ses soixante années d'existences se marquent dans des rides faciales présentes un peu partout, mais surtout au niveau de ses yeux , où là des pattes d'oies viennent casser le trait eye-liner qu'elle tente toujours de se mettre chaque matin après avoir bu son café noir. Jessi, la secrétaire de la vieille peau tourne son regard aussi vers la fenêtre et répond qu'elle ne sait pas ce qui est beau, sachant très bien que sa supérieur ne va pas s'arrêter juste sur la beauté simpliste d'un paysage.

-Ce qui est beau ,ce n'est pas seulement cette vue. C'est cette organisation si bien huilée. Cette société est maintenant à la pointe.Et pourtant, il faut les éliminer...

-Nous avons trouvé une troupe R.E en infiltration dans la ville.

-Tués ?

-Non, en laboratoire, madame.

-Bien... Je veux tout savoir.
(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 18:35

Chapitre 3 : Questions


réponses absentes


Qui ? Quoi ? Comment ?

La cabine dans laquelle tu te trouves est assez étroite , mais assez large pour que tu puisses vite te changer. Jihoon t'a amené dans la partie du bâtiment où les tests se font. Pour que tu passes les examens , on t'a demandé de te changer dans une robe d'hôpital bleu-verte, pas forcément agréable à regarder. Néanmoins tu l'enfile sans te poser trop de questions, voulant finir ses tests au plus vite. Tu retires tes vêtements que tu as porté pendant une éternité et enfile les vêtements de rechange qui t'ont été donné. Ta peau face à l'air frais du monde extérieur frissonne légèrement. Cette sensation est si douce, c'est agréable de ressentir cela. Tu souris en te disant que le vent doit être encore plus appétissant à sentir et tu te questionnes sur le temps que tu vas passer ici. Est-ce que tu pourras sortir ? Est-ce que tu es coincée avec des gens que tu ne connais pas ? De toute façon, tu n'as même plus de famille. Tu baisses la tête soudainement. Tes yeux sont fiévreux et tu sens les larmes serrés ta gorge qui d'un coup est devenue si étroite qu'elle ne laisse qu'échapper quelques sanglots étouffés. Pourquoi sont-ils mort ou plutôt pourquoi toi tu es encore en vie ? Tu ne te rappelles pas de leurs morts... Était-ce avant que tu sois cryogénisée ? Tes joues maintenant chaudes et humides , laissent rouler sur leur long des larmes que tu ne sais contrôler. Ton corps fébrile a froid et ce n'est pas parce que tu n'as pas encore enfilé ta robe. Non, ce froid provenant de la tristesse, de l'amertume de les laisser derrière, de les abandonner... Tu sors de cet état que tu trouves pathétique lorsqu'un bruit résonne. Quelqu'un vient de frapper contre la porte blanche de ta cabine.

-Tu es prête ?

C'est la voix du garçon de tout à l'heure, Jihoon. Tu te dépêches d'enfiler ta robe et enlève vite ton pantalon. Avant de sortir de la cabine sans un mot. Tu lances juste un bref regard au garçon qui passe sa main dans ses cheveux, les yeux empli d'une inquiétude qu'il n'ose te faire part. Il te propose de le suivre pour rejoindre madame Dvechna. Tu parcoures des couloirs blanc et vert, comme un vieille hôpital donc les artisans du carrelage n'avaient aucune envie d'être moderne. L'endroit te paraît immense et tu prends le temps de réfléchir à tes parents. Tu tentes comme tu peux de te rappeler d'eux. Mais aucune images ne te vient en tête. C'est comme si ils avaient été effacés de tes souvenirs, que ton esprit niait leur existence et te voilà à pleurer des fantômes. Les larmes refont surface dans ta gorge, mais tu les ravales vite, ne pouvant les montrer aux autres, tu es plus forte que cela non ... Tu prends une grande respiration. Rien ne sert de pleurer, il suffit de demander au jeune homme qui a l'air de te connaître. Peut-être sait-il ce qui est arrivés à ta famille. Alors que tu entrouvres tes lèvres pour parler, il va plus vite que toi et te présente la salle de tests. La porte blanche qui vient de s'ouvrir sous la main de Jihoon, dévoile une pièce immense avec une dizaine de personne en blouse blanche. Tu arrives facilement à reconnaître Agna lorsqu'elle s'approche de toi avec un sourire bienveillant. Avant de retourner ton attention sur elle, ton regard flotte sur la pièce dans laquelle tu es. Il y a plus loin un espace avec des tapis de sport et toute une panoplie d'ordinateurs autour. Aussi, à côté se trouve des boîtes comme tout à l'heure. Celle dans laquelle tu es restée coincée pendant si longtemps. Enfin, plus loin, se trouve une porte qui mène à une pièce contenant un scanner. Ce sont ça les tests ?

-Manon ?

La voix d'Agna te sort de tes pensées et tu te tournes vers elle , méfiante dû à ce que tu viens de voir.

-Nous allons procéder à un test physique et un scanner. Après, je poserais quelque questions une fois que tu seras installé dans la BeBox, mais...

-BeBox ? Demandes-tu avant qu'elle ne puisse finir sa phrase.

-Jihoon t'expliquera tout en temps voulu, mais si tu veux déjà savoir, la BeBox est l'énorme boîte dans laquelle tu as été cryogénisée, rien de dangereux,ne t'inquiète pas. Comme je le disais, avant tout je dois te prélever un peu de sang, tu es d'accord ?

Tu fronces les sourcils , ayant toujours détester les prises de sang pour tu ne sais quelles raisons. Tu n'arrives plus à savoir pourquoi tu n'aimes pas cela. Tu as beau chercher au plus profond de toi, tu ne vois pas pourquoi tu es contre cet acte médicale. Le simple fait de ne pas savoir te rend confuse. Qui es-tu ? Qu'est ce que tu aimes ou non ? Qui sont tes amis et ta famille ? Non, encore trop de questions ! Ton cœur s'emballe,alors que tu le sens battre dans tout ton corps , comme un immense orchestre qui s'est mis en route pour jouer la plus bruyante des symphonies n'ayant jamais existé. Alors que ton regard fixe le vide, tu n'as pas vu s'approcher de toi deux personnes assez massives. Elles viennent se mettre de part et d'autre de toi, et tu réagis lorsqu'elles t'empoigne les bras. Tu cries et commences à te débattre en regard Agna qui te regarde d'un air désolé, te disant que même si tu ne veux pas , la prise de sang est primordiale. Tu soutiens son regard alors qu'on lui apporte sur un plateau d'argent un tube avec un capuchon blanc. Elle s'approche de toi et pose le tube sur ton bras nu. Tu ne ressens rien , mais tu peux voir ton sang être aspirer dans le tube. Le capuchon change alors de couleur devenant vert , et la jeune femme retire le tube. Elle sort un petit parfait, et repose le tube sur la plateau d'argent avant qu'une personne l'emporte plus loin. Les deux personnes te lâchent et partent aussi et ton regard défiant s'ancre dans celui d'Agna. Elle n'y prête nullement attention et te demandes de la suivre vers les tapis. Une main se pose sur ton épaule et tu te dépêches de l'enlever en te tournant brusquement, surprenant le propriétaire.

-Désolé.. Eh.. Tu sais, elle n'est pas méchante. Elle fait juste son travail. Je peux t'assurer que personne ne te fera du mal.


«Je peux t'assurer que personne ne te fera du mal Manon ! Ton père et moi allons te protéger ! Ils ne t'auront pas ! Manon ! »

Ta tête tourne pendant un instant et lorsque tu reviens à toi tu manques de tomber. Les mains de Jihoon viennent se poser sur tes hanches et te soutiennent fermement. Son regard soucieux te zyeute et il te demande avec tout le concerne du monde si tu vas bien. Tu hoches simplement de la tête et revois dans ton esprit ce moment qui te reviens. Tu as cru voir ta mère.. Était-ce elle ? Ton prénom est encore appelé par Agna et tu te diriges vers les tapis de sports.

-Après plus de 80 ans dans la BeBox, tes capacités physiques ont dû s'endommager. Nous allons juste vérifier dans quel état tu te trouves. A partir de cela, un traitement te sera donner, pour que ton corps puisse récupérer toutes ces capacités.

Tu hausses les épaules et quelques personnes s'approchent de toi pour déposer sur ta peau des électrodes , dont la froideur te surprend. Une fois que tu es apprêtée, tu montes sur le tapis , le premier test peut commencer.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 18:39

Chapitre 4 : Fragment 1


La rafle...

On te demande de marcher sur le tapis en premier et tu rigoles tant tu trouves cela stupide Tu t'exécutes alors et mes pieds défilent sur la carpette automatique. Malgré les regards sur toi des différents hommes et femmes en blouses blanches, tu marches à ton rythme, un rythme normal, pas trop rapide ni trop lent. Agna se tourne alors vers toi et te demande de courir petit à petit, sans brusquer trop les choses et de faire lorsque tu te sens d'attaque comme elle le dit. Tu hausses les épaules et commences à trottiner doucement, mais voyant que tu sais le faire, tu augmentes vite la cadence.  Mais bizarrement, ta vue commence à se brouiller et tes jambes sont lourdes. Tu as l'impression que ta tête pèse une tonne et que tes épaules ne la supporteront pas très longtemps. Ton cœur bat si fort que tu le ressens dans tout ton être qui commence à s'exténuer. Tes mouvements comme devenu automatique continuent sans ton accord et ta vision floue fait se dérober le sol sous tes pieds avant que le noir t'engloutisse. [...]Tu es entourée d'une pénombre dans laquelle tu as l'impression d'avoir été soudainement enfermée pendant si longtemps.

-Manon dépêche-toi ! Lève toi moi ange !

Il y a de l'agitation autour de toi. Tu te lèves brusquement de ton lit alors que ta mère te secoues pour te réveiller complètement. Ses traits sont empreints d'une panique sans nom. Ses cheveux ébouriffés tombent devant ses yeux et  elle t'aide à te lever en ne cessant de te répéter qu'il faut y aller, ne pas rester ici, c'est bien trop dangereux. Tu lui demandes plusieurs fois ce qu'il se passe, pourquoi il faut que tu quittes ta maison, mais non aucune réponse. Tout ce que tu entends ce sont le cri d'homme qui comme à la chasse crient lorsqu'ils repèrent le gibier à abattre. Tu es cette pauvre bête traqué par une horde d'individu et tu ne sais pour quelle raison ta vie est en danger. Ta mère ,la main dans la tienne , te sort de la maison avant de s'engouffrer dans la voiture et de démarrer le contact. Quelques balles perdues frappent la carrosserie dans un bruit strident qui t'effraye. Les pneus grincent sur la route qui subit la précipitation dont tu fais preuve , alors que ton père n'hésite pas à forcer sur la pédale. Ta soeur a prit ta main pour la serrer dans la sienne. Elle n'est pas rassurée comme toi, mais elle veut que tu sentes que quoiqu'il arrive , elle est avec toi. Oui tu as des parents et une sœur . Tu te souviens même de leur prénom et des choses qu'ils aiment. BAM ! Une balle transperce la paroi métallique du véhicule et d'autres tirs se font entendre. Ton père jure alors qu'il crache qu'ils ont touchés un pneu. Il quitte alors la route tracé pour slalomer entre les arbres d'une petite forêt qui sépare votre ville à la voisine. Le véhicule devient alors une bête féroce que ton père ne sait plus contrôler et aucune commande ne répond plus. L'animal sans pitié se dirige entre les arbres, mais celui juste devant vous est inévitable et un cri résonne alors que la voiture se fracasse contre l'axe de bois. Ton corps a été envoyé violemment en avant,mais a été de justesse arrêté dans sa lancé grâce à la ceinture de sécurité que tu détaches assez vite alors que tu vois tout le monde faire pareil. Tes parents te pressent ,toi et ta sœur , à sortir et à courir le plus loin possible et le plus vite sans vous arrêtez. Ton cœur s'arrête un instant et tu regardes avec effroi tes paternels en leur demandant pourquoi ils restent là. Effectivement, ils ne bougent pas et ont l'air d'attendre une mort certaine qui est à vos trousses depuis tout à l'heure. Leur immobilité te laisse toi aussi de marbre mais ta mère t'ordonne de partir. Ton père soutient ses mots et lance un regard à ta sœur pour lui demander en l'implorant de vous sauver toute les deux, de prendre la chance de vivre entre vos doigts pour ne pas que vous soyez étouffés dans une prison ou dans la mort.

-Je peux t'assurer que personne ne te fera du mal Manon ! Ton père et moi allons te protéger ! Ils ne vous auront pas ! Manon, Fany !

-Non...Je ne veux pas..

Mais tu n'as pas le temps de le crier que ta sœur te prend par le poignet et t'obliges à la suivre. Tu n'as plus aucun contrôle sur ton corps et tu ne fais que tracer dans ses pas pressés qui fuient la chasse tel le gibier que vous êtes tout à un coup devenu.

-Il y en a encore deux ici !


Des personnes. Le froissement des feuilles sous vos pieds. Et vous , prises aux pièges d'eux.


[...] Tes yeux sont fermés et tu ressens une peine dans tout ton corps. Tu es allongé sur une surface plane comme lors de ton réveil, sauf que celle-ci est plus confortable puisqu'elle t'offre un oreiller qui te permet de t'enfoncer dans une aisance moelleuse qui n'est pas de refus puisque ta tête souffre de petit lancement douloureux qui embrouillent tes pensées. Tu fronces un peu les sourcils alors que tu ressens cet élan d'amertume à l'arrière de ton crâne et une voix se fait de suite entendre, te demandant si tu vas mieux. Tu lèves alors un peu les paupières pour recouvrer la vue et tu découvres un visage juste au dessus du sien. Il s'agit de Jihoon qui est débout, son visage caressant presque le tien alors que son souffle étreint ta peau d'une chaleur si douce. Ses yeux renferment une inquiétude attendrissante et tu le laisses finir ses phrases pour comprendre plus vite ta situations, n'ayant pas l'envie de faire un effort mental pour te rappeler de tout les événements.

-Tu vas mieux Manon ? T-tu m'as fait peur quand tu t'es écroulé lors du test... Je..

Il se tait un moment et mordille sa lèvre comme si il se retenait de dire quelque chose qui lui pince le cœur à tel point qu'il pourrait en pleurer. Sa main étreint la tienne et tu souris légèrement, même si ce geste te gêne puisque tu ne le connais pas. Pourtant cette sensation ne t'ai pas inconnue. Tu te lèves un peu et il t'aide à t'installer sur la petite banquette blanche sur laquelle tu te trouves. Tu passes une main dans tes cheveux et regarde les alentours. Tu es toujours dans ce laboratoire , mais le lit se trouve dans le fond de la pièce, comme si c'était l'endroit maudit de la salle.

-Tu... te sens prête à continuer ? Je peux demander à Agna de reporter tes tests !
Tu secoues la tête et lui sourit. Un sourire chaud et rassurant qui est censé apaisé le jeune homme, mais le pli sur son front ne part toujours pas.

-Ca va allez ! Je me sens déjà mieux tu sais. Je pense que je peux continuer !

Ses yeux soucieux t'examinent et il en vient à une conclusion mentale puisqu'il souffle un peu avant de te sourire.

-Tu as toujours été du genre à te surmener... Je vais appeler Agna pour qu'elle voit la suite avec toi, je reviens vite Misang ! Eh..je ..je veux dire M-Manon !

Tu n'as pas compris le mot qu'il t'a dit, mais visiblement cela le met mal à l'aise à tel point que ses joues rondes et tracés ont prit une teinte amarante. Il s'éloigne et tu te retrouves seule avec tes pensées l'espace de quelques secondes à peine, ne te donnant pas le temps de penser à tout ce que tu as vu lorsque tu t'es évanouie. Agna de son air le plus rassurant s'approche alors de toi carnet en main, et Jihoon à ses côtés.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 18:44

Chapitre 5 : Le scanneur


Suis-je seule ?

La jeune femme souriante s'approche de toi et se plante devant toi, Elle te regarde de haut en bas puis plonge son regard dans le tien, avant de te parler sur un ton doux et rassurant.

-Tu t'es réveillée... Ton test a été.. difficile comme tu peux le voir. Ta condition physique a fortement chuté malgré la cryogénisation. Des repas personnalisés ainsi que des compléments alimentaires te seront donnés. Après un ré-équilibrage alimentaire pour que tu puisses donner des forces à ton corps, tu t’entraîneras avec tous les autres aux conditions physiques requises pour rester ici. Tu es une RE donc ta place est ici, si tu n'es pas d'accord, tu peux très bien partir. Enfin , tout cela est pour plus tard. Pour le moment je veux juste savoir si tu es prête pour passer le reste des tests.

Elle s'approche alors de toi, tenant dans sa main délicate une sorte de tube semblable à celui de la prise de sang, sauf qu'il est plus petit et plus rond aux extrémités. Au centre de celui-ci, il y a un petit écran digital bleu électrique qui marque OO°. Agna passe l'objet devant toi, avant de le poser sur ton front. Tu sens d'un coup le haut de ta tête devenir froid ,comme si le cylindre aspirait ta chaleur corporel. De plus, ta peau est un peu aspiré par la chose. La jeune femme chuchote que tu as une bonne température et une bonne pression sanguine et dépose l'objet sur un plateau en argent tenu par une personne à côté d'elle, qui s'éclipse aussitôt l'objet posé. Agna affirme que tu es prête pour la suite, mais ton regard est captivé par Jihoon qui fronce les sourcils.

-Elle ne peut pas se reposer un peu ? Je veux dire, si sa condition est si faible , autant remettre les tests !

Le jeune homme a dans sa voix une inquiétude qui te fend le cœur et tu vois ces yeux tremblant s'ancrer dans ceux de la scientifique. Celle-ci sur son visage impassible pince les lèvres.

-Je veux au moins faire le test psychologique... Dit-elle avec un sérieux presque effrayant. Tu n'auras pas beaucoup à faire, juste t'installe dans une machine , ça devrait aller ,non ? Te demande -t-elle se se tournant vers toi pour observer ton visage qui hoche lentement la tête.

-Comme tu es d'accord, elle te sourit et te tend la main. Tu hésites un peu à la prendre, comme le regard inquiet et persistant de Jihoon s'ancre en toi.

-Ne t'en fais pas ! Je le sens bien ce test,dis-tu en posant ta main sur son épaule.

Son regard n'arrive pas à cacher son appréhension malgré ce faible sourire sur ses lèvres pincées dans une ligne droite. Tu prends dans ta main celle de Agna et la suit. Elle te guide dans une petite pièce où se trouve une immense machine à la verticale , te faisant pensé au scanner d'un vieux dessin animé, qui permettant de se virtualisé dans des mondes électroniques.

-Tout ce que tu as à faire c'est suivre ton instinct à l'intérieur de cet appareil. Tu vas vivre les derniers souvenirs que tu as eu, ce qui va nous permettre de savoir ton état psychique actuel.
Tu mets un pied incertain dans l'immense tube de fer et une fois que tu es mise entièrement à l'intérieur de l'engin, les portes se referment lentement sur le visage préoccupé de Jihoon.

-Tu ne lui as pas dit que ça pouvait encore plus la fatigué que toutes épreuves physiques...

-C'est un risque , mais ce n'est que dans de rare cas, alors ferme-la et laisse moi faire mon boulot.

[...]Les portes s'ouvrent et tu découvres devant toi une forêt. Cet endroit... C'est la forêt dans laquelle tu as couru avec ta sœur. Tu avances dans le tas de feuilles mortes qui jonchent le sol, t'aventurant sans vraiment savoir où, dans une direction qui attire étrangement ton attention, comme si tel un aimant, tes pas étaient poussés à se diriger là. Tu entends alors des bruits et tu t'enfonces encore plus loin dans l'immensité des arbres si haut que leur sommet est presque indiscernable. Le soleil est sur le point de se coucher et ton ombre commence à te suivre de près alors que tu t'enfonces dans l'endroit vert. ''Il y en a encore deux ici '' est soudainement crié et tu cours vers cette éclat de voix qui te rappelle ce fragment de souvenir brisé. Tu te mets à courir, et ton cœur s'emballe d'un coup. Dans ta course, tu arrives enfin à voir que sur le terrain d'en bas, tu cours avec ta sœur. Elle te tient toujours par la main et vous êtes suivies par des personnes. Hélas , bientôt un cercle se forme autour de vous et à tes côtés tu peux voir une personne armée se tenir. Tu la reconnais de suite et ta respiration se coupe. Pourquoi est-ce qu'il est là... Tu tournes alors tes yeux vers les deux silhouettes et vois un homme s'approcher de ton ancien toi et de ta sœur. Tu cries aux deux filles de s'éloigner mais rien, elles ne peuvent t'entendre et soudainement , elles tombent au sol. Des larmes coulent sur tes joues et tu sens une impuissance immense prendre sur tout ton corps. Tu ne peux rien faire à part te regarder kidnapper par une troupe d'inconnu. Deux personnes vous portent comme des lourds sacs qu'ils posent sur leur épaule et ils partent. Non.. Non ,non non ! Ça ne peut pas se finir comme cela ! Tu te laisses tombé au sol, tes genoux souffrant soudainement des bouts de branches et des autres crasses qui traînent à terre. Si tu étais partie un peu plus tôt, peut-être que vous auriez pu leur échapper .. Peut-être que Fany serait toujours à tes côtés... Peut-être que rien de tout ça.. rien de tout ça ne serait arrivé... Alors que des larmes tombent entre l'herbe et la mousse déjà humide, tes yeux se ferment et ton corps , comme épuisé se laissent tombé.

Ton corps debout repose contre les portes métalliques qui se glissent devant toi pour s'ouvrir. Un peu de fumée sort, et dès que le tube est ouvert, tu te laisses tombée, ne pouvant tenir sur tes deux jambes, sans pour autant perdre conscience. Deux bras viennent te rattraper et Jihoon plonge son regard dans le tien, te demandant si ça va.

-Lâche moi... Murmures-tu en tentant de te défaire de son étreinte. Tu étais là... C'est toi qui nous a capturé dans la forêt. Ma famille est morte par ta faute...

Son étreinte faiblit et tu arrives à t'en défaire avant de te lever en t'appuyant sur la machine de laquelle tu viens de sortir. Tu le regardes lui qui est au sol et il ne dit rien. Son regard s'ancre dans le tien et il passe une main dans ses cheveux noirs avant d’entrouvrir légèrement ses lèvres.

-Je ne suis pas responsable de la mort de tes parents.. Et on ne t'a pas capturé. Je peux tout t'expliquer, mais ça fait beaucoup d'informations en une fois. Tu es sûre que tu veux savoir ?

Tu hoches la tête et le regarde toujours avec une certaine défiance dans le regard.

-Je veux connaître la vérité. Restez dans un mutisme alors que je viens de me réveiller, non merci.

-Alors allons-y...

Jihoon se lève. Son regard n'est plus le même. Cette compassion de tout à l'heure est partie, remplacé par un sérieux et un air grave qui te fait légèrement flanché. Il quitte la salle et tu regardes une dernière fois Agna qui te fait un signe que tu peux partir. Tu la salues alors et pars suivre le jeune homme à l'expression maintenant critique.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 18:48

Chapitre 6 : Ils l'ont eu...


Ceux qui partent, ce qui reste

Tu emboîtes les pas de Jihoon et tu le suis à travers des couloirs blancs dont la peinture ne cache pas la faiblesse de la structure qui sert de bâtiment. Même si c'est endroit à l'air de se suffire, tu comprends vite que ce n'est qu'un vieux bâtiment restauré qui ne dura pas longtemps vu les fissures sur les murs et le plafond. Tu regardes un peu partout , mais ton regard revient systématiquement sur le dos de Jihoon qui s'éloigne à chaque pas que tu fais, te rapprochant de lui qui à l'air maintenant si distant ou du moins sérieux. Après de nombreux couloirs traversés, il s'arrête devant une porte qu'il ouvre pour toi. Tu rentres alors dans une petite pièce qui est surélevé et dont la vitre montre l'étage en-dessous.

-C'est un ancien hôpital. La pièce que tu vois en-dessous était une salle d'opération qu'on a ré-aménagé pour nos réunions.

Il s'approche de la petite vitre et baisse les yeux. En bas, il y a quatre personnes toutes debout autour d'une immense carte posée sur une table toute aussi grande. Il y a plein de trait aux marqueurs et d'inscriptions qui te sont impossibles à déchiffrer de là où tu es. Dans la pièce , il y a trois hommes et une femme. C'est triste qu'il n'y ai qu'une femme, penses-tu alors que tu poses ta main sur la vitre étonnamment chaude.

-Nous sommes l'association ReBel,composés de ce qu'on appelle les Révolutionnaires Éveillés. Le monde pendant ton sommeil a fort changé sais-tu... L'A.T.S ou l'Association Technologique de Santé a prit le contrôle du monde. Disons que c'est une association qui fonctionne pour le bien commun.

-C'est bien alors non ? Demandes-tu , comme pour te rassurer que le monde n'est pas si horrible qu'il essaye de t'en persuadé.

Ses lèvres douces lâchent alors un petit rictus et il ferme les yeux un instant, comme si il tentait de remettre ses idées en place, ou même de se calmer. Tu as même l'impression qu'une petite veine ressort sur son front et tu pourrait croire qu'il serait énervé. Qu'est ce qu'il y a de mal ? Ton regard doit en dire long, puis que , d'un simple coup d’œil, il comprend que tu ne vois pas le mal dans cette fameuse association et il décide donc d'éclaircir cela pour toi.

-Ca serait bien si pour le bien commun ne concernait pas seulement les plus grosses pointures du monde.. Le monde est tellement connecté que la planète ne pourrait bientôt plus perdurer. Enfin presque.. Forêt, océan, tout a été pollué par les câbles de l'A.T.S .Mais cela ne s'arrête pas à une simple cause anti-pollution pour sauver la planète non, nous voulons aussi sauvez la race humaine.

Tu penches la tête alors que tu ne comprends pas ce qu'il te dis. Tout te paraît tellement iréel. Tout ce que tu as compris c'est que le monde s'est en remis à la technologie, mais qu'est ce qu'il y a de mal si ce n'est que quelque problème naturel. Ca a toujours existé... Tu le regardes d'un œil méfiant , n'étant pas sûre que RE soit bon.

-L'A.T.S fait des expériences sur les êtres humains. Je ne saurais te dire pourquoi mais ils en font. Plusieurs informateurs ont reliés de nombreuses disparitions à ces expériences. Leur secret est si bien gardé que nous ne savons pas exactement ce qu'il se passe entre les murs de leurs bâtiments...

-Ca ne me convaint toujours pas..

Ton ton est sec et ton regard froid. Bizarrement, tu n'arrives pas à lui faire entièrement confiance, comme si quelque chose clochait. Trop de questions en suspend, mais pourtant trop d'informations en une fois.

-Ta famille... C'est eux qu'ils chassaient.

Ces mots te glacent le sang. Le dit-il juste pour te faire réagir ou est-ce vrai. Tu le zyeute de façon insistante et il répète encore sa phrase avec une voix plus grave. Il n'a pas l'air de te mentir et c'est ça qui t'effraie le plus. Ta voix faible lui demande plus d'informations et il te regarde avec une certaine peine, comme si c'était aussi douloureux pour lui.

-C'était le soir de la rafle... C'était sûrement pareille pour toi. Ils sont arrivés et nous ont chassés... Ma famille s'est fait tiré dessus. La première fois que je t'ai vu, tu étais entrain de courir avec ta sœur pour fuir l.A.T.S. Tu t'es laissé faire quand Chanyeol t'a porté et il en était de même pour ta sœur. A partir de là, vous êtes devenues des RE..Mais je ne sais pourquoi tu as oublié après tant d'année de cryogénisation..

Ton cœur bat rapidement et la question au bout de tes lèvres meurent d'envie de les franchir. Ton regard tremblant se fixe sur sa silhouette calme et tu mâchonnes ta lèvre inférieur avant de finalement lui poser cette question « Et ma sœur ?... » Son visage se fige et c'est à son tour de devenir nerveux. Tu peux clairement voir la transpiration se former sur son front immaculé de toutes imperfections faciales. Il se triture alors les mains, pinçant ses doigts de manière étrangement familière.

-Elle... Lors d'une mission... ils..l'ont eu..Même corpulences, mêmes vêtements...  Les espions disent que... c'était le corps retrouvé à l'entrée d'une de nos anciennes planques.

Tu le regardes alors tu sais que les regrets et remords dans sa voix serré ne te mentent pas. Tu le crois et tes yeux s'emplissent d'un beau voile d'eau qui rend ta vision brouillée. Comme un épais brouillard transparent flottant sur l'horizon , ton entourage est soudainement effrayant. Une pluie de gouttes transparentes nait dans tes yeux gonflés et piqués par une surdose d'émotion qui te submerge comme un tsunami qui vient faire ravage sur les rivages les plus calme de la plage. Ton cerveau procède avec toutes les informations qui t'ont été données. Ils seraient les gentils, mais ils ont quand même perdu ta sœur à la guerre si on peut dire ça. La mort...de ta sœur... cette confirmation rend ton corps engourdi et tu te sens paralysé. Comme si un énorme poids pesait sur tes membres endoloris et que celui-ci t'en traîné dans le mutisme le plus complet. Tu ne vois plus grande chose et tu fermes les yeux laissant cette petites gouttes de pluie se déversés silencieusement sur ton visage rougit par la tristesse. Dans cette pluie de mélancolie et cette tempête de sentiment, tu te sens soudainement entourée. Une source de chaleur brûlant comme un feu tentant de réchauffé ton cœur refroidit t'entoure. Et tu es englobé dans un incendie de compassion se consumant pour te soutenir. Les bras de Jihoon sont autours de toi et bizarrement ils ne te sont pas étranger, comme si cela c'était déjà passé. Te complaisant dans cette étreinte qui t'émeut encore plus , tu restes et hésites un moment avant de finalement passer tes bras autour de son torse. Il sourit légèrement,mais ta tête enfui dans son torse ne te permet pas de le voir, à la place, tu le serres encore et encore, formant des plis crispés et désespérés dans son t-shirt, laissant ta douleur parler.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 18:55

Chapitre 7 : le feu, l'eau

le vent


Et les éléments se déchaînent

Comme après la tempête, tes émotions se sont quelque peu apaisées, mais le flot d'émotion réside encore un peu sur tes joues amarantes. Tu es toujours enveloppée dans son étreinte lénifiante, faisant s'envoler tes soupçons qui s'en vont rejoindre ta sœur probablement égaré au ciel après sa mission. Tu t'abandonnes dans ses bras musclés mais fins qui entourent ton corps frêle encore sous l’anesthésie que t'a procuré les nouvelles apprises. Te ne t'éloigne pas de lui, tu as un besoin profond d'être consolée, d'être entourée et cette protection et ce réconfort c'est lui qui te l'offre. Tu laisses tes paupières closes mais celles-ci s'ouvrent soudainement quand la porte de la petite pièce s'ouvre et claque presque contre le mur. Vous sursautez tout les deux, et automatiquement tu te glisses hors de son étreinte. Tu n'oses pas le regarder, sentant tes joues rougir comme si elles venaient de se rendre compte de ce qu'il vient de se passer. Ton regard dirigé sur le sol vacille un peu en remontant une silhouette d'homme de taille moyenne, environ 1m72 à quelques centimètres près. L'homme est typé asiatique et a des cheveux assez court voir même rasé. Il porte une chemise avec un col couvrant son corps. Il porte également des gants et un pantalon coupé par des bottes qui remontent plus aux que ces chevilles. L'ensemble est un uniforme au coloris kaki comme un vêtement militaire sans les salissures du travail et le motif camouflage. Jihoon se redresse de suite, devant plus droit que d'habitude comme si deux barres de fers ont prit place le long de sa colonne vertébrale. Le jeune homme à tes côtés à sur son visage un sérieux encore pire que celui qu'il arborait quand il t'a conduit ici. Qui est cet homme à l'air si autoritaire qui pourrait faire flancher la plus droite des structures d'un bâtiment ?

-Qu'est ce que tu fais ici Lee ? Demande-t-il d'une voix assez froide et rigide.

Ses yeux tels un trou noirs semblent aspirés toutes émotions et tu n'arrives à lire sur son visage aucune expression. Tu peux juste enfin remarqué une petite plaque dorée sur son uniforme ''Général Do Kyungsoo ''. Sa voix autoritaire et rigide te cloue sur place et tu n'es pas la seule apparemment. Jihoon prend un moment avant de répondre. Il humidifie ses lèvres puis réponds enfin

-Je...Je lui montrais la salle d'opération et lui expliquais un peu ce qu'on faisait ici...

-Elle est nouvelle ?

-Oui Sir. Elle vient de se réveiller.

Elle verra mieux sur le terrain, elle part dans deux avec nous pour une mission de récupération. Et cette fois, ne foire pas comme la dernière fois. Je vous veux tout les deux équipés dans deux heures devant la grille.

Tu écoutes avec attention la conversation qui se déroule devant toi. Le général demande a garçon de ne pas se foiré et tu fronces les sourcils. Tu ne sais pas pourquoi , il est si facile pour toi de douter de lui, et les simples mots du jeune homme vont vaciller le peu de confiance que Jihoon avait gagné dans ton cœur. D'ailleurs, il a l'air énervé ou du moins contrarié. Il passe une main dans ses cheveux , les ébouriffant légèrement puis baisse la tête, comme si elle était d'un coup , devenu un poids trop lourd pour ses épaules. L'ambiance est lourde et tu décides de briser le silence, sentant que tu as retrouvé cette petite pointe de courage pour parler.

-Qu'est ce que tu as fait ?...

Ta voix n'est pourtant pas si sûre d'elle. Tu sais que cette question pourrait-être déplacé contenu de la réponse qu'il va te donner, mais l'avidité de savoir et de contrôler ton entourage a prit le dessus. Ton être brûle d'envie de savoir ce qu'il s'est passé, et pourtant tu es déçue quand ton feu n'es pas alimenté par l'air de sa réponse.

-Rien... Il faut se préparer si tu viens avec nous... Je suis désolé d'ailleurs qu'il t'embarque là-dedans.. Il n'a pas le tact... C'est..le général que veux-tu..

-Réponds-moi d'abord ! Je veux savoir pourquoi il a dit ça.

Il te rend ton regard e braise et tourne le regard. Il s'apprête à quitter la pièce, mais d'une fièvre inconnue, tu t'approches rapidement de lui et lui bloque le passage en passant ta main sur le mur, ton bras l'empêchant d'avancer. Ton visage est proche du sien et sa respiration sur ta peau ne fait que danser cet immense flamme qui s'est emparé de ton être. Ce besoin de savoir ce qu'il s'est passé s'est transformé et maintenant tu as juste envie de lui tenir tête. De soutenir son regard comme il le fait avec le tien. De ne pas vaciller comme tu remarques la beauté de ses iris noisettes t'enrobes dans une sensation aussi douce que le chocolat qu'elle représente. Ton cœur bat rapidement et c'est comme si l'air ambiant se taisait pour que la symphonie de tes émotions emplissent la pièce. Les yeux de Jihoon te regarde avec une certaine animalité, qui au fond tu sais est inoffensive. En tout cas, tu as l'impression qu'il ne te fera rien.

-Si j'étais toi papillon , je m'éloignerai.

Son ton a l'air de t'avertir d'un quelconque danger et tu ne comprends. Devant les autres, il est doux, gentil ,tendre et rie qu'avec toi , il peut changer d'humeur comme une girouette au vent. Tu ne sais pourquoi tu as envie de le frapper et de l'enlacer en même temps, tout est confus dans ta tête , pourtant ça e t'empêche pas de lui faire face.

-Et si je ne le fais pas ?

Il te regarde alors et se mordille la lèvre. Ton estomac se noue et tu retiens ta respiration alors qu'il s'approche dangereusement près. Ses lèvres sont presque contre les siennes et comme sous l'emprise d'un sort tu ne peux . Il pose sa main sur ta taille et ne t'attendant pas à ce contact tu frisonnes. Il en profite pour inversé les rôles et ton dos se retrouve contre le mur froid de cette battisse qui tombe en cendre petit à petit alors que tel un Phoenix, RE lui avait donnée une nouvelle vie. Son souffle brûlant caresse ta peau et les étincelles de curiosité et d'excitation pétillent dans tes yeux. Tu ne sais pas ce qu'il se passe, mais tu aimes, tu savoures de l'avoir si près de toi, comme si c'était normal.Tu sais maintenant ce qui est nocif, il t'a suffit de plonger ton regard dans le sien pour comprendre. C'est Jihoon. Tel un pyromane , il ravive en toi un feu qui n'a jamais vraiment été éteint , mais tu ne sais dire quoi. Tout ce que tu sais c'est que les flammes de curiosité et d'envie sont trop fortes et qu'elles brûlent tout ton corps. Sa respiration bouillie sur ta peau incendiaire et vos regards ne se quittent pas. Comme si c'était une bataille , comme si le premier à fermer les yeux allait tirer le coup fatal.

-Pourquoi es-tu encore si loin Papillon...

C'est tout ce qu'il dit. Il s'éloigne alors et te laisse dans cette ambiance qui était si embrasée. Ton corps calciné par sa manque d'action te fait mal. Pourquoi a t-il dit ça ?

-Jihoon ? Je.. suis là pourtant.

Il tourne la tête vers toi et te regarde avec un sourire triste, empreint d'une émotion indiscernable tant elle semble profonde. Ses yeux n'ont plus ce même feux que tout à l'heure, ils sont paisibles, mélancoliques et encore plus lointain que tu ne parais l'être. Il s'avance alors vers toi et son bras se lève. Tu ne sais pas pourquoi, mais instinctivement tu fermes les yeux attendant un touché claquant contre ta peau , mais il n'en n'est rien. Non, à la place une tendre caresse se dépose sur ta joue. Ses doigts effectues un touché porcelaine, doux sur ta chair rougie par la gêne, et peut-être qui sait, un autre sentiment.

-Non.. tu n'es pas là.. Mais quand tu le seras, tu me le diras, promis ?

Ses yeux changent constamment,c'est quelque chose que ton cœur a gravé en lui. Pour savoir ce qu'il ressent il te suffit de regarder dans le plus profond des ses yeux noisettes et tu auras ta réponses. Il est si discernable tel un livre ouvert. Et bizarrement, tu sens que l'histoire qu'il a à te raconter sera la plus belle et qu'il va devenir ton plus beau récit. Tu sens que ses mots vont se transformer en citation que tu chériras dans ton cœur et bêtement sans comprendre sa phrase, tu lui promets, tu lui promets de le prévenir quand tu seras là.

-Merci...

Sa voix est scellé par un sentiment de gratitude qui t'apaise. Ce garçon a le chic d'allumer la passion en toi , comme il peut très bien calmer la plus grosse des tempêtes ou encore apaiser la mer agitée. En fait , c'est un maître de la nature, enfin de ta nature.

-On doit se préparer. Il faut voir quelle est le but de la mission de récupération et nous équipez pour, dit-il alors qu'il met sa main sur la poignée de porte, près à sortir.

Il se stoppe avant d'ouvrir la porte et te sourit

-Tu vas rencontrer l'équipe plutôt que prévu !
(c) sweet.lips


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 21
Localisation : Busan

MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   Jeu 19 Juil - 19:07

Chapitre 8 : Dasos signifie

forêt


aussi soudé que les arbres dans la forêt

Tu ne sais pas vraiment comment prendre ces derniers événements. L'annonce du générale est assez inattendue et, alors que ton corps vient à peine de se remettre de tests négatifs, tu es traînée sur le terrain comme si tu avais ça toute ta vie. Tu suis encore Jihoon dans ses immenses couloirs qui ont l'air interminable. C'est incroyable comme tu es concentré sur sa silhouette et plus particulièrement son dos, dont le t-shirt blanc un peu moulant dévoile ses trapèzes apparemment bien marqué. Tu te mordilles inconsciemment la lèvre. Il est vraiment beau. C'est peut-être pour cela qu'il t'a captivé depuis que tu l'as vu. Il y a quelque chose à propos de lui qui t'empêche de regarder ailleurs. Tes yeux tombent sur ses fesses et tu dois qu'elles ont l'air bien ferme alors qu'elles sont légèrement rebondies. Tu rougis à tes pensées Ton admiration est coupée nette quand le jeune homme se tourne vers toi avec un petit regard machiavélique sur son visage d'enfant.

-Je suis beau ?

Sa demande sans détourne te laisse sans voix et te te sens rougir. Tu racles te racle la gorge, peut-être trop bruyamment, ce qui expliquerait son petit rire moqueur sur les lèvres. Tu secoues vivement la tête et le regarde avec une certaine pudeur , et honte. L'embarras qui embrase ton visage brûle ton corps allumant un feu certain en toi, comme une flamme qui attendait juste d'être ravivée.

-P-potable !

Sors-tu enfin après tout ce temps d'attente qui t'a semblé durer une éternité. Potable, même plus que potable ! Magnifique ! C'est fou comme penser à lui peut te faire perdre le sens de la réalité. Il sourit en coin et un rictus échappe ses lèvres alors qu'il continue de marcher. Vous arrivez tout deux devant une immenses portes blanches. Après t'être concentré sur lui, tu identifies un peu ton entourage pour voir où est-ce que vos pas vous on mené. Le couloir a l'air infini et continue encore plus loin, se perdant dans un blanc aveuglant qui ne te permet pas d'en voir la fin. Vous vous êtes arrêtés devant une porte d'ascenseur et au léger bruit strident, les portes s'ouvrent. La cage est moderne comparé au reste de la bâtisse qui est délabré. Il rentre en premier et tu le suit. L'ambiance confiné de la cabine vous écrase tout les deux , et vous incite presque à vous rapproche l'un de l'autre, ce que tu fais inconsciemment. Il te regarde d'un oeil, se demandant pourquoi tu t'approches, mais tu ne dis rien, tu ne le regarde même pas. Qu'est ce qu'il se passe avec toi ?! Le trajet vers l'étage supérieur dure quelques secondes pourtant tu as l'impression que c'est beaucoup plus long, beaucoup plus étiré dans le temps. Le sonnerie un peu aigu de l'ascenseur retentit et tu comprends que vous êtes arrivés. Tu te dépêches de sortir, mais t'arrête de suite quand une flèche tiré à tout allure frôle ton visage. Paralysée, c'est Jihoon qui t'attrape par les hanches pour te reculer et t'empêcher de finir empaler sur un bout de bois volant.

-Fais attention Manon !  Crie-t-il, la voix empreinte d'une inquiétude sincère.

Devant toi se trouve une immense salle blanche avec des armes et des cibles. Plusieurs personnes sont dedans et s’entraînent avec acharnement, me manquant jamais leur cible. Une jeune fille s'excuse alors avec un petit sourire aux lèvres charnues.

-Ahh je suis sincèrement désolée ! Dit-elle en pleurant presque alors qu'elle se gratte l'arrière de la tête, confuse de ce qu'elle vient de faire.

Ses cheveux bruns et sa frange cachent un regard brun pétillant qui est souligné par un épais trait d'eye-liner qui lui va énormément bien. Son sourire franc et sincère est communicatif et malgré que tu sois toujours sus le choc tu lui dis que ce n'est pas grave.

-Bobo ! Tu dois faire plus attention !

Un jeune garçon arrive alors derrière la jeune fille et lui frappe légèrement la tête avant de s'excuser encore à la place de son ami. L'adolescent a des traits asiatiques, mais aussi américains. Il a un petit côté Léonardo DiCaprio qui plairait beaucoup à Céliane ! Céliane... c'est vrai , elle est probablement morte aussi... Les larmes te montent à la gorge et cette boule de tristesse s'empare de ton estomac qui se noue. La froideur de ne pas savoir et aussi aigu que celle de s'imaginer la perte d'un être proche. Ton corps tremble légèrement et le sol sous tes pieds n'est plus si stable que tu le croyais, du moins c'est ce que tu penses. Tu t'égares alors dans des pensées morne, qui s'agitent légèrement dû au vent de la peur et de l'incertitude. Tes joues froides des larmes mais chaudes de tristesse sont une rampe pour les gouttes de sentiment qui roulent le long de tes joues. Mais soudain, comme un rayon de soleil qui vient sécher l'herbe trop longtemps souillée par la pluie, une main telle une braise rassurante vient essuyer ton visage rougi. Tu lèves les yeux pour apercevoir le visage inquiet de la jeune fille , qui , il n'y a pas si longtemps que ça, a failli t'empaler sur sa flèche lancé à toute allure. Ses yeux bruns te fixent et te transpercent et sa bouche gracieusement dessinée bouge pour te demander si ça va. Tu souris en voyant son inquiétude et lui assure que tout va bien. Les deux garçons qui sont près de vous, c'est-à-dire, Jihoon et l'autre inconnu , te regardent aussi avec concerne.

-Je vais bien ! Désolée ! J'étais juste un peu.. surprise .. marmonnes-tu en essayant d'être la plus convaincante possible.

Les trois adolescents te sourient d'un air compatissant et même si aucun d'eux ne croit vraiment en cette excuse presque pitoyable , ils ne disent rien de plus et au fond de toi, tu leur en es reconnaissante. Tu passes une main dans tes cheveux  nerveusement , alors qu'un petit silence s'installe mais celui-ci disparaît bien vite quand la jeune fille reprend la parole.

-Je m'appelle Boram ! Ray Boram ! Et ce beau damoiseaux qui es mon meilleur ami, c'est Pil Siwon !

Le jeune homme me fait un petit sourire en coin et remet sa mèche de cheveux correctement alors que Boram lui attrape le bras et reste à ses côtés. Si elle n'avait pas dit qu'ils étaient meilleurs amis, tu aurais cru qu'ils étaient en couple, ils vont si bien ensemble !

-Plus besoin de les présenter alors... Ces deux-là sont dans l'équipe Dásos, mon équipe, ton équipe. La troupe se compose de dix membres avec nous deux compris dedans. Je sais que X n'est  pas là, il est en infiltration, mais je ne sais pas si les autres sont là où pas...

-Je sais que Hosh' est avec Coups , Mais Nana a disparu de la surface de la terre.. je ne sais pas où elle est ... informe Boram alors qu'elle n'a toujours pas lâché le bras de Siwon, qui n'a pas l'air plus dérangé que ça par sa présence.

Tout ces noms la gêne et pour la plupart tu remarques qu'il s'agit de surnom, comme des noms de code. Tu essaies de les imaginer, mais tu es vite sortie de tes pensées quand Jihoon prend ta main. Tu le regardes , un peu surprise par son action qui fait étrangement battre ton cœur vite. Sa main est chaude et un peu moite, comme s'il était nerveux. Il prévient alors qu'il va t'expliquer le fonctionnement de la salle et il te guide plus loin. Tu ne dis rien, toujours surprise par le fait qu'il ai placé sa main dans la tienne de manière si douce, et tu le suis. Il t'amène vers une table blanche assez longue qui tire sur une bonne partie de la pièce. Sur la surface lisse sort du lot un petit relief rond, un bouton blanc, qui se fondrait presque dans le meuble. Il appuie légèrement dessus et un écran apparaît devant lui.

-Je croyais que le bâtiment était abandonné ... Comment vous avez fait pour transporter vos tables ? Demandes-tu curieuse , alors que tu les vois mal se trimbaler une table de planque en plaque.

Il sourit à ta question pour t'explique que la table était là avant, mais que par les informaticiens de chez Rebel , elle a été transformé. Il ajoute que même si ils sont contre un abus des technologies, ils répondent au mal par le mal sans être dans l'abus.

-Vous n'êtes pas mieux que l'ATS... sors-tu sans vraiment t'en rendre compte.

Les yeux de Jihoon et de quelques personnes autour de vous s'écarquillent. Tu lis dans les yeux du garçon une déception immense et vois que tes mots l'ont blessés , mais tu n'en peux rien c'est ce que tu penses.. Tu ne peux quand même pas renier tes pensées pour leur faire plaisir, pour lui faire plaisir.

-Contrairement à eux on ne fait pas des expériences sur les êtres humains. Dit-il sèchement.

Il est passé du tout au tout. Tantôt gentil et rassurant, tantôt froid et intimidant, il ne sait vraiment pas se tenir à une émotion par minute. Tu regrettes presque tes paroles alors que l'ambiance était assez agréable.

-Mais vous avez plus ou moins tué ma sœur en l'envoyant en mission. Qui me dit que je suis en sécurité avec vous ?

-Retourne alors dans le monde extérieur et dans ta putain de société. Quand ils apprendront que tu es une survivante, je pourrais compter les jours qu'il te reste sur une seule main.

Tu te retournes et aperçois une femme assez grande. Elle a des traits assez jeune pourtant son air insupportable et amer te donne l'impression de voir une adulte. Le genre qui n'a pas grandi dans la tête et qui se permet de faire des leçons aux autres. Elle a un nez retroussé tout petit, qui ne prend aucune place sur son visage, à un point que s'en est presque effrayant. Ses cheveux noirs sont coupé dans une franche trop découpé et parsemé qui révèle un front assez grand que sa coiffure n'arrive pas à dissimuler. Elle te regardes de haut en bas , te jugeant avec ton son air supérieur et prétention. Sa bouche beaucoup trop rose et fine est pincée dans une fine ligne qui a presque envie de se déformer pour qu'elle puisse te cracher son venin à la figure.
profil:
 
Tu as envie de répondre à cette fille, mais quand tu t'avances pour aller la rejoindre , c'est la main de Boram qui te retient. Tu regardes alors où est Jihoon qui n'est plus à tes côtés. Il est juste devant cette fille abjecte et malgré la différence de taille, il lui tient tête avec un sérieux qui est presque effrayant.

-Tu devrais te calmer Imna... Elle est méfiante c'est normal... Retourne avec les Chrimata...

Sa voix mord presque et comme un chien qui garde la maison, il la chasse en lui aboyant dessus des mots qui se retiennent d'exploser. La jeune fille est prête à mordre mais deux hommes arrivent à côtés d'elle et la regardent de haut.

-On peut te faire sortir ?

-Ce n'est pas ta salle d’entraînement. Tu as besoin de quelque chose ?

-Quelque chose qu'une Chrimata ne peut s'offrir ?

-Haha, j'avais oublié ils peuvent tout s'offrir !

-Du balais ...

La jeune Imna ne dit rien et part juste dans un gémissement plaintif qui est un attentat à toute oreille. Dès qu'elle franchit la porte, les deux garçons rient de bon cœur avant de se tourner vers toi et de te regarder avec des petites étincelles dans les yeux. Ils sont si beau.. Non ! Tu ne dois pas pensé à ça ! Aishh Manon... Le premier est assez grand et élancé et de loin tu peux voir des yeux bruns intenses souligné d'un trait noir qui est donnée par la longueur de ses cils qui sont si long, plus long que les tiens. Ses cheveux noirs sont un peu bouclé mais surtout décoiffé. Sous son t-shirt noir, tu peux clairement dessiné ses muscles qui ne sont pas des moindres et tu sens ton ventre se tordre dans tout les sens. Ton regard se pose alors sur la deuxième personne et le jeune homme te regarde avec un sourire immense qui prend tout son visage. Ses yeux fins te font penser aux aiguilles d'une horloge et si tu lui faisais confiance , tu dirais qu'il est un peu près 10h10. Il a des cheveux gris et un sourire particulièrement charmeur qui n'aide aucunement ton cœur à se calmer. Alors que tu te perds dans ta contemplation, celui aux cheveux d'argent décide de parler.

-Alors , on te laisse à peine quelques heures et toi la nouvelle tu fais déjà du grabuge ? Et ben Jihoonie, on ne va plus te la confier si ça continue.

-Tu ne peux pas te taire Hoshi... dit Jihoon d'une voix mi-amusée , mi-exaspérée.

Tu vois les garçons se salués et Jihoon te présente alors Hoshi et S.Coups, membre aussi de l'équipe Dasos. Tu les salues et ils viennent de suite te charrier et t'enlacer. Ce sont comme des grands frères.. Ton frère.. comment se fait-il que tu n'aie pas pensé à lui.. Pourtant personne n'en a parler... Il n'était pas dans ta vision. Il ne courrait pas dans la forêt avec toi et il n'était pas dans la voiture. Alors que tu soufflais un peu de tout ces mystères, tu te rends compte qu'il y a encore tant de chose que tu dois savoir, mettre au claire. Pour le moment , tu ne peux vivre qu'en suivant ces gens plus différent et attirant les uns que les autres. Ils te souhaitent la bienvenue dans l'équipe et tu leur souris. Étrangement, ils te mettent assez à l'aise et bientôt la conversation se fait d'elle-même. Tu es d'ailleurs trop prise par celle-ci pour voir les yeux envieux de Jihoon qui te regarde sourire aux côtés d'autres garçons. Il serre les poings et se mordille la lèvre. Si seulement, tu te rappelais de certaines choses, si seulement il n'était pas si timide... Il imagina vite fait sa vie si tout c'est si était réalisé et il se dit qu'elle serait tellement plus belle. Il se rapproche de toi et le reste de la team avant qu'une voix féminine intervienne. Tout le monde tourne alors la tête pour apercevoir une jeune femme assez grande et très mince. Son visage est plus que magnifique et tu la contemple en admirant son visage parfait et son sourire si doux.

-On ne fait pas une fête sans Nana !

-Calme-toi s'il te plaît.. murmure une voix peu sûre mais très grave.

Tu vois arriver derrière la magnifique jeune fille un homme très grand. Son visage est beaucoup plus carré que les autres et ses traits brutes te font légèrement peur. Tu vois dans son regard qu'il n'est pas à l'aise de voir tout ce petit monde, mais la dénommée Nana le prend par le bras et s'avance vers vous.

-Ohh c'est toi la nouvelle alors ? Enfin, la nouvelle on se comprend ! Ca faisait longtemps Manon ! Contente de te revoir ! Dit la jeune femme en te prenant dans les bras.

Son étreinte est si douce et élégante. Tu ne te rappelles pas à avoir eu droit à ce genre de rencontre dans ta vie, alors comment se fait-il qu'elle te connaisse. Tu as passé du temps avec eux avant d'être cryogéniée. Dans ta mémoire, les événements s'organisent.. Vers 2030, il y a eu la rafle et tu as été receuilli par Rebel. Vers 2038 tu as été cryogéniser et , ici maintenant, en 2118, tu te réveilles.. Tu as vécu 8 ans avec ces personnes, comment tu ne peux pas t'en rappeler... Pourquoi tu as l'impression que ta vie vient de commencer et que tu es un enfant qui apprend petit à petit les choses qui l'entourent. Et comme des grands frères, des grandes sœurs, tu as des personne qui t'entourent et qui t'aide.

-X , tu pourrais lui dire bonjour.. râle Nana , qui sort le jeune homme de son mutisme.

-Bonjour..

Le garçon n'en dit pas plus et tout le monde se regarde, un peu mal à l'aise. Jihoon te dit alors que X n'est du du genre à parler et tu souris en lui répondant timidement alors qu'il te fait un peu peur. Il tente un sourire, mais son air t'effraie toujours un peu. Soudainement Nana et Boram se mettent en ligne devant toi et demande aux garçons de les rejoindre.

Bienvenu dans l'équipe Dasos !


Crient-t-ils plus ou moins tout ensemble. Ca te fais vaguement sourire, et les bras de Boram se tendent vers toi pour t'inviter dans un câlin collectif que tu ne refuses pas, puisque tu as toujours été très câlin. Alors c'est ça ton équipe, une deuxième famille.
(c) sweet.lips



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: " RE, à l'aube des révolutionnaires "   

Revenir en haut Aller en bas
 
" RE, à l'aube des révolutionnaires "
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dates révolutionnaires !
» Demain, dès l'aube...
» L'état civil de l'Aube est en ligne
» Les messagers de l'aube - BarBara MarciniaK
» AMIRAL AUBE - 1902 (CROISEUR)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROP :: Mazi-
Sauter vers: