AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 We are born to be together

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: We are born to be together   Dim 22 Juil - 22:30

Mon réveil me prévient de l’heure qu’il est et j’ouvre les yeux, la voix de mon appartement me souhaitant un bon jour alors que je m’étire dans mes draps parfaitement blancs. Je sors de mon lit en enfonçant mes pieds dans mes pantoufles placées à l’exact endroit où je quitte mon lit chaque matin. Une main sort de mon mur pour me donner mon peignoir que j’enfile par-dessus ma tenue légère et je me dirige ensuite vers ma cuisine où m’attend déjà le même petit déjeuné depuis des années. Je m’assieds alors que la voix off me demande si j’ai passé une bonne nuit et, sans attendre ma réponse, me rappelle qu’aujourd’hui a lieu un événement des plus importants. Je hoche la tête et comme l’une de ses caméras capte mon geste, elle m’annonce que dans une demi-heure, je dois me rendre au lieu de la cérémonie des mariages et qu’elle est en train de faire couler mon bain. Je la remercie et me concentre dans un silence un peu trop pesant sur mon petit déjeuner un peu fade mais nourrissant. J’ai 21 ans depuis hier et tous les jeunes hommes et les jeunes femmes de 20-21 ans doivent participer à la cérémonie de mariage chaque année à la même date. Je soupire, n’ayant pas vraiment envie d’y participer et je sais pourquoi une démotivation pareille m’étreint. Un verre de jus d’orange apparaît alors sur la table et à côté, une petite pilule rouge. J’attrape celle-ci méthodiquement et la porte à ma bouche pour l’avaler d’une traite avec plusieurs gorgées de ma boisson fraîchement servie. Il faut que le médicament fasse effet et en attendant, je décide de prendre mon bain pour ne pas me mettre en retard, conformément à l’une des nombreuses lois de la ville. Je me détends de longues minutes dans la baignoire contenant de l’eau agréablement brûlante et me laisse glisser entièrement dedans, retenant quelques secondes ma respiration pour profiter du silence sourd qui m’entoure. Je ressors finalement et reprend bruyamment ma respiration en passant ma main dans mes cheveux. Je m’appuie sur les bords du bain et respire longuement pour vider mes pensées angoissantes et angoissées avant de sortir du bain pour me préparer.

Je passe le reste du temps imparti pour quitter mon appartement à me préparer, soignant mon apparence de tout mon corps pour qu’il soit parfait parce que je sais pertinemment qu’il faut se mettre sur son 31 pour cette cérémonie. Je retrouve déjà mes pensées habituelles, me réjouissant à nouveau de me rendre à cet endroit bien que je sois un peu nerveux à l’idée de rencontrer la femme que la ville m’aura choisi comme futur. La voix off m’annonce qu’il est temps que je parte et j’enfile ma veste en jetant un dernier coup d’œil à mon miroir avant de quitter mon appartement, celui-ci s’éteignant automatiquement. Je passe mon bracelet électrique sur le pass pour verrouiller ma porte d’entrée puis prends l’ascenseur de mon immeuble pour le quitter. Une navette s’arrête devant moi à peine ai-je passé la porte du bâtiment dans lequel j’habite et je grimpe dedans. Le trajet passe très vite et je constate que la quasi-totalité du véhicule volant est rempli des futur(e)s marié(e)s qui se rendent comme moi à la cérémonie. Je pince les lèvres en trouvant tout de même cela dommage que notre cœur ne puisse pas choisir son binôme mais chasse rapidement ces pensées, la société est bien mieux comme cela et je sais qu’elle me choisira celle qui aurait de toute façon capturé mon cœur si les sentiments de ce genre étaient encore permis. Je descends devant le bâtiment des mariages avec tous les autres aussi bien habillés que moi et ralentis un peu le pas, mon cœur se serrant de par le stress que la rencontre qu’aujourd’hui je vais faire me procure. Je passe les portes et découvre devant moi l’immense salle décorée magnifiquement bien de doré et de blanc. Des tables nappées et dressées sont placées dans toute la salle et le mur du fond est couvert d’un gigantesque écran pour le moment blanc. Je me dépêche de trouver une place en regardant autour de moi les garçons et les filles de mon âge tous vêtus de robes et de costumes de toutes les couleurs possibles, formant dans la pièce un arc-en-ciel impressionnant. Je m’assieds et salue les gens de la classe sociale dont je fais partie –celle des fraternels- avant d’être surpris par la voix off annonçant le début de la cérémonie. Je m’attends alors, comme le programme l’indique, à ce que l’écran s’illumine et que le dirigeant de l’organisation des Mariages présentent la cérémonie et annonce chacun des nouveaux couples… Je tente de me détendre sans quitter l’écran du regard, essayant de me mettre à l’aise dans mon costume rouge foncé avec un petit sourire restant terriblement nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 22:45

Le soleil fait son apparition dans la pièce et vient l'inonder d'une douce lumière pâle signifiant que le matin est là. Je n'ai vraiment pas envie de me lever. En plus, mon réveil n'a pas encore sonné , indiquant qu'il n'est pas encore l'heure de sortir du lit. Je remonte un peu la couverture sur moi et m'enroule à l'intérieur de celle-ci , m'enveloppant dans une douce sensation de chaleur. Je ferme les yeux et tente de me rendormir malgré que je ne sache combien de temps de sommeil il me reste avant que je me lève à la voix automatique de X1004xbg me forçant hors de mon petit confort. Mes paupières closent, je commence à rêver de tout et n'importe quoi et mon imaginaire part dans des aventures fantastiques où je suis l'héroïne qui doit sauver le monde. Alors que je m'apprête à terrasser l'homme diabolique qui veut détruire la terre, le rêve prend fin avec la voix robotisé de mon réveil. Je grogne, ne voulant pas quitter mon lit, mais les capteur qui se trouvent dans celui-ci avertissent le logiciel de ma maison que je suis toujours dans les draps et la voix se fait plus forte. Je me lève alors à contre cœur et une main constituée de fils et de câble me tend un t-shirt que j'enfile vite fait. Je me dirige vers la salle à manger où un bol de chocolat chaud m'attends avec à côté une panoplies de tartines. Je soupire en voyant cela et avale mon petit déjeuner alors que j'emballe les morceaux de pains dans un film plastique. Ils iront encore dans la poubelle municipale... Je bois mon chocolat chaud tout en surfant sur mon téléphone pour écouter la seule radio de musique qui est autorisé dans la ville. Je traîne comme à mon habitude et X1004xbg me rappelle que je dois me préparer car aujourd'hui est le grand jour. Je soupire encore à l'entende de cette phrase... C'est vrai, j'ai 20 ans , je dois assisté à la cérémonie de mariage... Je déteste ce principe. Je veux choisir avec qui je sors, je veux que mon cœur décide de l'élu de son cœur , je ne veux pas me forcer ou être forcée... Mais je n'ai pas le choix, et comme un bon petit soldat, je vais assister à la cérémonie pour voir si quelqu'un est destiné pour l'horrible personne que je suis. Je pars dans la salle de bain où je prends une douche plus que chaude. Si je prends un bain, je sais que je vais traîner des heures dedans et que je serais friper à la fin de celui-ci. Je m'imagine déjà rencontrer '' l'élu de mon cœur '' toute ridée à 20 à peine. Je souris à cette bête pensée et fini de me laver dans une eau qui est directement mis à mon goût par les ordinateurs de la maison. J'enfile ensuite une serviette blanche autour de mon petit corps pour me diriger vers le dressing qui a été préparer spécialement pour cette occasion. Une panoplie de robe me sont proposées car les jeans sont interdit en cette journée. Devant moi se trouve une dizaine de robe de différents gabarits et différentes coupes. Je prends une robe robe courte et évasée emplie de dentelle au motif de fleur. Les manches sont colle-au-corps jusqu'au coude où là, elles s'évasent, cachant mes mains ce qui est un point positif puisque je ne peux pas cacher mes jambes. Les chaussures plates – à part les ballerines – n'ont pas l'air d'être autorisé et je mets alors des petites chaussures dorée à talons pleins ,donc la languette qui passe sur ma cheville est garni par une fleur. J'enfile tout cela avec l'aide de X1004xbg et le programme s'occupe aussi de me coiffer en faisant un brushing qu'il décore d'une broche emplie aussi de fleur d'or. Mon maquillage fait aussi, je me regarde dans le miroir et remarque une reflexion qui ne m'appartient pas. La fille dans le miroir est beaucoup trop belle pour être la vrai moi, je plains mon futur mari si il existe.
X1004xbg m'annonce que je dois partir et je quitte la pièce pour aller vite chercher les tartines dans la cuisine avant de fermer la maison avec mon bracelet électrique , comme le bon petit toutou que je suis, ma laisse se trouvant autour de mon poignet. Dès que j'ai mis un pied dehors , un navette m'attend pour m'emmener. Trop ponctuel , je n'aime pas... Le trajet passe très lentement et j'ai mal à la tête d'entendre toute ces filles s’excitées pour un parfait inconnu qu'elles ne connaissent même pas. Dîtes-moi que je ne suis pas la seule à trouver tout cela ridicule... Néanmoins, mon cœur bat vite, s'attendant sûrement à ce que la société me choisisse la personne parfaite. Peut-être qu'au fond de moi j'espère... Sûrement... Après ce trajet qui me semblait interminable, nous arrivons enfin. Je suis les personnes de la navette et me retrouve dans une immense salle magnifiquement décorée de blanc et de doré. Un monde fou est ici et je ne fais pas trop attention aux autres pour aller trouver ma place dans la foule. Je vais m'asseoir du côté des altruistes et attend que la cérémonie commence, avec une drôle de boule dans le ventre. Les premiers couples sont annoncés par le maître de cérémonie et s'affiche sur l'immense écran et je stresse, mon cœur battant la chamade au creux de ma poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 22:50

Je ris de certains propos de mes camarades assez détendus par rapport à ce qui nous attend aujourd’hui mais suis presque sûr qu’ils ressentent au fond d’eux la même nervosité que moi. Je garde pourtant mon regard fixé sur l’écran qui finit par s’illuminer. Là apparaît celui qui, comme chaque année, présente les couples qui seront unis par notre société. Je me redresse alors que les visages par pair apparaissent. Les garçons et filles se reconnaissant se lèvent et s’échangent souvent un petit regard gêné avant de se diriger vers la porte sous l’immense écran lumineux. Je me ronge distraitement les ongles alors qu’autour de moi, certains de ma fraternité s’en vont avec la moitié que la société leur a choisie. Je continue de me mordiller les doigts en espérant que je ne serais pas de ceux qui ont un couple réparti dans deux fraternités différentes. Je passe une main dans mes cheveux en sachant que cela est aussi unique que cela arrive, une fois par un an, une fois dans chaque génération. Les minutes passent lentement, les couples s’en vont dans un bruit de talons féminins et je les suis du regard avec un peu d’envie tout de même mais bientôt ça sera à moi.

Kwon Jiyong.

Je me lève alors lentement et fixe l’écran. L’homme habillé excentriquement –enfin je n’ai de leçon à faire à personne- jette un coup d’œil à sa feuille et un petit rictus passe sur son visage. Mon cœur se serre affreusement, comme pris d’un pressentiment qui n’annonce rien de bon. Il prononce alors un nom et un prénom m’étant totalement inconnu et je vois sur l’écran apparaître un doux visage basané et je souris en pensant idiotement qu’elle est jolie et la cherche dans les tables autour de moi mais ce n’est pas là qu’elle est. Je l’aperçois quand elle s’avance vers l’allée principale, quittant la faction des Altruistes. Je la regarde, se déplacer avec une maladresse touchante et adorable et j’ai l’impression d’être un mari découvrant sa femme en robe de mariée. Un garçon près de moi secoue mon bras et me chuchote d’avancer, me sortant de ma petite admiration pour me ramener sur Terre. Je m’avance, me rapprochant d’elle en oubliant complètement qu’elle n’est pas une Audacieuse et que notre destin sera différent de celui des autres. Je lui offre un petit sourire gêné puis me dirige en prenant avec douceur sa main dans la mienne pour l’emmener avec moi. J’ouvre la porte sous l’écran et la laisse passer avant moi. Une petite navette ronde à deux places nous attend, volant doucement dans les airs et je me demande déjà où elle va nous emmener. Les portes du véhicule s’ouvrent automatiquement et je pose ma main sur la taille de la jeune fille pour la pousser avec douceur vers notre moyen de transport. Je sais déjà que la société nous a fait naître pour être ensemble alors je ne doute pas une seconde qu’elle est celle que mon cœur va aimer tendrement jusqu’à la fin de notre vie. Elle prend place et je fais de même, laissant les portières se refermer derrière moi. La voiture prend son envol et se dirige lentement vers un inconnu que je vais partager avec Sophie. Je tourne un regard gêné vers elle et me demande ce qu’elle ressent par rapport à notre mariage, au fait que ça soit un Audacieux qui lui est promis.

Je suis inquiet et ça doit se lire sur mes traits alors je détourne un peu le regard pour observer le paysage de la ville s’étendant sous nos pieds. Je suppose que le petit malaise entre nous s’évaporera avec le temps, les enfants que nous recevrons et la vie que nous construirons pour le bien de Notre Société. J’ai un petit sourire confiant en me disant cela, me rassurant de mots qui, je le souhaite de tout cœur, se réaliseront. Déjà, notre véhicule se pose et j’observe le grand bâtiment sans couleur, ne représentant donc aucune faction. Je penche la tête mais tente de ne pas m’attarder dessus, sachant qu’entre ma timidité et ma nervosité, je ne vais pas aller bien loin. Nous entrons dans le bâtiment alors que notre véhicule s’en va de lui-même et je me mordille la lèvre en ouvrant une nouvelle fois la porte pour la laisser passer.

Excuse-moi d’être si silencieux, j’ai pas trop l’habitude d’être avec une fille…

Je souffle ses mots en évitant son regard. Je suis un Audacieux, je n’ai pas vraiment de craintes ou en tout cas, un nombre très réduit mais ce n’est pas pour autant que je ne peux pas être un peu timide, surtout que sa beauté dans cette robe lui seyant si parfaitement bien ne fait que me déstabiliser davantage. Le hall du bâtiment est aussi neutre que l’extérieur du bâtiment et je commence à comprendre que cela signifie que ce lieu est sans-faction. Une voix nous donne l’étage et le numéro de notre appartement et les portes de l’ascenseur s’ouvre à la fin de sa phrase. Une fois entrés, j’appuie sur le numéro de notre étage et tourne une nouvelle fois mon regard sombre vers la jeune femme.

Je… Tu le sais déjà mais je m’appelle Jiyong. Tu es Sophie ? Une… Une Altruiste, c’est ça ?

Je sais pertinemment que nos deux factions ne s’apprécient guère et je me dis que j’aurais préféré me marier à une Fraternelle quitte à avoir le choix mais j’espère qu’elle n’est pas trop comme ses semblables, si humbles que ça en devient énervant. Je me demande alors si elle, côtoyant probablement des personnes de n’importe quelle faction tant que ça peut les aider, aurait croisé un couple comme celui que nous allons devenir…

Est-ce que tu sais ce qu’il se passe dans un cas comme le nôtre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 22:58

Sophie * Une fois installée, mon regard se pose un peu partout. J'observe les différentes robes portées par les futures mariées et les différents costards qu'arborent les hommes de manière plutôt fier. Je triture mes mains nerveusement, attendant mon sort comme si j'attendais une sentence de prison. Pourtant, je devrais être heureuse, c'est de l'élu de mon cœur dont il s'agit, mais et si cela n'était pas réel ? Si as cause de cette cérémonie, tout n'était qu'artifice ? Je n'ai pas vraiment le droit ou même le temps de me poser la question que la cérémonie débute. Un homme habillé d'un costard assez tape-à-l’œil s'avance sur scène et commence à énumérer le nom des couples fraîchement formés. Je vois des gens de ma fratrie partir avec des petits sourires gênées. Certains me regardent et je leur rends leur sourire dans l'espoir de leur donner le petit bout de courage qu'il leur faut pour descendre de nos gradins pour se diriger vers le centre de la salle avant de quitter la pièce. Mon cœur bat si vite. Mon esprit est embrumé par tout un tas de pensées qui ne cessent de me hanter depuis aujourd'hui et l'une d'entre elles est le fameux '' et si ''. Et si nous ne sommes pas de la même factions ? Cela est rare et donc la probabilité de cet événement est mince , mais cette option n'est hélas pas à mettre de côté. Qu'est ce qu'il se passera si je me retrouvait avec un érudit ? Ou pire un Audacieux ? Je secoue la tête pour tenter de chasser ces pensées après le nom d'une personne, un léger rictus se fait entendre à travers le micro, ce qui me sort de mes pensées. Je regarde le nom et le visage à l'écran pour voir qu'il s'agit un Audacieux et donc, je n'y fais plus vraiment attention, jusqu'à ce que mon prénom soit prononcé. Je regarde mes semblables avec étonnements, mais je ne peux pas rester ici, et donc je me lève de ma place en remettant ma robe correctement. Je descends les marches des escaliers pour monter celle qui me mènent vers l'allée principale. Je me déplace assez lentement à cause des mes talons et je dois dire que toute cette attention me freine aussi. J'entends des murmures qui ne cessent de souligner la dimension exceptionnelle de cette union. Le jeune homme me rejoint et me sourit avant de prendre ma main. J'ai un léger sursaut, mais je tente de masquer cela assez vite en avançant comme si de rien n'était. Sa main est si chaude , que je sens mes propres joues prendre cette température élevée , mais néanmoins agréable. Il ouvre la porte devant nous et une petite navette blanche se garer devant nous. Les portes s'ouvrent d'elle même , et la main de Jiyong se pose sur ma taille pour m'inciter à monter dans le véhicule. Je rougis encore plus à ce toucher et tente d'oublier ma gêne, mais le contact du garçon est tellement agréable et surprenant, qu'il en est inoubliable. Dès que nous sommes installés, le véhicule démarre et je me demande où il va nous emmener. Je veux lui parler, mais je n'en ai pas le courage et même si je le voulais, il détourne son regard de moi pour admirer la vue. N'ayant pas prit le temps de l'observer pendant la cérémonie, je commence alors à le regarder avec la plus grande attention. Ses yeux bruns en amandes et son fin nez refont sortir sa couleur de peau immaculée, et ses lèvres suaves soulignent un léger sourire que je trouve vraiment mignon. Je profite de son intérêt pour le paysage ,qui défile à l'extérieur, et le contemple pendant tout le trajet , trouvant qu'en plus du physique, il dégage quelque chose qui m'est inconnu, quelque chose qui m'attire. Je pense aussi à nos deux factions, vraiment différentes l'une de l'autre. Une amie m'avait un jour raconté que les couples différents comme le notre avait un traitement spécial. Une autre m'avait dit que ces couples disparaissaient, ce qui est tr!ès rassurant... Quoiqu'il en soit, une partie de moi à vraiment hâte de voir la suite. L'autre partie de moi, est moins focalisée là-dessus. Elle est plus concentrer sur Kwon Jiyong. Je ne suis pas pour ce principe de mariage, mais je me demande ce qu'il ressent. Est-ce qu'il ne va jamais m'aimer et vivre à mes côtés comme un automate ? Est-ce que vivre comme cela le rendra heureux ? Et vivre avec une Altruiste, est-ce qu'il acceptera facilement ? Un tas de questions se bousculent dans ma tête et après un moment, nous arrivons devant un bâtiment sans couleur, ce qui signifie que ce lieu n'appartient à aucune faction. Comme un parfait gentleman, il m'ouvre la porte de la battisse pour me laisser entrer et je lui fais une petite révérence pour le remercier. Sa voix alors s'élève et je trouve celle-ci tellement mélodieuse et profonde. Ses mots me font sourires et j'ai un petit rictus que je ne peux empêcher.

* Ce n'est pas grave. Je ne suis pas mieux comme tu peux le voir... * Souriais-je timidement avant de regarder l'endroit qui m'entoure.

Autour de nous, tout est neutre et maintenant j'en suis sûre, nous sommes dans un lieu sans faction , sans personnalité, ce qui est un peu triste quand on y pense. Je me tourne vers Jiyong quand je l'entends un peu balbutier, étonnant pour les Audacieux qui sont généralement plein de confidence.
* O-oui, une Altruiste, désolé.... Et toi, tu es un audacieux ?... Ça doit être bien * souriais-je en pensant à une vie où on se s'inquiète pas vraiment du danger ou du regard des autres. Mais ça doit être bien triste aussi de ne pas s'en acquérir. * Malgré que nos deux factions ne s'apprécient pas vraiment, essayons de bien nous entendre ! * Dis-je avant un semblant de courage pour que ma voix se fasse entendre du jeune homme.

A ça deuxième question, je ne sais pas vraiment quoi répondre et je ne sais pas quoi lui dire. Tout ce que j'ai entendu ne sont que des pures spéculations et je n'ai aucune preuve de la véracité de ces dires.

*Franchement ? Je n'en sais rien... Certain disent que les couples comme nous disparaissent. D'autres mentionnent des traitements différents sans pour autant plus de détails. On devrait juste ... se jeter à l'eau et voir ce qu'il nous attend non ? * Proposais-je en le regardant droit dans les yeux, habitude que j'ai toujours prit en aidant mon prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:03

Elle sourit et pendant une seconde, mon cœur cesse de battre alors que je découvre sur ce visage une expression que j’ai envie de pouvoir admirer encore et encore. Je rougis légèrement, elle avoue qu’elle est aussi un peu timide, je pense que la situation aide énormément à cette gêne entre nous. Je souhaite que le sourire sur ces lèvres reste le plus longtemps possible et mes yeux suivent avec une douceur certaine la silhouette de la jeune fille magnifiquement décorée de cette robe lui allant si bien. Je la suis et découvre avec elle l’intérieur du bâtiment neutre et presque triste comparé aux décorations typiques des factions. Nous pénétrons dans l’ascenseur et je ne la quitte pas du regard en osant prendre la parole avec pourtant un bégayement qui ne me ressemble pas mais qu’elle provoque étrangement. Elle répond en s’excusant et je penche un peu la tête avec un sourire léger s’installant également sur mon visage.

*Pourquoi t’excuse-tu ? Ce n’est pas de ta faute si tu es une Altruiste ! *

La phrase qu’elle déclare ensuite m’arrache un petit rire et je me permets de me rapprocher un peu d’elle pour doucement attraper sa main dans la mienne et poser mes lèvres sur le dos de celle-ci avec un regard tendre. Je ne m’éloigne qu’un peu pour pouvoir lui répondre sans devoir parler trop fort déjà bien assez gêné comme cela.

Nous nous entendrons bien, le Destin nous a choisi pour être ensemble

Je la questionne ensuite sur notre futur, nous sommes en couple et je ne peux pas m’empêcher d’être un peu inquiet de notre devenir, de ce que la société a décidé de faire de nous puisque nous ne sommes pas comme les autres. Elle m’annonce qu’elle n’en sait rien et me fait part de ce qu’elle a entendu dire, je peux donc avouer que ça ne me rassure pas mais je crois en la bienfaisance de la Société et quelle que soit notre avenir, je ne le crains pas de trop, toujours un peu insouciant. Son regard s’ancre dans le mien et je me sens davantage confiant, oubliant petit à petit mes craintes pour suivre ses mots en hochant la tête. Je souris alors en coin et hoche la tête. Je m’apprête à répondre quand la pièce métallique s’immobilise et je me tais pour tourner mon regard vers le couloir se présentant de l’autre côté des portes. Je reprends sa main dans la mienne et lui offre un sourire décidé.

Faisons face à notre avenir ensemble !

Je m’avance et elle me suit sans en avoir trop le choix et j’observe le corridor toujours aussi neutre et observe chacune des portes qui décorent les murs. L’une d’entre elles est ouverte et je la désigne à Sophie en supposant que c’est là-bas que nous attends notre chez-nous. Je la guide vers la porte froide et la pousse en entrant pour une fois avant elle pour être sûr qu’elle ne soit pas gênée au cas où je me suis trompée de pièce. Ce qui se présente devant nous ne m’étonne pas tant puisque l’intérieur du petit appartement est semblable au couloir et tout ce qui décore si neutrement le bâtiment.

J’ai l’impression que l’on peut faire une croix sur nos factions…

Je fronce un peu les sourcils, l’idée d’abandonner définitivement les Audacieux et leur mode de vie me déplaisant clairement. J’avance à côté d’elle et découvre un petit salon simple, une cuisine tout aussi simple, une chambre et une salle de bains qui sont semblables au reste de l’appartement. Nous visitons assez silencieusement et une gêne plane lorsque nous passons par la chambre ne comportant qu’un lit sans couleur, un lit deux places… Je rougis encore en sachant pourtant que cela est normal. C’est gênant mais la Société sait que cela ne peut être que bénéfique pour l’harmonie dans un couple. Je reviens alors dans le salon, ma main tenant toujours celle de ma promise et j’ancre mon regard dans le sien en passant ma main libre dans mes cheveux teintés d’orange.

Est-ce que… ça te plaît ? Je trouve ça un peu triste personnellement…

Je lance un regard circulaire et sais que je vais devoir m’y habituer, ou peut-être pas, je n’en sais rien… Je pose mes yeux sur le divan puis sur la télévision pour le moment encore sombre et me demande si nous allons bientôt recevoir des informations. Je m’adresse à la voix off de notre appartement, supposant qu’il y en a une, et demande si nous pouvons avoir de quoi nous déshydrater. Nous recevons deux coupes de champagne avec des félicitations pour notre union. Je souris et attrape les deux verres pour en tendre un à la jeune fille avec un petit sourire aux lèvres.

A nous, Sophie !

Je fais tinter nos verres comme une promesse puis porte le mien à mes lèvres, goûtant au délicieux champagne qui ne nous est pourtant que trop rarement proposé. Je ne la quitte pas des yeux et souhaite vraiment que tout se passe bien pour pouvoir tomber amoureux de cette jeune fille et devenir son époux dans le bon fonctionnement de la Société et pour que nous puissions contribuer à celle-ci en couple. Je sais que l’on ne peut pas être proches, que les contacts dépassant nos mains jointes ou de simples étreintes sont interdits mais ses lèvres attirent étrangement mon regard. Je suis sorti de ma contemplation par une voix nous invitant à nous installer sur le divan et nous obéissons simplement sans pour autant que je ne détache mon regard de son visage. Il faut pourtant que je le fasse lorsque l’écran en face de nous s’illumine et qu’une personne y apparaisse.

Weber Sophie et Kwon Jiyong. Votre union n’est pas semblable aux autres et vous avez donc droit à un message différent et unique pour vous expliquer ce qu’il va advenir de vous et ce que la Société prévoit pour les couples comme le vôtre. Vous allez…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:12

Il attrape ma main et ce seul contact me fait trembler légèrement. Je deviens rouge alors que ses lèvres embrassent le dos de ma main. Elles sont si douce que la sensation est vraiment agréable. Il s'éloigne ensuite de moi,puis sa voix me fait réfléchir. Le destin nous a choisi ... C'est vrai... * Peut-être que j'aurais préféré choisir ... * soufflais-je. Ce n'est pas contre lui, mais mon côté romantique et rêveur prend parfois le dessus dans ce genre de situation. Nous n'avons pas le temps de parler plus que l'ascenseur s'arrête et nous présente un couloir. Sa main vient naturellement chercher la mienne et je sens encore mes joues rougir.

O-oui..

Ma voix déraille un peu à cause de la gêne et nous avançons tout les deux dans des couloirs neutre. Aucune couleur ou aucun symbole, c'est bien triste. Je fronce un peu les sourcils en ne m'imaginant pas vivre dans un endroit si vide de sentiment et de vie. Mon regard se pose un peu partout, puis sur Jiyong qui fait une petite réflexion à laquelle je ne peux qu'hocher la tête. Il entre en premier dans une pièce que nous supposons être notre appartement. L'intérieure est tout aussi fade et navrant et je ne peux m'empêcher de soupirer un peu, démotivée par cet endroit que je n'apprécie déjà pas, même si peut-être que je m'y habituerai avec le temps. Nous découvrons chaque pièce une par une et je m'arrête nette quand nous arrivons dans la chambre. Un lit deux place est disposé dans la pièce et je serre sans y faire attention la main de Jiyong, alors que mon cœur loupe un battement. Il bat fort et même si je sais que c'est normal, je ne peux faire autrement qu'être embarrassée. Mes joues rougissent encore et je détourne le regard pour cacher mon visage rosi. Nous revenons dans le salon et la pensée de Jiyong me fait sourire, puisque j'ai eu la même il y a quelques instants.

C'est complètement triste... Je suppose qu'on ne pourrait pas redécorer en plus ...

Je fais une petite moue puis Jiyong propose de boire et fait appelle à l'intelligence électronique de notre nouveau chez nous. Nous recevons alors deux coupes de champagnes pour fêter notre union et je souris et le remercie lorsqu'il me donne ma coupe.

A nous !

Dis-je en souriant avant de déposer mes lèvres sur le verre pour boire une gorgée. C'est rare d'en avoir, alors je bois à peine, pour faire durer le plaisir. Pour être sûr que je ne jette rien, je lèche le peu d'alcool qu'il reste sur le verre avant que la voix off nous demande de prendre place sur le divan. Je dépose alors mon verre et m'installe avec Jiyong et un écran s’illumine pour faire apparaître une personne qui s'adresse à nous. Je ne sais pourquoi, j'ai un mauvais pressentiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:28

Elle fait la remarque que l’on ne pourra probablement pas décorer l’appartement et je trouve l’idée étrange puisque le lieu nous a été offert par la Société elle-même mais je ne dis rien et me contente de proposer à boire et profiter d’une coupe de champagne et d’un toast avec la jeune fille devant moi. J’ai l’impression que l’idée d’une union qu’elle n’a pas choisie ne lui convient pas mais m’imagine que c’est comme moi qui suis un peu inquiet puisque je ne la connais pas très bien. Nous finirons par nous faire à cela et à nous entendre comme c’est ce que l’on attend de nous. Nous sommes forcés de laisser ce petit moment de côté pour nous installer sur le fauteuil comme nous le demande la voix off. Mon regard se détourne de ma promise pour se poser sur l’écran qui s’illumine justement pour nous laisser voir un homme qui va nous présenter notre futur, ce qui nous attend à présent. Je m’attendais à ce que nous recevions un message différent de ceux qui sont un couple « normal » mais reste nerveux, attrapant alors la main de Sophie pour y trouver le réconfort de sa présence à mes côtés. Je tente de garder mon calme pour pouvoir gérer la situation comme l’Audacieux que je suis.

Vous allez rejoindre la cité sous-terraine de la ville, là où vivent les couples comme le vôtre. Vous ne participerez à la cérémonie de mariage pour rejoindre directement votre nouveau lieu de vie. Une navette va venir vous chercher dans quelques minutes pour vous y emmener. Veuillez vous préparer et vous changer pour être prêts à l’arrivée de votre navette.

Je suis bouche-bée, immobile face à l’écran redevenu noir sans davantage d’explications. Nous sommes exilés, exclus de la ville pour une sous-ville, une cité sous-terraine dont nous n’avions pas connaissance. Ma main serre depuis tout à l’heure celle de Sophie et y exerce une pression sûrement douloureuse pour elle. Il me faut quelques secondes pour sortir de ce choc et je passe une main sur mon visage avant de me tourner vers Sophie sans pour autant parler, ne sachant pas quels mots je pourrais poser sur la situation qui était inattendue.

Je tourne la tête vers les mains mécaniques sortant du mur avec des vêtements que je me lève pour récupérer. Ils sont gris, sans couleur comme tout ce qui nous entoure. Je tends les vêtements qui sont féminins à la jeune fille avec un air triste et déçu de l’avenir qui nous attend finalement.

Je… Je suis désolé j’aurais préféré t’offrir un meilleur avenir…

Je la laisse se changer dans la salle de bain que nous n’aurons finalement jamais à utiliser. Je me change dans la chambre et me débarrasse de ce costume si beau pour le remplacer pour un pantalon mal découpé et un haut un peu trop large d’une couleur affreuse accompagné de chaussures de basse qualité. Mon côté passionné par la mode souffre de porter de tels vêtements et j’attends de retrouver celle qui, en même temps d’être la plus belle chose qui devait m’arriver, est celle qui devient la cause de cette chute totale faisant affreusement douloureuse. Elle me rejoint et je lui jette un regard un peu désemparé. Je me rapproche d’elle et me blottis contre elle, me permettant de l’attirer contre moi en passant mes mains dans le creux de son dos. Je dépose mon visage contre son épaule et reprends petit à petit mon calme et mon courage dans cette douce odeur enivrante qu’elle dégage. Je finis par m’éloigner et lui offrir un petit sourire en entrelaçant mes doigts avec les siens.

*Je pense que… le véhicule doit être arrivé… *

Je soupire un peu mais garde confiance, espérant que cela se passe bien dans ce monde que je ne connais pas, loin mais pourtant proche de celui que nous connaissons mais que nous allons quitter sans en avoir le choix. La voix off nous prévient alors que nous devons nous en aller parce que notre navette nous attend en bas du bâtiment. Je quitte alors l’appartement neutre et retourne avec elle dans l’ascenseur en m’inquiétant de ce qui va nous arriver là-bas. Je me rapproche de Sophie en cherchant un réconfort et dépose ma tête sur son épaule.

Peut-être qu’on sera quand même bien là-bas ?

Je quitte l’ascenseur en gardant sa main dans la mienne et quitte le bâtiment neutre pour me retrouver devant une navette qui me semblait bien moins réjouissante. Je laisse Sophie monter dedans et m’installe à ses côtés. Nous sommes conduits pendant quelques minutes jusqu’à un ascenseur près des murs séparant la ville de l’extérieur. Je comprends vite qu’il s’agit de notre transport vers l’intérieur de la terre et je sors du véhicule avec Sophie pour pénétrer le plus vite possible dans la pièce métallique avec la jeune fille, la forçant à me suivre au cas où elle manque de courage. Je lui souris comme les portes se referment et je me demande si l’on reverra la ville ou même le soleil. Il ne faut que quelques secondes pour que l’ascenseur s’immobilise et que les portes s’ouvrent sur notre nouveau monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:37

Sa main attrape la mienne et je le regarde alors qu'il a l'air étrangement nerveux. J'avoue qu'il en est de même pour moi, mais ne voulant inquiéter personne , je garde cela pour moi et lui rendre son étreinte, pour le rassurer. Le présentateur sur l'écran nous annonce d'une voix dénudée de tout sentiments que nous allons être transférer dans la cité souterraine de la ville. Ma bouche s'ouvre légèrement et j'encaisse silencieusement le choc de cette nouvelle. On... On va quitter le monde extérieur ? Le message se termine vite et on nous indique que nous devons nous préparer au plus vite pour partir. Et ma famille ? Je ne peux pas les prévenir que je vais m'en aller ? Apparemment non, je suppose. Je me tourne vers Jiyong qui est bouche-bée, cette nouvelle l'ayant sûrement autant renversé que moi. Sa main dans la mienne me fait part de tout le stress qu'il ressent et je me sens impuissante face à sa douleur et triste. Il se tourne vers moi et me regarde. Ses yeux n'ont plus vraiment la même lueur, comme si on lui avait arraché une partie de lui et ce spectacle me fait mal. Nous tournons à l'unisson notre tête quand des mains mécaniques s'échappant du mur, nous présente nos nouveaux vêtements. J'ai une petite moue lorsque je vois que ceux-ci sont gris, mais que pouvons nous y faire. Il me tend les vêtements , puis ses lèvres qui jusque là étaient pincés s'ouvrent enfin pour laisser sortir une phrase qui serre mon cœur.

Non ! Ne sois pas désolé, tu n'as rien fait de mal ! Ne t'en fais pas.... Ca va aller... sûrement...

J'ai du mal à paraître persuader de mes propos puisque je ne sais pas ce qui nous attend, mais ce que je sais c'est que je ne le traverse pas toute seule et il en est de même pour lui. Je me dirige vers la salle de bain pour me changer dans une robe trop grande pour moi. La coupe rectangulaire de celle-ci me donne l'impression d'être habillé d'un sac à patate et c'est à peine si j'ose me montrer comme cela devant lui. Pourtant, je sors quand même de la salle de bain et je le vois me regarder avec une certaine douleur dans le regard. Soudainement, ses bras se passent derrière mon dos et je suis attirée contre lui dans une étreinte étrangement agréable. Son visage contre mon épaule me réchauffe la nuque et cette sensation et cette chaleur nouvelle font battre mon cœur à cent à l'heure. Il finit par s'éloigner de moi et j'en suis presque triste, sans aucune raison. Il m'offre un petit sourire vraiment très mignon et ses doigts viennent chercher les miens pour lier nos mains. Il annonce que le véhicule doit être là et soupire.

Attends ! Je le retiens pas le bras , puis le regarde droit dans les yeux.

Je passe mes bras autour de sa nuque puis lui murmure dans le creux de l'oreille '' Ca va allez, d'accord...'' Je ne sais pas si cela peut le rassurer , ou si c'est pour me rassurer , mais je me sens mieux de lui avoir dit et je m'éloigne de lui quand la voix off nous presse de sortir. Nous quittons notre appartement de quelques minutes, pour nous retrouver dans cet ascenseur que nous avons prit auparavant. Le jeune homme se rapproche de moi et pose sa tête sur mon épaule, me désarmant un peu et créant une teinte rosée sur l'ensemble de mon visage. Je me défais de son étreinte puis me mettant sur la pointe des pieds , mes mains attrapent son visage délicatement.

Tant qu'on est ensemble , ça pourrait bien allez non ?

Je lui souris pour faire disparaîre cette mélancholie et triste que je n'aime pas savoir chez les gens et je m'éloigne quand l'ascenseur arrive en bas. Nous montons directement dans la navette qui nous amène à une autre cage métallique qui se trouve près des mur séparant la ville de l'extérieur. Jiyong prend les devant et passe en premier, alors que mon cœur hésitant , a du mal à faire les premiers pas, mais n'ayant pas le choix, je suis Jiyong et nous nous retrouvons tout les deux vers notre chemin qui n'est qu'une longue descende vers les entrailles de la Terre. Adieu famille... Adieu Soleil... Adieu monde dont je n'ai pas assez profité... Il nous faut quelques secondes pour arrivée en bas et découvrir un tout autre monde, un monde nouveau..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:38

Je suis rassuré de sentir ses mains autour de mon visage et lui offre un doux sourire en hochant la tête, voulant me convaincre que tout va bien se passer tant que l’on est ensemble. Même exclus de la Société, j’ose penser que tout peut bien se passer. Les portes s’ouvrent et j’ai un petit mouvement de recul en découvrant ce que se trouve de l’autre côté. Il y a tout un groupe qui semblait nous attendre de l’autre côté, tous habillés du même vêtement tristement gris mais dont les traits sont eux habillés d’un gigantesque sourire qui me déstabilise. Un homme s’avance et il me semble plus âgé que nous sans pour autant dépasser les 30 ans. Il a lui aussi le visage peint d’un sourire qui se veut bienveillant et je lance un petit regard à Sophie en serrant sa main dans la mienne.

Bienvenue à vous deux ! Alors, comment vous appelez-vous ? De quelles factions venez-vous ?

Je suis surpris par ces questions posées d’emblée et tente de deviner ce qu’il se passe et ce qui entoure le petit groupe au pas de l’ascenseur mais il bloque notre vue. Je reste un peu silencieux en observant les personnes présentes devant nous et me demande pourquoi ils semblent si heureux et curieux de notre arrivée. Je jette un coup d’œil à Sophie pour guetter sa réaction et me rappelle aussi que l’on doit répondre à la question qu’ils nous ont posée.

Je… Je m’appelle Jiyong, je suis un Audacieux.

Je laisse Sophie se présenter timidement en lui souriant pour l’encourager. Des exclamations se font entendre lorsqu’elle se présente comme une Altruiste et je ne comprends pas pourquoi tant de murmures pour une simple présentation. J’observe chaque visage semblant surpris mais mon regard retombe sur celui qui en premier nous a abordés et même si la surprise s’est glissée quelques secondes sur ses traits, il a vite retrouvé son grand sourire que je trouve un peu étrange sans l’expliquer.

Excusez notre réaction c’est la première fois en 10 ans qu’arrive un couple d’Audacieux-Altruiste !

Il se présente puis nous propose de quitter l’ascenseur pour découvrir notre « nouveau chez-nous ». Je serre la main de ma promise dans la mienne comme le groupe s’écarte un peu pour nous laisser avancer et je prends une petite inspiration avant d’avancer en gardant Sophie à mes côtés. Je regarde autour de nous et découvre ce qui nous attend, ce que sera à présent notre nouveau milieu de vie. Mes pieds s’enfoncent dans un sol incertain et terreux et je grimace un peu en me doutant que tout ne sera pas aussi parfait que le monde au-dessus de nous que nous avons été forcé à quitter. Je découvre, bordant ce qui sert de rue, des petite habitations faites probablement avec probablement des matériaux à disposition. Je grimace un peu mais retourne mon attention vers l’homme qui nous a accueilli, il tient une femme par la main et nous fait signe de nous approcher.

Nous vous avons préparé une maison comme nous le faisons pour chaque nouveau couple chaque année ! Et comme chaque année nous avons préparé une fête pour quand même célébrer votre mariage !

Ils ont tous l’air enthousiaste et j’ai encore cette impression de faux, comme si quelque chose clochait dans ce monde hors de la Société. Mon regard tombe sur la petite maisonnette faite de bois et je me dis déjà que ça ne doit pas être des plus confortables… Je tente pourtant un sourire même s’il ne doit pas être des plus vrais, me disant que cet endroit doit bien manquer de vie comparé à celui dans lequel je vivais, chez les Audacieux. Je pense que l’homme qui prend tout le temps la parole l’a remarqué puisqu’il se tourne vers nous avec un petit sourire qui se veut rassurant.

Je suppose que ça vous change de Là-Haut mais vous vous y ferez vite ! Ca fait 10 ans que je suis ici avec ma femme et nous ne regrettons pas du tout la Société !

Il sourit à la femme qui répond à son sourire en hochant la tête et il nous dit alors que dans une demi-heure, nous pouvons les rejoindre à la seule place de la sous ville qui se trouve au bout de la rue, de la seule rue je suppose. Il nous annonce ensuite qu’il va nous laisser nous installer et je hoche la tête en le remerciant poliment. Je souris en remerciant ensuite chaque autre personne qui nous souhaite la bienvenue parmi eux puis soupire un peu comme ils se sont tous éloignés vers la place. Je me tourne vers Sophie et lui lance un petit sourire qui se veut presque soulagé.

Ca aurait pu être pire, non ?

Je prends sa main et la guide vers notre chez nous bien différent de tout ce que j’avais imaginé. Je pousse la porte grinçant et entre dans la petite pièce. Il n’y a rien ou presque, une sorte de baignoire s’apparentant à une bassine, un lit deux places et une garde-robe mais tout semble fait à la main et pas très fiable. J’ouvre la garde-robe dans l’espoir de trouver des vêtements autre que ces affreux trucs gris. Je découvre alors une robe blanche et un costume noir et souris un peu en les attrapant avant de me tourner vers la jeune fille en les lui présentant.

J’ai l’impression que l’on pourra quand même se marier… Si ça te dit toujours évidemment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:41

Lorsque les portes s'ouvrent, nous sommes de suite accueilli par un groupe de personnes toutes sourires. Ils semblaient tous guetté notre arrivée et je ne sais pas si je dois être contente ou méfiante, mais je décide de ne pas faire de conclusion trop hâtive, puisque tout le monde à droit à sa chance. Ils sont tous habillés de gris comme nous et un homme plus âgé s'avance vers nous pour commencer à nous parler et nous souhaiter la bienvenue. Ces mots et question me surprennent et il en est de même pour Jiyong qui semble déstabiliser. Il répond quand même à la question puis serrant ma main, il m'incite à en faire de même.

Je.. je suis S-Sophie, de la faction des Altruiste. E-enchanté

Je m'incline légèrement pour les saluer, mais relève de suite la tête lorsque j'entends des exclamations. Des voix s'élèvent un peu partout et je ne sais où regarder et que faire. Je regarde alors Jiyong, qui bizarrement m'a l'air méfiant. Qu'est ce qu'il se passe ici ... Ces gens n'ont pourtant pas l'air méchant, il y a juste... Juste comme un malaise régnant autour de nous. L'homme s'excuse et explique la réaction tant soit peu inattendue et je hoche la tête , buvant ses paroles.Nous avançons un peu , toujours main dans la main et mes pieds rencontrent une surface boueuse dans laquelle mon corps se glisse doucement. Bienvenu dans les souterrains ! Je manque de perdre l'équilibre quand je veux sortir mes pieds de la terre humide , mais reprend vite ma balance en m'agrippant au bras de mon promis. On nous annonce qu'une maison nous a été préparé ainsi qu'une cérémonie, et je trouve l'attention touchante. Nous nos avançons dans une rue à l'allure incertaine et j'ai du mal à me dire que cela va être mon quotidien. L'homme tente de nous rassurer par rapport à notre vie futur ici, et je lance un regard vers Jiyong qui n'a pas l'air convaincu pour un sous. Je me demande comme on va vivre ici... Tout le petit groupe nous suit jusque chez nous avec un enthousiasme incroyable et un peu hors propos puisque nous sommes quand même exilé. Mais encore une fois, mon cœur, me dis de ne pas les juger avant de les connaître vraiment, et je me contente de sourire. L'homme nous annonce qu'il va nous laisser nous préparer pour le rejoindre a la place pour la cérémonie. C'est avec ces mots qu'il franchit le seuil de la porte nous laissant en tête à tête avec Jiyong.

Je suppose que oui...

Je lui souris et il me guide dans une maison à l'état presque insalubre. Dans le coin se trouve une bassine qui sert sûrement de baignoire et il y a un lit deux place et une garde-robe. Tout est si triste et pauvre en sentiment que s'en est affligeant , mais on ne peut pas s'attendre à mieux dans un village d'exilé, si? Je regarde un peu partout avant de voir Jiyong se diriger vers la commode où il en sort une robe blanche et un costume noir. Sa phrase me fait sourire et surtout rater un battement de cœur. Il le dit avec une telle tendresse que je ne peux dire non. Je me perds dans son sourire gêné vraiment très mignon avant d'enfin lui répondre, quand je me rends compte que je le fixais.

Oh eh, oui. O-oui bien sûr !

Mes joues sont rouges et je détourne le regard pour ne pas qu'il le remarque. Le problème qui se pose maintenant c'est qu'il n'y a qu'une seule pièce, je ne peux pas aller me changer ailleurs et lui non plus. Nous partageons une pièce et je sens que le quotidien ne va pas être si facile que cela.

Tu.. On fait comment ? Chacun à son tour ? Je peux commencer ?

Il se tourne et je commence alors à enlever la robe grise affreuse et la laisse tomber à mes pieds au sol dans un bruit de froissements de vêtements. J'enfile la robe blanche. Elle est magnifique et est ornée d'un motif fleur sur les manches et le col, ce qui je trouve magnifique. Le problème est que je n'arrive à la refermer la tirette se trouvant dans mon dos.
Tu..Ji.. Ji-Jiyong.. T-tu sais venir fermer la robe ? ...

Il me répond et après quoi il arrive. Je l'entends alors se déplacer vers moi , et je sens mon cœur battre la chamade alors qu'il se rapproche de moi. Il s'arrête enfin et je le sens dans mon dos , découvert jusqu'à la moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:46

Je constate que malgré la catastrophe qui finalement va commencer notre vie de couple, nous avons l’occasion de nous marier dans une réelle cérémonie et mon cœur ne peut qu’accueillir cette nouvelle avec une joie retrouvée. Je me tourne vers la jeune fille tristement vêtue dans sa robe grise mais restant d’une beauté me charmant chaque seconde un peu plus et je lui présente d’un timide sourire sa robe de mariée en la questionnant sur son envie de toujours s’unir avec moi. Elle reste silencieuse et me fixe avec une sorte d’admiration qui, même si elle me gêne un peu, m’est tout à fait agréable. Je rougis sous ce regard persistant sur moi et elle semble soudainement se rappeler que je lui ai posé une question lorsqu’elle en bafouille la réponse en devenant elle aussi rouge à croquer. Elle détourne le regard et j’ai l’étrange envie de le capturer à nouveau dans le mien en attrapant son menton entre mes doigts. Je suis forcé de calmer mes envies jusqu’ici inexistantes lorsque de ses questions, elle me rappelle qu’il n’y a dans cette maison qu’une seule petite pièce et je me mordille la lèvre en me faisant la remarque que ça ne sera pas facile pour s’organiser. Je dépose nos tenues sur notre nouveau lit et me retourne comme elle à demander à commencer. Je me mordille la lèvre inférieure avant de me ronger distraitement les ongles, attendant impatiemment qu’elle est terminé de se changer pour la découvrir mais l’attente est plus longue et je dois prendre mon mal en patience jusqu’à ce qu’elle m’interpelle.

Il me faut quelques secondes pour me remettre de la vision provenant directement du Paradis qui brille dans mon regard. Je mordille ma lèvre en découvrant la jeune fille vêtue de cette magnifique robe mais surtout son dos toujours un peu dénudé à cause de la tirette n’étant pas fermée. Je reste à l’observer sans réagir jusqu’à ce que je me rappelle sa demande. Je me rapproche alors timidement, perdu dans la contemplation de ce corps parfaitement couvert de cette robe magnifique et je glisse mes mains sur ses hanches sans pouvoir m’en empêcher. Mes doigts caressent le tissu fin de sa robe et remontent sur son dos avec autant de précaution que si je tenais une poupée de porcelaine. Je suis comme en pleine hallucination, comme ébloui par un soleil pourtant inexistant ici-bas, comme si mon imagination créait cette jeune fille et la sortait tout droit de mes rêves. Mes doigts fins parcourent distraitement sa peau avant d’attraper sans me réjouir pour autant la tirette pour terminer de la remonter lentement. Je replace correctement ses cheveux noirs dans un geste très tendre et souris doucement en m’éloignant à regret sans pour autant la quitter des yeux.

Tu es… Magnifique Sophie…

Je me tourne et attrape mon costume en annonçant que c’est à mon tour de me changer. Elle reste le dos tourné et je me réjouis simplement qu’elle se retourne pour me montrer son doux visage et cette robe lui allant, je le sais déjà, si bien, puisque conçue pour elle. Je me déshabille à mon tour et enfile mon costume, j’en porte beaucoup en si peu de temps et l’on peut dire que chez les Audacieux, ce n’est pas chose courante… Mais le style du vêtement me plaît assez et je pense me sentir moins mal à l’aise dedans comparé au costume que je portais pour la cérémonie de ce matin. Je tente de regarder l’effet et le style que ça me donne mais en constate très mal le résultat. Je pince les lèvres en voyant la cravate qu’il me reste à mettre et me rappelle que je ne sais pas du tout comment m’y prendre –la voix off s’étend chargée de me la mettre ce matin. Je me tourne alors avec un petit sourire vers la silhouette parfaite de ma future femme et me rapproche avant d’apparaître soudainement devant elle, un peu accroupi pour devoir lever la tête dans le but de la regarder

u peux faire le nœud de ma cravate, s’il-te-plaît ?

Je lui fais un sourire innocent et me redresse pour la laisser faire, profitant de son intérêt pour ma cravate dans le but de l’observer avec une douceur dans le regard, ancrant sa silhouette dans cette parfaite robe de mariée. Je l’admire sans pouvoir m’en empêcher des étoiles dans les yeux alors qu’elle s’applique à faire le nœud autour de mon cou. Je comprends que malgré tout, je suis né pour tomber amoureux d’elle et me marier avec elle. Je lui souris avec douceur comme elle termine et m’éloigne un peu, mais pas de trop comme j’apprécie une certaine proximité entre nous. Je glisse ma main dans la sienne et la porte à mes lèvres pour embrasser le dos de sa belle main avec application.

Je promets que même dans ce monde, je saurais faire de toi une femme heureuse !

Je m’éloigne tout en gardant sa main dans la mienne et passe une main dans mes cheveux sans la quitter des yeux. Je ne me lasse pas de sa beauté et de ses doux traits et me demande pour la première fois ce qu’elle pense de mon physique, de mes cheveux étrangement oranges,…

Est-ce que… mon costume me va bien ?

Je rougis en sachant que la question est un peu naïve mais je la demande tout de même, remettant correctement le col de ma tenue comme si ça l’aiderait à mieux me voir dedans.

Je suis prêt… Et toi ? Tu… es prête à me dire « oui » ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:54

Il lui faut un peu de temps avant de venir. Sa proximité soudaine devient d'un coup stressante, et je sens mon cœur battre à tout rompre. Ses mains se posent alors avec surprise sur mes hanches et je tremble légèrement en laissant échappé un petit cri que je ne saurais qualifier. Je me mordille de suite la lèvre et deviens encore plus consciente de son touche. Ses mains remontent mon dos avant de remonter doucement ma tirette puis remettre mes cheveux en place. Sa phrase me fait rougir et je ne sais quoi répondre, à ce genre de compliment que je ne suis pas habituée à recevoir.

Ah... eh .. non.. je .. enfin.. merci ! Je suppose..

Ma phrase est assez confuse, mais je ne sais faire autrement, mon corps se rappelant toujours étrangement de la sensation de ses doigts sur celle-ci. Je frissonne encore en me remémorant ce moment, mais tente de faire fuir ces pensées alors que c'est à son tour de se changer. Je reste le dos tourné et j'entends les bruits des vêtements se froisser à chaque mouvement. J'ai un petit mouvement de recul quand , d'un coup, Jiyong apparaît devant moi. Si il continue, je vais faire un arrêt cardiaque ! Il s’accroupit alors un peu devant moi et je penche la tête sur le côté avant de le questionner du regard. Il me répond vite en me disant qu'il a besoin d'aider pour son nœud de cravate et je souris légèrement avant d'accepter. Il se redresse et je m'approche de lui. Mes doigts touchent le fin tissu, qui n'est pas forcément de bonne qualité, et font les tours qu'ils doivent faire pour donner un aspect correcte à la cravate. Je souris en me rappelant que mon père demandait toujours l'aide de ma mère pour cela aussi. Telle mère , telle fille je suppose. Mes doigts frôlent plusieurs fois son cou et encore le début de son torse ,et à chaque contact je me sens rougir un peu. Je m'applique du mieux que je peux, ne voulant pas le décevoir en faisant un travail mal fait. Je prends mon temps pour lui faire son nœud étant donné qu'a chaque mouvement , je tente de me remémorer ce que j'ai vu avec mes parents. Lorsque j'ai fini, je remets son col correctement et pour cela , je m'approche dangereusement de son cou. Je suis alors accueilli par une odeur qui était toujours là, la sienne. Douce et sobre, elle est rassurante et je me permets de poser le bout de mon nez sur sa peau , pour savourer pendant une demi seconde, son parfum si enivrant. Je m'éloigne alors de lui lorsque j'ai fini et il en fait de même. Il sourit de toute ces dents et son gummy smile est vraiment trop mignon, à tel point qu'il pourrait faire fondre mon cœur. Plus je le regarde, je me demande si sans le système on serait ensemble ? Après tout, je crois, en passant du temps avec lui, que c'est peut-être lui... Ou en tout cas, je l'espère. Il vient chercher ma main avant de la porter à ces lèvres et je souris, touchée par le geste si mignon. La promesse qui sort de ses lèvres est magnifique et j'espère qu'il la tiendra.

Je... je te promets que je ferais de mon mieux pour être à ta hauteur et faire de toi un homme heