AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prison Dorée

Aller en bas 
AuteurMessage
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Prison Dorée   Jeu 19 Juil - 18:39



Ne pense pas à t'échapper. Tu ne me connais pas, tu ne sais pas où tu es mais ce tu es est à moi à partir de maintenant et à jamais. Essaye de t'enfuir ou de ne pas obéir et je serais obligé de te punir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:12

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu meurs de froid…
Tu meurs de faim…
Aucun bruit ne t’atteint, comme si cette pièce était isolée du monde, loin d’un quelconque bruit pouvant de rassurer. Un grondement te parvient mas la lueur d’espoir dans cette pénombre s’éteint très vite comme tu constates qu’il s’agit de ton ventre… Oui c’est vrai, tu as faim… Depuis combien de temps es-tu dans le noir ? Des heures ? Des jours ? Tu n’as pas pu avoir la moindre notion du temps, tu ne sais pas où tu es, tu sais juste qu’il y a quatre murs, un lit et une pénombre agaçante. Tu penses devenir folle, tournant encore et encore dans tes pensées la dernière chose dont tu te souviens et l’odeur typique du chloroforme te revient aux narines, laissant ton corps entier être parcouru d’un frisson d’horreur et de peur. Qu’est-ce que tu avais pensé… Pourquoi n’avais-tu pas fui quand tu as cru comprendre qu’on te suivait ? Quelle idiote… Tu ne peux que regretter encore et encore de ne pas être plus prudente, de prendre si facilement des ruelles un peu sombres la nuit pour rentrer chez toi… Dans quel pétrin t’es-tu fourrée ? Depuis que tu es là, toutes tes craintes, tes peurs et les pires scénarios tournent encore dans ta tête.
Tu ne sortiras peut-être jamais de cette pièce…
Si tu en sors, ce sera peut-être pour être tuée…
Non pour être violée puis tuée…
Ou violée et enfermée à nouveau ici pour te laisser mourir de faim…
Mourir emmurée ? Parce que tu manques d’air ?
Peut-être qu’un moyen plus rapide te permettrait d’échapper à tout cela, à cet avenir dans tous les cas horrible qui t’attends… Mais il n’y a rien qui te permettrait dans cette pièce de mettre fin à tes inquiétudes plus vite, tout était calculé mais ça, tu ne pouvais pas encore le savoir. Qui sont ces personnes qui s’en sont prises à toi, qui t’ont enlevées en plein milieu de la nuit pour t’emmener dans une petite salle plongée dans le noir et dans l’angoisse ? Qui sont ces gens ? Tu as déjà crié, poser toutes ces questions, hurler toutes tes larmes et tes craintes… en vain… Maintenant, tu es emmurée physiquement et mentalement, quatre murs et ton silence. Pourtant tes pensées continuent de hurler mais ton corps est trop faible, trop épuisé probablement… Tu n’as pas pu dormir, c’était hors de question, qui sait, c’est peut-être tout ce qu’ils attendent ? Ils te surveillent peut-être à l’aide d’une caméra infrarouge ? Ce serait très professionnel… Pourquoi se donner tant de mal pour une simple fille comme toi… Enfin simple… mais personne n’est censé savoir ça, si ? Tu secoues la tête, il doit y avoir une autre raison mais as-tu seulement envie de la connaître ? Tu n’en es pas vraiment sûre… Tu en doutes même énormément… Et cette pénombre ! Elle ne fait que s’intensifier, tu n’arrives pas à y voir plus clair et ça met tes idées en vrac, oui ça te rend folle comme tu le craignais. Tu te mordilles la lèvre inférieure, elle saigne déjà, sale tic que tu as lorsque tu es éprise de sentiments négatifs. Et le moment est particulièrement négatif. Comme quoi, on croit toujours que ça arrive aux autres et quand c’est sur nous que ça tombe…

Soudain, du bruit. Une hallucination peut-être, la folie encore ? Tu secoues la tête pour essayer de chasser les voix que tu crois entendre mais elles persistent, de simples murmures qui se rapprochent petit à petit sans que tu ne comprennes ce qui se dit, c’est trop faible, trop lointain encore… Les murs de ta prison doivent être vraiment épais pour que le son passe si peu et ne t’atteigne qu’à peine. Tu te redresses difficilement, tu es faible donc ta faim doit durer depuis plus que quelques heures seulement et tu es forcée de t’appuyer sur le mur pour tenir un tant soit peu debout. La porte s’ouvre alors et tu es aveuglée, c’est même pire que cela, tu ne vois plus rien que le blanc intense de l’extérieur. Une lumière insupportable qui te force à te détourner pour ne pas avoir à supporter cette torture plus longtemps. Tu fermes tes yeux, puis les plisses un peu et parviens, seconde par seconde, lentement à les ouvrir pour tenter d’y voir quelque chose. Une porte se détache dans ce mur que tu croyais sans issue et un immense rectangle blanc te fait face, un rectangle blanc mais pas que. Une silhouette, emplie de noir et rien d’autre, pas de traits, comme un fantôme, un démon sorti de la lumière contrastant parfaitement, trop parfaitement que s’en devient irréel. Tu restes silencieuse, comme si tu avais perdu tout sens de la parole face à cette apparition aussi divine que maléfique.

Annyeonghaseyo my lady

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:13

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu ferais un pas en arrière si tu n'étais pas déjà pressée contre ce mur te permettant de te tenir debout. Tu vois encore flou à cause de cette lumière aveuglante qui baigne «enfin» cette pièce où tu es enfermée depuis si longtemps et ton regard embué fait trembler la silhouette à l'allure fantomastique. Peut-être t'es-tu assoupie et tout cela n'est qu'un rêve, cette pensée te rassurerais presque puisque cette... chose devant toi ne te rassure pas du tout. Immobile -et tant mieux- elle a lancé depuis quelques secondes déjà une salutation étrange, une salutation contrastant avec son ombre squelettique. Tu es restée bouche-bée, comme rendue muette par cette luminosité trop intense, et la silhouette a un léger mouvement comme si le poids léger de ce fantôme changeait de jambe d'appui avec une légère moue mais une classe froide.

J'ai dit: Annyeonghaseyo my lady.

Répète-t-il froidement avec une sorte de faux ton chaleureux, comme si son visage était éclairé par un sourire forcé que tu ne peux pas voir évidemment. Tu comprends qu'il attend une réponse, une réaction et tu préférerais simplement qu'il t'oublie, peut-être que mourir seule dans cette pièce te plaît plus que de te confronter à ton kidnappeur qui ne semble en ce moment pas très enclin à te réserver un sort favorable. Tu ne lui répondais toujours pas et de quelques tapotements de pieds sur le sol, il te montre son impatience malgré la décontraction de son ombre dans la lumière. C'est peut-être toi, le fantôme finalement, rendue aussi immobile qu'une personne transformée en pierre par l'apparition effrayante de Méduse. Il t'a transformée en statue de sa simple silhouette et ton corps est affreusement crispé par la peur de ton avenir probablement écourté de nombreuses années qui t'attendaient. Tu essayes de te reprendre, d'un coup, tu ne veux pas mourir ou peut-être, repousser ce moment le plus possible. Tu tentes d'ouvrir tes levres mais n'en sors qu'un flot de toussotements qui montre que ta voix avait longtemps été laisée au profit de tes pensées. Silencieuse, la silhouette te fixe, te fait face avec une petite tension qui montre son impatience grandissante.

-A... anny...eong...

C'est tout ce que tu parviens à prononcer comme réponse à ses premiers mots mais à sa moue détendue, tu penses que ça suffit, que c'est ce qu'il attendait. Tu regrettes immédiatement d'avoir parlé, d'avoir prononcer ce mot, puisque ça me met en mouvement... vers toi... tu te colles au mur comme pour y disparaître mais il est déjà si proche et tu en es pétrifiée. Il attrape ton menton et tu lèves les yeux pour les ancrer dans les siens être d'un coup hypnotisée par leur éclat, comme s'il avait réussi à capturer toute la lumière et les ténèbres présents sur cette Terre. Il hoche la tête et jette un petit coup d'oeil derrière lui, vers la porte d'où il est apparu.

-Vous avez fait du bon travail. Vous pouvez disposer.

Un mouvement furtif te fait comprendre que des gardes entouraient la porte comme gardant un trésor. Des bruits de pas te font comprendre qu'ils s'en vont et une pression sur ton menton fait rapporter ton attention sur ton kidnappeur. Il a toute cette intensité dangereuse enfermée dans ses deux billes brillantes qui t'observent avec une attention terriblement perturbante. Tu verrais presque un rictus passer sur ses lèvres, un petit sourire amusé, une expression que tu ne comprends pas vraiment.

-Cesse de trembler My Lady~ tu es en sécurité ici.

Ce surnom est-il une moquerie? Tu sens trop de sérieux dans sa voix pour pouvoir le dire avec certitude. La sécurité dont il te parle te cloue sur place. Avoir faim, froid et être enfermée dans une pièce sombre et isolée, cela définit-il la sécurité de son point de vue. Tu restes silencieuse, ayant comme vidé ta voix dans le mot que tu as dû prononcer plus tôt. Il a encore ce pli au coin des yeux, ce sourire au coin de ses lèvres, cette expression incompréhensible mais envoûtante. La peur te rend-elle idiote au point d'être hypnotisée par le mal qui t'a fait venir ici de force. Tu sursautes alors comme jamais comme tu fixais ses lèvres s'apprêtant à parler quand soudainement, son téléphone à sonner. Il s'éloigne et tu sembles reprendre une respiration régulière. Sortant son téléphone de sa poche, il prend connaissance du correspondant et redresse la tête vers toi avec une petite moue que la distance et la pénombre t'empêchent de définir.

-Tu m'excuseras ma princesse mais je dois t'abandonner, il semble que l'on ne peut pas me laisser profiter de ma femme... Je reviendrais demain pour m'occuper de toi.

Il se dirige vers la porte et ton cœur se met à battre à tout rompre à l'idée de le revoir demain et de savoir peut-être ce que tu fais ici. Tu regardes la lumière qui va à nouveau disparaître comme il attrape la clinche pour refermer la porte derrière lui. Il s'arrête et te jette un coup d'oeil que la luminosité t'empêche de voir et cela, même si tu ne le sais pas, l'arrange silencieusement.

-Sois sage My lady~ et attends-moi~

La porte se ferme dans un bruit sourd.
La clé se tourne, tu es enfermée à nouveau.
La noirceur t'entoure encore.
La peur t'emplit, plus insistante encore.
Le sol t'accueille alors que tu t'y laisse tomber.
Et la solitude t'étouffe comme si elle ne s'était jamais vraiment éloignée
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:15

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tes notions du temps n’étant toujours pas revenue, tu ne sais pas combien de temps tu vas devoir attendre son retour, tu ne sais pas si tu l’attends vraiment. Tu t’installes sur le lit, le cœur encore battant quant à ce qu’il vient de se passer, tu entends chaque mot prononcé contre tympans et tu revois ces yeux brillants qui s’étaient ancrés dans les tiens. Tu as peur, tu es effrayée même mais étrangement, cette crainte est mêlée à une attirance, une curiosité, une admiration quant à cette créature sortie de la lumière mais qui semble te vouloir du mal. Tu n’es pas en sécurité même si « my lady » est un surnom qui ne fait pas vraiment dangereux. Tu n’as pas envie qu’il entre à nouveau mais en même temps tu veux encore le voir, en savoir plus. Les yeux fixés tu-ne-sais-pas-où, tu continues de te plonger dans tes sentiments et tes questions pour ensuite te plonger dans un sommeil, inconsciemment…

Tes yeux s’ouvrent et tu laisses échapper de tes lèvres une plainte dans un grognement étrange. La lumière t’éblouit et tu refermes les yeux comme espérant que la pénombre devenue plus rassurante revienne t’entourer. Tu n’es plus seule, la lumière te le prouve. Combien de temps as-tu fixé ce plafond ? Combien de temps as-tu dormi ? Tu n’en as strictement aucune idée mais tu entends un mouvement, des pas et un poids se déposer à côté de ton corps allongé. Tes yeux se ferment un peu plus fort, tu te crispes d’un coup alors qu’une main se glisse sur ta joue et tu n’oses même pas trembler.

-Ne fais pas semblant my lady, je sais que tu es réveillé…

Tu reconnais la voix, alors tu ouvres lentement tes yeux, hésitant à recroiser son regard, hésitant à te faire à nouveau éblouir par la lumière. Il est juste à côté de toi, assis sur le bord de ton lit, le bout de ses doigts toujours déposés sur ta joue brûlante à ce contact. Il a un sourire froid, un rictus qui creuse des petites pommettes dans ses joues alors qu’il te regarde presque sans cligner des yeux. Tu n’oses pas te relever et il ne te le demande pas. Il continue de te regarder en caressant ta joue et il semble ne pas avoir envie de parler mais tu as trop de questions, trop de peur pour ne rien dire, ne pas te relever un peu en retirant sa main de ta joue dans un geste sans grande force.

-Qui… Qui êtes-vous ?? P-pourquoi je- ??

Il dépose son index sur sa joue et son sourire disparaît de ses traits pendant une fraction de seconde. Il prend ta main ayant repoussé la sienne et presse sa paume contre la sienne. Il tire un peu celle-ci et passe sa main dans ton dos pour te relever avec une facilité contre laquelle tu n’arrives même pas à aller. Tu te retrouves assise et tu te recules rapidement de lui-même s’il garde ta main dans la sienne. Il n’a même pas l’air surpris pas ta réaction, gardant ce petit sourire comme un mur de glace protégeant les autres de ses véritables sentiments. Tu répètes tes questions et encore une fois, son sourire disparaît pour se changer en un petit rictus énervé probablement par ton insistance.

-Tu le sauras bien assez tôt. Maintenant prépare-toi. Nous sortons.

Tu le regardes sans comprendre alors qu’il frappe deux fois dans ses mains pour que deux jeunes femmes habillées telles des bonnes entrent dans la pièce en tenant une tenue et une grande trousse. Il s’adresse à elle en leur demandant de s’occuper de toi pour que tu sois « présentable » et elles hochent la tête avec un sérieux et une obéissance qui t’étonnent. Qui est-il pour donner tant d’ordres ? Il se lève et tire une nouvelle fois sur ta main.

-Dépêchez-vous, je refuse que l’on soit en retard.

C’est tout ce qu’il dit et il s’éloigne pour sortir de la pièce sans te jeter un seul regard. Les deux femmes s’approchent immédiatement de toi et te sortent du lit avec un empressement palpable. Elles te sortent de la chambre pour t’emmener à une immense salle de bains. Tu es gênée mais elles ne t’écoutent même pas quand tu protestes. Elles te déshabillent, te lavent, t’habillent, te maquillent et te coiffent. Tu es mal à l’aise. Pourquoi tant de choses t’arrivent-elles ? Tu n’y comprends rien, tu es de plus en plus perdue alors que la mort que tu t’imaginais n’arrive pas. La porte s’ouvre alors soudainement alors qu’elles t’enfilent la robe et tu caches ton haut encore dénudé en voyant ton kidnappeur t’observer de haut en bas.

-Allez-vous-en. Je m’occupe de la fin.

Elles s’inclinent et tu les regardes quitter la pièce la tête baissée avec une panique dans le regard. Il s’approche dans un pas pressé et tu essayes de reculer mais les talons que tu portes te rendent la tâche difficile. Il prend le tissu de ta robe enfilée jusqu’à ta taille et prends ton bras pour t’enfiler la première manche même si son regard n’est pas du tout posé sur cette partie de ton corps. Tu pinces les lèvres mais tu te laisses faire même s’il regarde ta poitrine avec insistance, une insistance presque crop. Un sourire en coin, provocateur, se dessine sur son regard alors qu’il met ta deuxième manche. Il te retourne et remonte ta fermeture éclair, ses doigts frôlent alors ta peau et tu frissonnes malgré toi alors qu’il rit dans ton dos. Il attrape ta taille et t’attire contre lui en t’observant de haut en bas avec une satisfaction presque hautaine.

-Tu es prête. Nous avons assez perdu de temps comme ça, allons-y.

Ta tenue 1 - Ta tenue 2
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:17

▲▼ De drôles de retrouvailles.Pourquoi te faire kidnapper pour être habillée d’une telle façon pour « sortir » ? Pour quelles raisons es-tu là ? Tu le regardes en fronçant les sourcils mais il ignore les questions dans ton regard avec un sourire satisfait. Il pose sa main dans ton dos nu et te pousse doucement pour que tu te diriges à ses côtés vers la porte. Il reste silencieux, il n’a pas beaucoup de conversation et ça ne t’aide pas du tout à calmer les interrogations qui tournent encore et encore dans ton esprit. Vas-tu mourir ? Si ce n’est pas le destin qu’il te réserve, qu’en est-il ? Tu sens pourtant à ses côtés que tu n’arriveras pas à fuir même si tu essayais, il n’a probablement que quelques ordres à donner pour te faire revenir près de lui. Tu le suis dans des couloirs luxueusement décorés et brillants de doré et de lampes qui contrastent complètement avec l’ambiance de la pièce dans laquelle tu es si longtemps restée. Vous débouchez devant des escaliers qui te font penser à ceux des contes de fée tant ils sont grands et majestueux. Il pose sa main sur ta hanche et commence à descendre les marches, tu manques de tomber au milieu de la ribambelle de marches. Avec cette même facilité déconcertante, il te rattrape, te fait doucement basculer devant lui pour que ses mains se déposent dans ton dos nu et sous tes genoux pour te soulever soudainement telle une princesse. Tu le regardes après avoir poussé un petit cri surpris et il sourit une nouvelle fois en coin, le côté de ses lèvres se soulevant dans un rictus que tu vas revoir sans aucun doute si tu restes en vie…

-Ma princesse, fais attention même si je suis là pour te protéger !

Te protéger ? Il ne te regarde déjà plus et descend les marches plus lentement alors qu’il te serre contre lui. Tu n’es pas en sécurité, pourquoi prétend-il qu’il est là pour te protéger alors qu’il est celui qui t’a kidnappée ? Tu te sens plus en danger de mort que protégée même au creux de ses bras. Il a pourtant les mains chaudes, ses doigts pressés contre ta peau dénudée, mais tu n’es pas à l’aise, tu voudrais fuir mais il a tant de force que tu ne saurais même pas t’échapper de son étreinte… Tu te mords la lèvre recouverte d’un rouge pourpre en le regardant sans qu’il ne te rende ce regard. Un domestique vous ouvre la porte et une immense voiture vous attend devant le lieu où tu étais retenue prisonnière. Tu regardes d’ailleurs derrière toi pour apercevoir l’immense demeure, une villa pratiquement, et tu as l’impression qu’elle est isolée du reste du monde tant elle est grande. Il ne te laisse pas plus de temps et comme le chauffeur vous a ouvert la portière, il te glisse sur le siège, te faisant te décaler pour qu’il puisse s’installer près de toi. La voiture démarre à peine es-tu assise et ton kidnappeur te fixe alors avec beaucoup d’insistance.

-Cette tenue te va vraiment bien, my lady !

Tu rougis malgré toi, tu le regarde à ton tour, il porte un costard de la même couleur que ta robe et tu constates qu’il lui va vraiment bien mais tu ne peux pas le lui dire ! C’est impossible que tu puisses seulement le trouver charmant, il t’a kidnappée tout de même. Tu te constates d’hocher la tête avec un sourire très crispé. Il penche la tête et sa main passe autour de ta taille pour te rapprocher d’un coup de lui, te faisant sursauter.

-Tu as perdu ta langue, princesse ? Je t’ai dit que tu n’avais rien à craindre de moi, non ?

Tu secoues la tête et il a encore ce sourire en coin. Il pose sa main sur ta joue dans un tic que tu n’apprécies pas, tu repousses d’ailleurs cette caresse et il soupire avant de se détourner de toi pour regarder par la vitre avec une concentration extrême. Ses doigts se crispent sur ton corps comme sa mâchoire et il finit par se détendre et se tourne à nouveau vers toi avec ce regard qui te rend si confuse.

-Ce soir, nous allons à une soirée princesse. Je te demanderais de ne pas essayer de fuir, ça attirerait l’attention inutilement, tu n’as aucune chance de pouvoir partir, chérie. Alors, fais-moi plaisir, sois la femme parfaite, mh ?

La voiture s’arrête sans que tu n’aies eu le temps de répondre et tu regardes par la fenêtre un bâtiment qui fait passer à un opéra. Il regarde aussi la demeure qui vous attend froidement malgré les lumières de vie qui la remplissent. Il se tourne vers toi encore une fois et rapproche son visage du tien, très dangereusement malgré son sourire trop confiant.

-Pour que tu le saches my princesse, je m’appelle Jiyong mais tu peux m’appeler comme tu veux ! ♥️
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:17

▲▼ De drôles de retrouvailles.Le chauffeur vient ouvrir la portière du côté de « Jiyong » et il en sort avant de t’attendre. Tu hésites, tu préférerais rester enfermée dans cette voiture plutôt qu’aller à une soirée avec un homme qui t’a kidnappée ! Il te tend la main, non tu n’as pas le choix, c’est évident. Ta main tremble quand elle se dépose dans la sienne qui se serre autour de tes doigts. Tu te glisses hors de la voiture et tu te mordilles la lèvre en étant particulièrement nerveuse. D’abord, tu es sous l’emprise d’un homme que tu ne connais pas, ensuite, tu vas devoir aller à une soirée sans aucune raison en sa compagnie ! Qu’est-ce qu’il est en train de t’arriver ? Tu ne comprends rien et tu n’es pas prête de comprendre à ton avis. Il te propose son bras avec une galanterie qui cloche et tu secoues la tête. Pourtant, sa main attrape la tienne et te force un peu moins noblement à enrouler ton bras autour du sien.

-Tiens-bien my lady, sinon tu le regretteras.

Il a soudainement un ton froid qui te glace, te paralyse entièrement, tu te rappelles vite que tu es en danger, comment oublier au final ? C’est dangereux pour toi, tu es dans une situation complètement précaire, c’est impossible de t’imaginer vivre quelque chose dans le genre, il y a à peine quelques jours, tout allait si bien ! Et maintenant, cette menace… Tu n’as pas le temps de t’y attarder qu’il t’entraine vers la porte d’un pas décidé que tu as du mal à suivre avec ces talons mille fois trop haut pour toi. Il l’ouvre sans te regarder et tu sens le poids du « tu le regretteras » alors que tu entre dans le bâtiment. Tu découvres un endroit encore plus luxueux que la villa dans laquelle tu as été séquestrée, des lustres immenses illuminent la grande salle de bal. Elle est d’ailleurs pleine de personnes habillées de costards et de robes les plus sublimes les unes que les autres. Tu n’es déjà pas à l’aise alors qu’à tes côtés, le jeune homme semble dans son élément, détendu avec un sourire très différent de ceux que tu as vu plus tôt. Il te guide vers les escaliers qui amènent à la salle et tu regardes tout autour de toi avec un air perdu. Dans un soupire, Jiyong attire ton attention et tu tournes tes yeux vers lui.

-Sois un minimum crédible, ne passe pas pour une idiote.

Vous arrivez en bas et directement, des personnes arrivent vers vous et vous saluent avec le sourire faux typique des personnes de cette classe. Tu les salues timidement alors que Jiyong semble les connaître plutôt bien. Tu ne sais pas ce que tu viens de faire ici, il t’a kidnappée pour que tu l’accompagnes à une soirée de bourges ? Tu es définitivement perdue et dans l’incompréhension totale. Une jeune femme magnifique à laquelle Jiyong sert un sourire tout aussi beau qu’elle te demande qui tu es. Ton kidnappeur passe sa main autour de ta taille et t’attire contre lui avec beaucoup de douceur en te servant un petit sourire… amoureux… ?

-Je vous présente ma fiancée, Sophie !

Cette phrase te surprend, tes yeux s’agrandissent et tu regardes ton « fiancé » sans comprendre. Il te fixe avec un petit sourire insistant et tu te rappelles ses mots « sinon tu le regretteras ». Tu te forces alors à faire un sourire à ton tour et hocher la tête. Les réactions fusent directement, comme si c’était la nouvelle de l’année. Alors c’est pour ça ? Pour te faire passer pour sa fiancée ? Non ce n’est pas possible, tu ne t’es pas faite kidnapper juste pour ça ! Il t’éloigne du groupe discutant de la nouvelle avec une joie étrange et il t’attire jusqu’au centre de la salle où dansent les couples. Il prend ta main dans la sienne et pose sa main dans ton dos nu pour te presser contre lui avec un sourire en coin comme celui qu’il avait lorsqu’il te portait comme une princesse. Il s’apprête à parler mais tu le prends de court.

-Vous m’avez kidnappée pour me faire passer pour votre fiancée ??

Il te regarde en haussant un sourcil, visiblement surprise, avant de retrouver son sourire en coin et t’attirer plus encore contre lui, secouant légèrement la tête. Son visage se rapproche du tien et ses lèvres se glissent contre ton oreille comme pour y déposer une confidence.

-Tu n’y es pas du tout, my lady… Je t’ai kidnappé pour faire de toi ma femme et pour que tu me fasses un enfant~
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:18

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu voudrais t'éloigner de ce fou mais sa main entourant ta taille te force à rester contre lui. Tu le regardes avec des grands yeux alors qu'il semble trouver ce qu'il vient d'annoncer tout a fait normal. Il continue simplement de danser sur cette musique qui s'est arrêtée pour toi, créant comme un décalage entre vos deux mondes si proches. Te marier et avoir un enfant... faire un enfant... avec lui?? C'est impossible, tu veux penser, il est censé te tuer, se débarrasser de toi, t'utiliser pour une rançon puis te transformer en cadavre! Se marier? Faire un enfant? Ce ne sont pas des plans ordinaires de kidnappeurs! Il se rend compte que tu as laissé le monde de côté pour que tes pensées prennent le dessus et ce sourire, encore lui, étire ses lèvres avec une lueur dans ses yeux, une étincelle effrayante.

-Eh bien My Lady, serais-tu déjà en train de penser à notre nuit de noces~?

Tes joues s'empourprent et tu secoues vivement la tête pour tenter de le repousser une nouvelle fois. Il attrape l'une de tes mains déposées sur son torse pour l'éloigner de toi et te presse contre lui avec un sourire presqu'amusé sur ses traits. Il continue de t'entraîner dans une danse naturelle et tu pinces tes lèvres en le couvrant d'un regard noir.

-C'est hors de q-question! Je ne... jamais!!

C'est tout ce que tu parviens à bégayer et ça a vraiment l'air de le faire rire, comme si ton refus était la chose la plus stupide qu'il ait jamais entendu. Tu veux t'éloigner alors qu'un rire lugubre traverse ses lèvres rouges comme le sang et la panique parcourt soudainement tes veines, envoyant une dose d'adrénaline dans tout ton corps. Tu poses alors violemment ton talon sur son pied et comme il pousse un grognement rauque, tu quittes le centre de la salle en courant pour t'enfoncer dans la foule de monde présent ce soir.

-Sophie!!!

Tu frissonnes tant ton prénom sonne dans une tonalité énervée dans ton dos. Tu ne t'arrêtes pas, au contraire, tu accélères en poussant nerveusement les personnes sur ton chemin. Ton prénom résonne encore derrière toi, trop proche, il doit être plus rapide que toi vu la différence de taille et les talons que tu es forcée de porter. Des larmes te montent aux yeux à cause de la peur et l'adrénaline qui te fait avancer et tu murmures des petits «à l'aide» désespérés autour de toi. Une main attrape d'un coup ton poignet alors que figée, tu observais les hommes en costard noir semblables à des gorilles qui attendaient ton arrivée en bas des escaliers. D'un coup sec, il te tourne vers lui et son regard rempli de colère te fixe alors que sa main sur ton corps se serre un peu plus.

-Je t'avais prévenue Sophie... essayer de fuir ne va t'attirer que des ennuis, tu-
-Jiyong?

Il se retourne et une des femmes du groupe à qui tu as été présentée s'approche de vous avec un petit sourire. L'attitude de Jiyong change d'un coup, un sourire remplace la colère sur ses traits et il te lance un petit regard attendri et presque protecteur.

-On en reparlera à la maison, ma princesse~

Cette phrase sonne comme une menace, une promesse qu'il te fait et que tu n'as pas du tout envie de voir être réalisée. Il entrelace ses doigts avec les tiens alors que la jeune femme se place à vos côtés. Elle a un regard bienveillant et curieux, te poussant presque à la supplier de t'aider et de t'éloigner de ce dangereux psychopathe.

-Vous avez un problème? Ne me dites pas que vous allez déjà nous quitter!
-Bien sûr que non, Ji-Eun, nous venons seulement d'arriver! Sophie n'est simplement pas habituer à ce genre de réceptions, elle n'est pas très à l'aise...
-Oh je comprends, j'étais comme toi au début, tu t'y habitueras vite, tu verras!

Elle pose sa main sur ton bras avec un regard et un sourire te couvant de protection, de douceur et de compassion. Jiyong sourit naturellement et hoche un peu la tête en te regardant doucement à son tour. Tu n'en reviens pas du jeu d'acteur dont il fait preuve, il doit déjà avoir reçu un prix pour ça tant c'est incroyable.

-Nous allons prendre l'air, ça te fera du bien, n'est-ce-pas ma princesse~?

D'un petit regard appuyé, il te fait comprendre que tu dois accepter et tu te contentes de hocher la tête. La jeune femme prends alors congé et Jiyong pose sa main au creux de tes omoplates pour te diriger vers deux portes vitrées amenant sûrement à un jardin. Il garde un sourire qu'il sert à des visages que tu ne reconnais évidemment pas. Lorsque vous arrivez à l'extérieur, tu constates que vous ne serez pas seuls et ça te rassure un peu de voir que d'autres profitent de la fraîcheur de la soirée. Jiyong te conduit jusqu'aux rampes entourant le balcon et te tourne vers lui pour presser ton dos contre la pierre froide. Il sourit doucement, sûrement parce que vous n'êtes pas seuls, et il se presse contre toi, ses lèvres venant caresser ton oreille.
-Je t'avais prévenue que tu serais punie si tu tentais de me fuir, je ne me trompe pas, si?
-Je refuse de devenir votre femme!!, souffle tu en ignorant ses mots.
-Excuse-moi ma belle mais je ne me rappelle pas t'avoir laissé le choix~, sourit-il en caressant tes côtés distraitement.
-Peu importe, je refuse! J'ai déjà un petit ami de toute faço- aïe!!
-Un... petit ami?

Ses doigts se sont soudainement enfoncés dans ta peau et il s'est éloigné pour ancrer en toi un regard froid et surpris alors qu'il semble en une seconde contenir toute la colère du monde.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:19

▲▼ De drôles de retrouvailles.-U-un petit ami??

Tu poses tes mains sur son torse avec un dégoût visible et tente pitoyablement de l'éloigner alors que ses ongles s'enfonçant dans ton dos te font souffrir. Tu gémis de douleur mais lui ne bronche pas. À travers les manches de son costume, tu peux deviner que ses bras se contractent dans une colère qui semble profonde et particulièrement présente. Son regard, quand tu le croises, te fige sur place tant il semble capable de te tuer simplement d'un mot. Il resserre son étreinte autour de toi, te rapprochant de lui et ses doigts, bougeant légèrement, te griffent douloureusement. Il respire soudainement bruyamment et tu as l'impression que depuis l'annonce que tu as faite, il avait réussi à stopper ses battements de cœur et sa respiration. Il tente un sourire particulièrement crispé et tu es encore plus inquiète de ce qui peut passer dans ses pensées en ce moment. Il va peut-être te tuer parce que ton cœur est pris? Tu ne lui es plus d'aucune utilité à présent... encore une fois, ton esprit s'amuse à inventer tous les scénarios les plus inquiétants alors qu'il reprend la parole d'une voix lointaine mais menaçante.

* -Son... nom...?*
-Non! Ne lui fais pas de mal!!
-Je ne t'ai pas autorisée à me tutoyer!!

Sa voix revient trop vite à la réalité et, restant collé à toi, il te presse contre la pierre froide à un point qu'elle s'enfonce dans ton corps à travers la robe s'abîmant par ce fait.

-Si tu veux vivre... donne-moi son nom. Je ne me répéterais pas, princesse.
-... J... Jeo... Jeonghan...
-Yoon Jeonghan mmh? C'est bien ma belle~ Je vous avais déjà vu ensemble mais vous ne ressembliez pas du tout à un couple....

Il sourit en coin et sort son téléphone pour y composer un numéro qu'il connaît par cœur, te jetant un regard plein de sous-entendus inquiétants.

-Surtout que tu es toujours vierge, cette relation devait être ennuyante~

Tu rougis d'un coup. Comment sait-il que tu es vierge?? Tu veux parler mais d'un signe de main, il te coupe et t'impose le silence. Tu le regardes porter le téléphone à son oreille et il se presse contre toi pour souffler quelques mots dans ton oreille.

* -Avec moi, princesse, tu ne pourras pas t'ennuyer~*

Il s'éloigne un peu comme son interlocuteur décroche et te fixe du coin de l'œil alors qu'il converse plusieurs minutes avec lui. Tu ne sais pas combien de temps l'appel durera mais veux tu vraiment patienter sagement en attendant son retour? Qui sait ce qu'il va te faire... ce qu'il te réserve, ce mariage, cet enfant qu'il veut de toi! Tu te retournes et t'appuies sur la rambarde froide pour regarder le sol plus bas. Tu jettes un coup d'oeil derrière toi, as tu vraiment le choix? C'est une occasion comme tu n'en auras plus. Il t'a tourné le dos, croyant peut-être ce balcon sans issue? Tu ne veux pas qu'il te fasse du mal, qu'il s'en prenne à Jeonghan plutôt mourir! Tu te mords la lèvre, tu veux fuir et c'est la seule issue. Il n'a pas à décider de ta vie, de ce que tu feras et d'avec qui tu seras! C'est ton choix et tu veux garder, à tout prix, cette liberté. Tu montes difficilement sur la pierre froide sous tes pieds nus que tu viens de libérer de ces horribles talons. Tu te retournes, hésitante, mais dès qu'il te voit et qu'il crie ton prénom avec une inquiétude et une colere visible, tu ne peux que reculer et laisser le vide et l'air te faire voler et te libérer de lui...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:20

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu hurles, poussée par l'adrénaline de la chute, et ta main se tend idiotement vers le haut alors que tu te sais à présent très loin du balcon. Tu fermes les yeux, serre les dents et prépare tout ton corps au choc. Enfin, il arrive et ta respiration se coupe l'espace d'une seconde avant de reprendre entrecoupé par l'essoufflement provoqué par la trop longue chute. Tu te mords la lèvre puisque les épines et les branches te lacèrent le corps. Ta robe doit être dans un état épouvantable mais au fond, tu t'en fous puisque tu es prise d'une joie précoce mais bien présente. Tu te redresses difficilement dans ce rosier qui a amorti ta chute et tu ouvres lentement tes yeux en te rappelant que tu n'es pas encore sortie d'affaire. Ton regard se lève vers le balcon d'où tu viens et tu distingues clairement sa silhouette qui est penchée vers le bord. Il crie ton nom avec colère et tu vois d'un coup son ombre disparaître. Tu comprends qu'il va descendre et essayer de te récupérer et la panique t'aide à ignorer la douleur de tes membres en sang pour pouvoir te rouler hors du rosier. Tu gémis de douleur et te relève en manquant de tomber à plusieurs reprises. L'idée qu'il te poursuive t'est suffisante pour te permettre d'avancer plus vite. Tu regardes la route qui permet de quitter la palace où il t'a emmenée et tremblante et déboussolée, tu empruntes celle-ci en priant pour que tous ces efforts ne soient pas vain. Tu tentes de courir sans résultat et tu ne peux que te traîner, pieds nus sur le tarmac, jusqu'à une potentiel issue. Les larmes te montent aux yeux alors que tu comprends que ce que tu fais est aussi désespéré qu'idiot. Il sera plus rapide que toi mais tu essayes quand même comme si tu courrais après la moindre petite chance d'être libre. Épuisée tu arrives par miracle à la grille et tu tentes de l'ouvrir en tirant dessus avec tes dernières forces. Tu y parviens dans un bruit de ferrailles rouillées et de gémissements plaintifs. Tu souris tout de même, tu es libre!! Tu es-!

-Merci d'avoir ouvert la porte princesse, ça nous fera gagner du temps.

Tu t'immobilises d'un coup et te retourne très lentement. Un bruit de moteur résonne alors et tu te fais éblouir par les phares d'une voiture juste devant toi. Plaçant tes mains devant tes yeux, tu ne t'habitue que très progressivement à la lumière pour voir entre les deux phares sa silhouette se découper froidement dans la lumière.

-Je crois que la fête est finie pour toi, ma belle...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:20

▲▼ De drôles de retrouvailles.Le chauffeur sort du véhicule pour vous ouvrir la portière arrière mais tu refuses de monter dans cette voiture et retourner là où tu as été enfermée si longtemps. Tu recules, passant la grille lentement pour espérer encore, stupidement, alors que simplement en marchant, il va plus vite que toi. Les larmes te montent une nouvelle fois aux yeux et tu secoues la tête, te convaincant que tu en es encore capable. Lui, même dans la pénombre, a ce sourire à en faire fuire plus d'un -comme toi par exemple. Tu trébuche sur les lambeaux de ta robe et tu crie pour en une seconde, atterir non pas sur le sol mais entre des bras te rattrapant avec une assurance qui t'empêche d'avoir peur. L'une des deux mains glisse sous tes genoux et tu es soulevée pour te retrouver dans ses bras. Tu te débats mais il ne te reste pas beaucoup de force et tu ne parviens qu'à gesticuler dans ses bras. Il te maintiens facilement contre lui et revient sur tes pas si difficilement effectués pour s'approcher de la voiture. Tu secoues la tête et appelle à l'aide mais malgré le brouhaha de la fête à une centaine de mètres, tu as l'impression horrible d'être seule au monde avec cet homme. Celui-ci vous amène près de la portière et il te dépose sur le siège avant de s'installer avec une classe froide à tes côtés. Il referme la portière derrière lui et le chauffeur reprend place alord que déjà, tu sautes sur la poignée de la portière pour tenter de t'échapper... en vain... évidemment...

-Nous crois-tu assez stupides pour ne pas prendre de précautions?

Tu fais une moue boudeuse et croise tes bras en désespérant de ne pas être arrivée à t'enfuir alors que l'occasion était magnifique. Tu baisses alors les yeux sur ta tenue et ton état. C'est à peine si ta robe ressemble encore à un vêtement et ta peau est décorée de petites griffes rouges partout où ton regard se pose. C'est douloureux et tu as l'impression que c'était inutile...

-C'était perdu d'avance. Pour tout te dire, il y avait deux de mes gardes près de la grille mais dans ton état, j'ai eu le temps de les renvoyer de leur poste et de me charger de toi moi-même!

Fait-il cela pour te donner la définitive certitude que tu es idiote d'avoir même pensé à une chance de fuir?? Il semble que oui et ça t'énerve plus qu'autre chose. Tu l'ignore et regarde par la fenêtre pour essayer de te concentrer sur autre chose que sa désagréable présence. Tu entends son lourd soupire, il n'avait qu'à pas t'emmener ici! Il aurait du se douter que tu ne resterais pas tranquille, tu n'as aucune raison de l'être. Vous arrivez vite à la demeure immense où tu vas sûrement être à nouveau séquestrée et Jiyong sort en premier pour faire le tour de la voiture et te récupérer comme le chauffeur ouvre ta portière. Il prends ton bras sans ménagement et monte les marches qui mènent à la maison dans un rythme que tu as du mal à suivre. La porte d'entrée est ouverte par un domestique et il entre sans même salué le jeune homme au regard baissé vers ses pieds. Il entre et se dirige vers la porte au fond d'un couloir. L'ouvrant, il découvre un escalier descandant probablement vers une cave. Il t'y emmène et vous arrivez dans un couloir un peu moins lumineux et décoré de plusieurs portes. Il s'arrête devant la première porte et tu secoues la tête alors que lui te sourit froidement.

-Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te ramener à ta chambre maintenant... je dois d'abord te récompenser pour ton comportement exemplaire de ce soir.

C'est ce qu'il déclare avant d'ouvrir lentement la porte...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:21

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu n’oses pas regarder à l’intérieur de cette pièce, restant contre le mur en regardant, incertaine, ton kidnappeur. Lui te regarde froidement et te montre la pièce, te faisant signe d’y entrer mais tu refuses, tu ne veux pas voir ce qui t’attends, ce qui va te « récompenser » de ton comportement pendant cette horrible soirée. Tu secoues alors la tête et il soupire bruyamment une nouvelle fois. Il attrape ta main encore avec une poigne qui t’arrache une grimace et une plainte et il te pousse dans la pièce en t’y suivant, refermant la porte derrière vous. Tu ouvres lentement tes yeux pour découvrir la petite pièce dans laquelle tu viens d’être négligemment jetée. La lumière est très faible et une humidité typique des caves pèse dans cette pièce si petite et si glauque. Mais tous ces détails tels que l’état inquiétant des murs, l’odeur douteuse ou même la médiocre luminosité disparaissent de ton intérêt quand tu poses ton regard au centre de la pièce. Tu pousses un cri aigu et tombes directement à genoux pour prendre son doux visage abîmé entre tes mains. Une main se pose sur ton épaule et t’éloigne directement de ton petit ami qui semble dans un état pire que le tien. Tu éclates en sanglot alors que lui te regarde avec toute l’inquiétude et la tristesse du monde.

-Ah… Jagiya… Tu es… en vie…

Il ne parvient qu’avec peine à souffler ces quelques mots et à peine a-t-il fini que Jiyong lui envoie son poing dans la pommette qui ne saignait pas encore. Tu lui cries d’arrêter mais il se contente de secouer légèrement la main et regarder le corps allongé de Jeonghan qui peine à se relever. Ses vêtements montrent avec leur état qu’en dessous son corps doit être couvert de blessures. Tu le regardes avec impuissance et attrape soudainement et désespérément la main de ton kidnappeur pour l’empêcher de frapper à nouveau ton Jeonghan.

-ARRÊTE JE T’EN SUPPLIE LAISSE-LE TRANQUILLE !!!

Il suspend son geste et se tourne vers toi. Il fait un geste à ses deux hommes de main qui entourent Jeonghan et ceux-ci se mettent à couvrir Jeonghan de coups de pieds violents qui redoublent les larmes sur tes joues. Jiyong caresse du pouce le coin de tes yeux et attire ton regard sur lui en attrapant ton menton par tes doigts. Tu te noies dans l’intensité effrayante de son regard alors que les gémissements de douleur de Jeonghan t’atteignent, il sourit, comme fier de capter toute ton attention, t’hypnotisant malgré toi. Tu essayes de t’éloigner mais il passe sa main autour de ta taille et t’attire soudainement contre lui. Tu regardes Jeonghan qui peine visiblement à rester éveillé et tu supplie Jiyong du regard mais celui-ci secoue la tête.

-Tu aurais dû y réfléchir quand je t’ai demandé son nom, princesse ♥️, maintenant c’est trop tard pour lui.

Trop tard, tu le repousses définitivement et t’interposes entre Jeonghan et les deux gorilles pour le protéger des coups. Jiyong fait alors signe à ses hommes de main d’arrêter et tu t’accroupis à côté de Jeonghan pour poser sa tête sur tes genoux. Il grimace et ouvre difficilement ses yeux pour te sourire doucement, ton cœur explose mais tes larmes ne cessent de glisser sur tes joues. Il pose sa main sur la tienne et te rassure d’un regard en essayant de contrôler la douleur qu’il ressent pour se concentrer sur ta présence enfin à ses côtés.

-Sophie… Je… savais… que je… te rev…errais…

Tu souris entre tes sanglots et caresse doucement ses cheveux et sa joue ensanglantée par la faute de Jiyong. Paniquant à la vue de tout ce sang, tu lèves le regard vers Jiyong et regarde tout autour de toi. Pourtant, tu n’as pas le temps d’appeler à l’aide que d’un regard lancé par Jiyong, les deux gorilles s’approchent de toi et t’empoignent pour te forcer à te remettre sur pieds et à t’éloigner de ton petit ami. Sa tête retombe sur le sol et il semble recevoir tous les lancements de ce choc dans son corps tremblant déjà énormément. Jiyong s’approche alors et lance un regard dédaigneux et supérieur à ton petit ami qui tente vainement de se redresser. Tu es désespérée mais les deux hommes t’entourant serrent tes bras si fort que tu ne parviens pas à te débattre.

-Je ne t’ai pas amenée ici pour des retrouvailles émouvantes avec ton petit ami, princesse.

Il déclare cela froidement avant de passer ses mains dans son dos sous sa veste de costard pour sortir de son pantalon une arme. Tu hurles et essayes de te débattre alors que ton cœur se serre tout en battant affreusement vite et que tu sens les forces te quitter tant ce qui semble arriver te fait souffrir. Jeonghan se redresse non sans mal mais le pied de Jiyong s’appuie d’un coup sur son épaule pour l’obliger à rester aplati au sol. Tu veux te laisser tomber au sol mais les menottes humaines à tes côtés te forcent à tenir vainement sur tes jambes.

-Non !! Non Jiyong, ne fais pas ça, s’il-te-plaît !!!!

Tu hurles tout ce qu’il te reste de voix et Jiyong penche légèrement la tête sur le côté avec un regard, froid, impassible mais machiavélique. Il pointe le fusil sur Jeonghan et tu cries de toutes tes forces pour attirer son attention alors que ton petit ami étendu par terre tourne lentement son regard vers toi. Tu secoues la tête et tires sur tes bras pour essayer de t’interposer sans pouvoir être libre. Ses yeux brillants te brisent le cœur et son sourire désolé te détruit. Jiyong ne vous quitte pas des yeux alors que tu éclates en sanglots et continue de nier de la tête en murmurant des non désespérés.

-Jagi… ne… m’…oublie…p-pas… je… t’aim-

Un coup de feu. Un silence. Un cri.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:22

▲▼ De drôles de retrouvailles.Le coup de feu retentit longtemps contre tes tympans et fait longuement vibrer ton corps immobilisé entre les mains de ces horribles personnes qui t’entourent. Ta vision semble prise d’un tremblement de terre alors que tu ne vois rien d’autre pour le moment que l’arme encore brûlante qui vient de faire ce bruit terrifiant et éphémère mais qui pourtant ne cesse de résonner tel un écho en toi. Tu lèves ensuite ton regard vers celui qui a provoqué ce bruit et il semble presque bomber son torse avec un sourire satisfait sur ses lèvres. Le silence… D’un coup, le silence t’entoure et le coup de feu cesse de retentir, enfin… Mais pourquoi fait-il si calme… Pourquoi a-t-il cessé de gémir de douleur… Ton regard parcourt alors le bras de ton séquestreur jusqu’à l’arme et puis tu suis la trajectoire du canon et là… Un cri. Tu hurles et tes jambes te lâchent totalement alors que cette fois, les deux gorilles ne te retiennent pas. Ta vision est brouillée par les larmes et le sang, tellement de sang… Il est immobile, sa respiration ne caressera plus jamais la tienne et tu n’entendras plus jamais son cœur battre en posant ta tête contre son torse dans une douce étreinte. Non… Non c’est impossible… C’est impossible, tu ne peux pas y croire. Tu hurles encore et t’approches rapidement du corps immobile pour prendre doucement sa tête entre tes mains pour espérer qu’il te regarde. Seul, un regard vide croise le tien et tes larmes redoublant se mélangent au rouge qui salit son visage angélique. Tu presses ton oreille contre son torse pour espérer entendre un battement de cœur, le moindre battement de cœur. Pourtant son corps sonne vide et ne te renvoie aucun son, même pas le moindre que tu cherches tout de même avec désespoir. Tu l’appelles en caressant ses cheveux couverts du sang et tu sursautes alors que dans cette caresse, tu frôles des doigts une blessure qui te fait secouer la tête. Tu prends ses joues entre tes mains, salissant davantage sa peau auparavant clair et à présent pâle, pour presser désespérément tes lèvres contre les siennes dans des baisers… sans vie. Tu te sens alors aussi vide que l’esprit de ton petit ami et tu cries à t’en briser la voix le prénom de celui que tu aimais tant. Tu le secoues sans réponse et alors que tu te penchais pour l’embrasser à nouveau, une main agrippe ton bras et te redresse sans ménagement. Tu croises le regard de celui qui l’a tué et tu hurles en le repoussant d’un coup sans pourtant le faire bouger d’un poil.

-ASSASSIN !!!!!

Il sourit et penche légèrement la tête. Il t’attrape par la taille et t’emmène vers l’extérieur de la pièce. Tu te débats, tu ne veux pas qu’il disparaisse, tu veux qu’il te sourit, qu’il remette doucement tes mèches de cheveux en place et qu’il te sourit angéliquement comme il savait si bien le faire. Tu tends la main vers son corps inerte et te démène le plus possible pour pouvoir revenir auprès de lui, te blottir contre lui et l’embrasser encore et encore jusqu’à ce qu’un miracle se produise. Mais il a beaucoup trop de force et passant son bras sur ton ventre, il te repousse assez fort pour que tu sois éjectée de la pièce. Il se tourne vers les deux gorilles et montre ton petit ami avec dédain.

-Débarrassez-vous du corps.

Tu cries un non qui retentit dans le couloir et il se tourne vers toi en soupirant alors qu’il range son arme là d’où il l’a sortie comme si rien ne s’était passé. Il s’approche et tu recules d’un coup, craignant cet homme qui t’a arraché ta moitié sans même sourciller. Il roule ses yeux et ses lèvres se pincent alors que tu pleures à nouveau en repensant à sa mort, n’arrivant pas vraiment à y croire mais en y étant confrontée si violemment.

*-Tu peux me traiter d’assassin my lady, cet homme n’est pas le premier que je tue. *

Tu le regardes avec surprise, peur, tristesse, colère, haine même et incompréhension alors qu’il semble contrairement à toi complètement détendu, comme si tout allait merveilleusement bien. Tu secoues la tête comme pour nier l’évidence de ce geste qu’il a posé, ce n’est pas possible qu’il ait fait ça pour une aussi stupide raison, tu aimais tant Jeonghan… Pourquoi est-ce qu’il te l’a enlevé si ce n’est pour… Une main passe dans ton dos et tu te retrouves pressée contre celui qui t’a kidnappée et qui a tué ton petit ami…

*-Maintenant que ton ange a rejoint le Paradis, il n’y a enfin plus que toi et moi, princesse ♥️ *
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:22

▲▼ De drôles de retrouvailles.Les larmes ne cessent. Ton ange… a rejoint le Paradis… Le désespoir pèse sur ton cœur et tu pleures encore et encore en essayant de te dégager de son horrible étreinte. Pourtant, à défaut de te lâcher, il te rapproche de lui et l’une de ses mains se place dans tes cheveux pour forcer ta tête à venir contre son torse. Impuissante, tu ne peux que continuer de pleurer toutes les larmes de ton corps et sentir la douleur de l’avoir perdu aussi soudainement. Tu secoues la tête et frappe son torse sans la moindre force à cause de tout ce qui t’est arrivée, ne provoquant aucune douleur à celui qu’en ce moment, tu voudrais voir souffrir terriblement.

-Pourquoi ?? Pourquoi ??? Tu… n’avais pas à le tuer !!!
-Si je ne l’avais pas tué, my lady, tu ne l’aurais jamais vraiment oublié. A présent, tu n’as plus aucune chance d’espérer vivre ta vie près de lui.

Ton corps se glace et à ta douleur se mêle la sournoise culpabilité. Tu lui as donné son nom, tu es la cause de sa présence dans cet endroit, tu es l’unique raison pour laquelle il est… mort. Tu trembles d’un coup, prise de l’horreur qui étreint ton cœur, l’horreur que cet homme qui ose t’enlacer à lui-même provoqué. Tu t’éloignes enfin, refusant de l’approcher en mémoire à celui que tu aimes toujours avec la même intensité. Jiyong semble soudainement exaspéré et se rapproche de toi même si tu recules désespérément. Il penche la tête et un sourire satisfait se dessine sur ses lèvres alors qu’en quelques enjambées, il est à nouveau près de toi, il se presse contre toi en passant ses mains dans ton dos.

-N’essaye pas de m’échapper, jolie demoiselle ! Tu es à présent à moi, tu n’as plus d’échappatoires et tu n’en auras plus jamais.

Cette phrase sonne dans ton cœur meurtri comme une condamnation et tu sens le désespoir t’envahir alors que tu n’as plus aucune raison de t’accrocher à la vie maintenant que tu as perdu une partie de la tienne. Tu sens un vide, une mort intérieure et une froideur soudaine emplir tout ton corps et désespérément, tu lèves ton regard vers ton kidnappeur qui semble tout à fait maîtriser la situation.

-Laisse-moi… mourir… tue-moi aussi… Pourquoi moi…

Il te regarde longuement et tu vois dans son regard que lui connaît toutes les raisons pour lesquelles il te garde en vie, pour lesquelles il souhaite faire de toi sa femme et la mère de son enfant. Et dans ses yeux hypnotisant apparaît soudain une douceur, une petite tendresse que tu n’as pas le cœur d’accepter, de tenter de comprendre ou même d’y prêter une attention particulière. Seul son silence semble te servir de réponse et tu en deviens emplie d’une colère intense alors que ça n’aurait pas dû être toi parce que tu n’as rien de spécial, que tu es si banale pour un homme semblant si excentrique et hors du commun. Tu le détestes, toi, et tu te demandes comment tu parviens encore à te tenir devant lui sans en vomir, sans en désirer sa mort immédiate pour qu’il rejoigne avec justice ton merveilleux ange qui t’a été arraché. Il commence alors à s’impatienter et son regard redevient froid alors qu’il prend ta main dans la sienne.

-Arrête de pleurer maintenant, c’est trop tard. Quelque chose d’important nous attend demain et tu n’iras certainement pas dans cet état-là, ma princesse.
-Que… Q-Quoi… ?
*-…
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:23

▲▼ De drôles de retrouvailles.Préférant ignorer ton étonnement et ton état de choc, il t'attrape par la taille pour te pousser vers l'escalier. Malgré beaucoup de résistance et de refus, il a plus de force que toi et donc rapidement l'avantage. Tu te retrouves à remonter ces escaliers que plus tôt, tu descendais en craignant ce qui t'attendait en bas sans tout de même imaginer ça. Tu serres les poings et enfonce tes courts ongles dans tes paumes comme si cette faible douleur pouvait te faire oublier celle plus intérieur qui ne va pas te quitter de sitôt. Aller de l'avant dans une situation aussi désastreuse est clairement impossible mais pour ton kidnappeur ça ne semble pas être un problème. Vous arrivez au rez-de-chaussée et il glisse à nouveau ses doigts sur ta taille dénudée pour t'attirer vers lui. Il a un petit air pensif alors qu'il regarde un lointain n'existant plus dans ton monde. Il finit par sourire légèrement mais froidement et t'emmène vers les immenses escaliers somptueux qui mènent au premier étage. Il t'y guide avec un pas décidé que le tien a du mal à suivre. Tu arrives en haut en même temps que lui mais pas dans le même état comme ta respiration est entrecoupée. Il n'y prête aucune attention et te guide vers la salle de bains pour y entrer avec toi. La bain est déjà prêt, brûlant doucement tant la chaleur semble apaisante et élevée. Pourtant, tu restes indifférente, comme morte de l'intérieur et de l'extérieur parce qu'il t'a enlevé celui que tu aimais. Il ignore ta douleur et te force à réagir en tentant de retirer ton haut. Tu hurles et t'éloigne d'un coup de lui en craignant ce qu'il compte te faire.

-Je veux juste t'aider à prendre ton bain, My Lady! Cesse de croire que je te veux du mal~


Tu le dévisage, il a tué celui à qui tu as offert ton cœur, t'a séquestrée une durée interminable et t'a indirectement forcée à sauter d'un balcon désespérément. Ose-t-il prétendre ne vouloir te faire aucun mal?? Il semble vraiment sérieux, une croyance en ce qu'il dit qui rend presque ça mignon.

- Si tu ne veux pas que je le fasses fais-le. Dans tous les ca, je resterais dans cette salle de bains. Mieux vaut être sûr que tu ne feras rien d'irresponsable.
Tu regardes autour de toi et comprends ce qu'il veut dire en voyant les lames qui, si tu avais été seule, aurait pu te donner une liberté que tu souhaites obtenir, n'ayant plus de raisons pour rester sur Terre alors que lui est si loin, séparé de toi par la vie que tu as en toi. Jiyong coupe tes pensées de mort en te demandant de te déshabiller comme tu refuses qu'il t'aide. Tu secoues la tête et tu n'as même pas besoin de parler parce qu'il a compris pourquoi tu t'entêtes à ne pas te mettre à nu devant lui.

-Ma belle, ce sera de grès ou de force. Alors facilite toi la tâche. Ce sera plus agréable que si je t'y force.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:24

▲▼ De drôles de retrouvailles.Son ton est aussi coupant qu'une lame de rasoir dont tu souhaiterais te servir pour assouvir tes pulsions de mort. Il se dénudera lui-même si tu ne le fais pas et t'imaginer être forcée à ça te fait frissonner. Il ne posera plus jamais ses mains meurtrières, tu t'en fais la promesse et un jour, tu vengeras ton Jeonghan si tu n'arrives pas à le rejoindre. Tu laisse glisser la robe le long de ton corps meurtri à l'intérieur comme à l'extérieur et tu n'as même pas eu à ouvrir la tirette vu l'état du vêtement. Il te regarde mais tu ne veux pas croiser ses yeux pervers alors que tu frémis en sentant l'air de la pièce te mordiller la peau. Il te dit de continuer et de te dépêcher et tu avales difficilement ta salive. Jeonghan n'a jamais eu l'occasion de te voir nue et il ne l'aura jamais plus... Cette pensée noue ton estomac alors que ton kidnappeur se donne le droit de te voir nue avant l'homme que tu aimes... ou aimait... lentement et douloureusement, tu retires ton soutien gorge et tu peux trop facilement imaginer son sourire en coin comme il se rince l'oeil devant ta poitrine dénudée. Tu retires ta culotte et comme il fait mine de s'approcher, tu cries en reculant, tentant de cacher ton corps alors que lui rit.

-Je t'ai dit que je ne te ferais pas de mal, princesse~ Entre dans le bain maintenant.

Tu exécutes sa demande te permettant de te cacher sous l'eau malgré sa transparence. Tu le regardes, le surveilles du coin de l'oeil et sursaute quand tu le vois retirer son haut de costume pour se retrouver torse nu devant toi. Tu cries encore et il te regarde, surpris de ta réaction.

-Aish Sophie... Cesse de me craindre, ce n'est pas agréable d'entendre tes cris, pas dans cette situation en tout cas! souffle-t-il avec un clin d'oeil crop Je vais te laver. Laisse-toi faire, je ne le répéterais pas.

Il se rapproche et tu recules en secouant la tête alors qu'il semble sûr de sa décision. Il prends un gant de toilette et l'enfile sur sa main pour déposer au creux de sa paume couverte du savon. Il l'approche de ton épaule et tu bouges d'un coup, éclaboussant le jeune homme violemment. Il soupire et lève sur toi un regard qui t'immobilise d'un coup. Il approche une nouvelle fois le gant de ton corps et, aspirée par ce dangereux regard, tu le laisses faire comme si tout ton corps était empoisonné par le simple fait qu'il ancre son regard dans le tien. Il glisse le savon sur ton bras et tu ressens un douceur et une...tendresse dans les gestes qu'il applique sur toi, toujours immobile. Il remonte ton bras nettoyé et le passe le gant dans ton dos avec la même douceur et ses doigts à travers le tissu se font sentir lorsqu'il applique une légère pression sur ta peau pour mieux la nettoyer. Il prend soin de ton second bras mais lorsqu'il remonte celui-ci, il se dirige vers ta poitrine. D'un sourire légèr et rassurant, il te fait comprendre ce qu'il va faire et tu frémis comme le gant glisse sur le haut de ton corps puis passe entre tes seins avant de se diriger vers ceux-ci. Il passe en dessous de l'un d'eux et remonte pour que sa paume englobe ton sein et ton corps tremble à ce contact appliqué et presque... amoureux..? Il fait de même avec ton deuxième sein et tu tentes veinement de retenir tes petits gémissements alors qu'il est si doux avec toi que tu n'arrives pas à résister, tu te mords la lèvre alors pour tenter de cacher ce que tu ressens alors qu'il ne fait que te laver. Il passe le savon sur ton ventre avec un petit regard qui te paraît... rêveur... Il glisse sur tes cuisses et s'éloigne pour laver tes jambes dans toute leur longueur alors que ton regard ne quitte pas son visage concentré sur ses gestes. Il glisse vers l'intérieur de tes cuisses et tu trembles un peu de peur et d'appréhension. Il sourit et glisse le tissu contre ta féminité, il appuie légèrement dessus pour la nettoyer parfaitement et tu te redresses en te cambrant. Un petit gémissement caresse tes lèvres et il sourit alors que ses joues rougissent à cause de la chaleur sûrement. Terminant de te laver, il lave rapidement tes cheveux comme on laverait ceux d'un enfant et tu le laisses faire comme tu n'as pas d'autres choix évidemment. Il passe finalement ses doigts dans tes cheveux pour les essorer sans te faire mal puis te tends la main.

-C'est fini, Sophie.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 1:25

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu sors dans ta petite bulle et te redresse très maladroitement alors qu'il te donne un soutien que tu ne parviens pas à remballer à ce moment-là. Il te prends par la taille et te soulève pour te faire sortir du bain. Attrapant un essui, il l'enroule autour de toi et pour la première fois, ton regard tombe sur son corps à moitié nu. Il est légèrement musclé et tu devines des abdos derrière quelques cicatrices. Sa peau est blanche et brille de par les gouttes qui l'ont éclaboussé plus tôt. Restant silencieux, il caresse ton corps de l'essui de la même façon que quand il t'a lavé. Il te tends ensuite des vêtements avec un sourire et tu enfiles ton short et petit haut de «pyjama» devant lui qui semble avoir pris le soin de kidnapper tes vêtements avec toi.

-C'est bien. Tu vas pouvoir aller te coucher.
Il annonce cela puis te guide jusqu'à une chambre sobre mais beaucoup plus confortable que ta cellule. Tu hésites à entrer mais il t'y invite sans te suivre à l'intérieur. Tu regardes autour de toi en te demandant pourquoi tu mérites cette chambre plus agréable à vivre que celle dans laquelle tu as été séquestrée. Il attire ton attention de sa voix et tu te tournes vers lui.

-J'aurais préféré que tu dormes à mes côtés ce soir mais je te laisse cette chambre comme tu as perdu ton petit ami ce soir.

Tu es surprise et ça se lit sur tes traits alors que lui te sourit avec une gentillesse qui n'étais pas dans ses caractéristiques plus tôt. Son sourire reste alors qu'il t'invite à te coucher d'un geste même s'il reste sur le pas de ta porte.

-Je viendrais te chercher demain matin ma belle. J'espère que tu seras plus obéissante qu'aujourd'hui parce que je n'ai pas que Jeonghan dans ma cave. Et je n'hésiterais pas à te faire regretter ta désobéissance encore.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Sam 21 Juil - 20:02

▲▼ De drôles de retrouvailles.Comment trouver le sommeil alors que les images de mort et la tristesse continuent de te hanter ? Jeonghan est mort, Jeonghan est mort… Non tu ne peux pas t’habituer à cette atroce pensée. Et cet homme qui te retient prisonnière, qui retient-il d’autre ? Qui peut-il tuer encore pour te faire comprendre que tu dois lui obéir ? Tu penses directement à ta famille puis à ta meilleure amie… Ils sont peut-être tous emprisonnés dans cette cave en ne sachant pas s’ils vont s’en sortir ou pas et leur vie sont au creux de ta main. Tu n’as pas le choix, tu dois obéir sinon… tu auras encore du sang sur tes mains et des larmes sur tes joues. D’ailleurs tes larmes, tu ne peux les arrêter, elles trempent ce lit trop grand pour toi et tu te sens tellement seule… Il y a quelques temps tu te plaisais dans les bras de ton petit ami et là… là tu as senti ses doigts sur ton corps pendant qu’il te lavait alors qu’il venait d’utiliser ces mêmes doigts pour tuer l’homme de ta vie ! Ton cœur se serre, tu as la nausée et tu te recroquevilles sur toi-même en commençant à te lacérer les poignets de tes ongles alors que tes larmes coulent encore et encore. Qu’est-ce qu’il te réserve demain ? Pourquoi toi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Tu saignes mais ça ne fait pas mal, non, tu as tellement plus mal au cœur. Il te manque, il t’aimait sincèrement, il t’a demandé de ne jamais l’oublier, comment pourrais-tu l’oublier ? Il était tout et maintenant tu n’as plus rien. Pendant une seconde, tu as cru voir dans les yeux de ton kidnappeur de la compassion, de la gentillesse mais dès qu’il t’a menacé, tu as su qu’il était de la pire espèce. Et maintenant tu n’arrives pas à t’endormir, tu n’as que du sang et des larmes, de la tristesse et la mort dans tes yeux, dans tes pensées et même sur ton corps ! Tu gémis de douleur et t’agrippes aux couvertures alors que la douleur de tes poignets lancent dans tout ton corps. Tu as mal, tellement mal… partout en toi, sur toi, tu as mal partout… C’est dans cette douleur, dans ces larmes et dans ce sang que tu t’endors.


-Réveille-toi Sophie. C'est l'heure de se lever.


Cette voix... Elle est dénudée de toute gentillesse, de toute douceur et ça te fait mal au cœur. Tu tournes le dos à la personne dont tu connais malheureusement l'identité et tu grognes un peu en ignorant royalement sa présence. Sa main se pose sur ton épaule et tu te crispes immédiatement en ne voulant pas qu'il te touche comme hier... Cet homme est un monstre et il ne te veut aucun bien. Tu es juste un objet à ses yeux, certaine qu'il ne souhaite que t'utiliser pour avoir un enfant et c'est la dernière chose que tu veux. Alors tes yeux restent fermés malgré la froideur de sa main sur ton épaule dénudée et tu le repousses avec un nouveau grognement. Tu sens ses doigts se refermer un peu sur ta peau, suffisamment pour qu'elle blanchisse sous sa force surprenante. Tu sais déjà qu'il n'est pas de bonne humeur, parce que tu refuses de te lever et que tu préfères faire comme s'il n'existait plus à tes yeux. Tu es naïve, croid-tu sincèrement pouvoir lui échapper en refusant aussi simplement de lui offrir ton attention. N'as-tu pas appris que lui désobéir n'est pas une bonne idée. Les idées embuées tu ne peux pas réfléchir à ça puisque ta seule envie est de rester dans ces chaudes couvertures et oublier tout ce qui t'entoure pour vivre dans un monde meilleur dans tes rêves... Il te secoue encore et face à ton mutisme, il retire d'un coup la couverture pour t'entourer d'un froid particulièrement piquant.


-N'essaye pas de m'ignorer chérie. Je te l'ai dit hier, je n'hésiterais pas à tuer à nouveau.


Tes yeux s’écarquillent immédiatement et tout ton corps se réveille alors que les mots qu’il a prononcés la veille te reviennent en tête. Tu te redresses avec un peu de difficulté en pensant à tous ceux que tu aimes et que tu refuses de voir mourir. Tu te rappelles de ce que tu as pensé la nuit qui vient de passer et ton idée de lui obéir pour éviter de blesser ton entourage mais c’est tellement difficile d’être docile face à un homme aussi horrible que Jiyong. Tu te lèves lentement sans lui jeter un coup d’œil et cache ton corps peu vêtu pendant les nuits où tu as trop chaud. Tu sens son regard insistant sur ton dos nu et tu sais qu’il sourit, c’est ce que tu ressens et ça te déplaît au plus haut point. Tu as envie de t’éloigner, de partir de cette chambre, de partir de cette demeure, de ne plus jamais le revoir lui et son sourire pervers qui te fixe. Tu prends alors la couverture et t’enroules dedans pour qu’il ne puisse plus te regarder même si tu sais qu’un drap si léger ne peut pas l’empêcher de te voir s’il le souhaite et tu ne peux même pas l’affronter… Il se lève du lit où il s’était installé pour te réveiller et se place devant toi avec un regard sévère et intense qui ferait presque battre ton cœur plus vite. Il te tend la main froidement, sans un sourire ou une attitude plus ouverte alors qu’il t’annonce quelque chose qui devrait être dit plus tendrement, avec un amour que Jeonghan aurait eu.

-Dépêche-toi. Aujourd’hui, nous allons nous marier.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Mar 18 Sep - 9:37

▲▼ De drôles de retrouvailles.Tu restes de glace face à cette annonce. Comment pourrais-tu réagir autrement? Depuis hier, tu as l'impression que ton cœur ne pourra plus jamais battre plus vite. Il t'a enlevé l'amour, l'homme avec qui tu voulais finir ta vie. Le corps inerte de celui-ci te revient à l'esprit comme un fantôme qui refuse de te lâcher et tu te perds quelques secondes dans la nostalgie de la perte trop soudaine de Jeonghan. Tu aimerais avoir l'occasion de faire ton deuil quitte à retourner dans l'horrible pièce noire où tu étais séquestrée. Celle-ci te manque presque maintenant que tu sais ce que tu vis à l'extérieur, auprès de lui... Face à lui, tu sais qu'il y a pire que mourir, pire qu'être torturée. Cet homme te tendant sans aucun sentiment la main te fait souffrir comme tu n'as jamais souffert, il connait tous les moyens les plus horribles pour te faire regretter de ne pas être morte et tu n'es plus qu'une expérience coincée dans une prison-laboratoire où tes plus douloureuses émotions semblent être son divertissement. Tu n'as qu'une envie: y échapper, te réveiller de ce cauchemar et te blottir contre Jeonghan... Mais sa main attrapant la tienne dans un contact mortel te ramène à la dure réalité. Tu es toujours face à lui s'impatientant de toute évidence devant ton manque de réaction à son annonce. Tu vas te marier avec lui, voilà la prochaine épreuve, la prochaine souffrance qu'il s'apprête à t'imposer. Il te tire d'un coup, te forçant à te lever, ce que tu fais mollement, le regard dans le vague et ça semble le contrarier au vu de ses traits crispés et de ses sourcils froncés. Mais tu l'ignores encore, c'est tout ce que tu veux faire et il ne peut pas t'en empêcher... si?

C'est ce que tu te forces à croire mais tu sous-estime Kwon Jiyong, encore. À force de le côtoyer, tu devras te rendre compte que ce qu'il veut, il l'obtient toujours. Toujours . Sa main lâche la tienne et intérieurement, tu penses avoir gagné mais c'est faux. On ne gagne jamais contre Kwon Jiyong. Il s'approche, sa main se pose sur ta taille et tu sursautes, surprise par le geste soudain. Ses doigts se glissent dans ton dos et ton échine tremble de dégoût face à ce toucher intrusif et écoeurant mais il ne s'arrête pas là. Son corps se rapproche du tien et il est suffisamment proche pour que tu sentes son parfum fort et masculin. C'est une odeur qui t'aurait attirée si ce n'était pas à lui qu'elle appartenait... il s'approche encore et cette fois tu recules, ayant oublié que le lit se trouve derrière toi et que tu te retrouves à basculer pour te plonger dans le moelleux du matelas. C'est là que tu te rends compte qu'il avait prévu que tu recules et que tu tombes, qu'il avait ça pour que tu tombes... Quelle idiote... C'est comme cela que tu te traites intérieurement alors que tu le vois se placer juste au dessus de toi sans te laisse cette fois un moyen de t'extirper de cette situation. Un sourire passe sur ses lèvres et tu sais déjà qu'il a gagné, il a tout gagné avant même de t'avoir kidnappé et tes chances face à cet homme sont réduites à néant. Ses doigts caresse ta peau, frôlant tes côtés avant de descendre et tu te crispes... qu'est-ce qu'il fait... Son index glisse sous le tissu de ton seul sous-vêtement au niveau de ta hanche droite et tu essayes de te débattre mais tu es paralysée... incapable de faire un geste, seulement de le regarder sans comprendre perdue et terrorisée... Ses doigts longent ta peau en dessous du tissu, caressant le haut de ta hanche et ensuite... là, tu réagis, tes mains tentent de le pousser et tes jambes bougent de façon maladroite mais terrorisée. Il ne bouge pourtant pas d'un poil et ses doigts se glissent entre tes cuisses, toujours sous ta culotte et tu sens ses doigts caresser ta féminité d'un coup incapable d'être excitée... il ne recule pourtant pas et après avoir pressé son majeur contre ton clitoris, il descend vers ton entrée qu'il titille. Tu le repousses en vain et sa main libre vient empêcher tes hanches de se débattre inutilement. Il fait ce que tu craignais et tu sens le bout de son doigt forcer contre ton entrée avant d'y entrer difficilement puisque tu manques de lubrifiant naturel. Il ne cesse de sourire et, enfonçant son doigt en toi en t'arrachant un gémissement plaintif, il approche ses lèvres de ton oreille et dans sa voix, tu devines la victoire et le confiance qu'il a en lui.

-Tu peux tenter de te débattre, chérie, mais le résultat sera le même... Ce soir, ça sera à moi!

Et sur le ça, il enfonce son doigt un peu plus en toi, faisant naître en toi une douleur te rappellant que tu es encore vierge mais que tu ne le seras peut-être plus ce soir...

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: Prison Dorée   Dim 7 Oct - 23:34

▲▼ De drôles de retrouvailles.Il s’éloigne finalement et tu te recroquevilles sur toi-même, sentant toujours son doigt en toi même lorsqu’il n’y est plus et ça fait mal… Ce soir… Ce soir que tu le veuilles ou non, tu ne seras plus vierge et tu te rends compte qu’il est suffisamment fou pour pouvoir te violer sans aucune drogue ni aucun alcool dans le sang. Tu as peur, tu aimerais t’enfuir, disparaître ou tout simplement mourir… Mais même ça, il ne veut pas te l’offrir et pourtant ce n’est pas si difficile vu ce qu’il a fait subir hier à ton fiancé… à ton Jeonghan… Le souvenir de sa mort fait monter les larmes dans tes yeux et tu retiens tes sanglots de justesse comme il agrippe ton bras et te redresse pour de forcer à te mettre debout.

-Cesse de pleurer, c’est ton destin, tu n’as aucune autre option.

Il te regarde droit dans les yeux et tu te liquéfie sur place en n’arrivant même pas à détourner le regard. Il penche la tête, te défiant de ses yeux bruns et quelques mèches rebelles tombent sur son front. Tu aimerais te dégager mais la poigne de cet homme affreux est trop forte et tu sens ton bras être douloureusement écraser entre ses doigts dénudés de toute douceur. Déjà, tu redoutes la nuit qui va arriver, sachant qu’il ne sera pas doux et que la douleur va être plus dure que ce que tu viens d’endurer… Tu te débats pour montrer ton mécontentement et de façon inattendue, il te lâche avec un sourire en coin.

-Ne perdons pas plus de temps, nous sommes attendus dans une heure, il ne te reste pas beaucoup de temps pour être prête. Suis-moi.

Il quitte la pièce et pourtant, tu ne fais que t’asseoir sur le bout de ton lit, décidée à ne pas venir avec lui découvrir ce futur dont tu n’as pas envie, tu préférerais encore te laisser mourir de faim et de soif ! Tiens, ce serait peut-être une bonne solution… Il revient quelques secondes après, ses traits à nouveau durcis par la colère et la frustration face à ton entêtement.

-Ce n’est pas à moi que tu rends la tâche difficile, Sophie, mais à toi.

Il s’approche et avec une force surprenant, il passe son bras dans ton dos puis l’autre sous tes genoux et te soulève comme une princesse. Tu te débats à nouveau, frappant son torse mais ça ne lui fait l’effet que d’une caresse et c’est même ta main qui souffre un peu de l’avoir frappé… Il t’emmène sans te jeter un coup d’œil alors qu’il prétend vouloir t’épouser, son indifférence est consternante mais il faut dire tu es tout aussi indifférence face à lui… A la différence près que toi, tu n’as jamais demandé à l’épouser ! Il s’arrête devant une pièce qui ne t’es pas inconnue : la salle de bains. Il t’y dépose et cette fois, sort de la pièce sans pour autant te laisser seule puisque tu es entourée de deux jeunes femmes aux habits et coiffures strictes et aux yeux baissés. Il leur donne l’ordre de te préparer en trois quart d’heure et elles s’inclinent toutes les deux en signe d’acquiescement. Il ferme la porte et directement, les jeunes femmes finissent de te déshabiller en faisant couler un bain et tu ne fais rien, tu ne te débats pas par respect pour ces deux femmes qui n’ont sûrement pas demandé à faire ça… Tu te retrouves comme dans les films, dans un bain moussant avec les mains, pieds, cheveux et visage entre les mains des deux jeunes femmes très appliquées. Elles te lavent entièrement et vernissent des ongles de pieds et de mains avant de t’inviter à sortir de la baignoire pour te sécher, ne te laissant pas l’occasion d’effectuer le moindre geste, même celui de t’habiller ! Elles s’attaquent à ta coiffure et à ton maquillage et tu sais déjà que tu seras plus belle que jamais sans t’en réjouir vu l’occasion… Tu fermes les yeux, prise d’une nausée à l’idée d’être forcée à lui dire oui et tu t’accroches du mieux que tu peux pour ne pas vomir alors que l’envie ne te manque pas mais tu n’as pas envie de paraître ridicule devant les jeunes femmes qui finissent de te coiffer (coiffure ici). Elles t’aident à te lever et à enfiler ta robe de mariée avant d’ajuster les derniers détails face à un miroir. Comme tu le pensais, tu es tout simplement radieuse dans cette robe (robe ici) mais les sentiments n’y sont pas et au lieu de t’apprêter à vivre le plus beau jour de ta vie, tu vas vivre l’un des pires…

-C’est bon ? Elle est prê- ?

Jiyong déboule dans la pièce sans frapper, tu aurais pu être nue que ça ne l’inquiétait évidemment pas et alors qu’il allait demander si tu étais prête, il s’arrête dans ses mots et te fixe, la bouche légèrement entrouverte et le regard allant de ta coiffure, à tes traits maquillés jusqu’à cette robe t’allant à merveille et tu as la sensation que pour la première fois, tu attires réellement son regard. Tu t’attends presque à un compliment mais déjà, il tente de se reprendre et te tends la main avec un air qui semble détaché mais il n’en est rien, même toi tu lis l’admiration quand il te regarde… Mais ça ne fait que te dégoûter et tu avances sans lui prendre la main mais il l’attrape de force et te suit hors de la salle de bains. Tu t’arrêtes et te retournes vers les jeunes femmes pour t’incliner et les remercier avec un petit sourire reconnaissant. Elles s’inclinent à leur tour mais déjà, Jiyong te pousse vers les escaliers en plaçant sa main dans ton dos.

-Dépêchons-nous. On ne doit surtout pas arriver en retard. Et je te préviens, ça ne sera pas une cérémonie comme les autres.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prison Dorée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prison Dorée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» jeunes délinquants en prison dés 12 ans
» Prison de Draguignan : Les personnels retiennent les directeurs
» Comment humaniser les premières heures en prison ?
» Deux évadés d’une prison italienne arrêtés au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROP :: SoG-
Sauter vers: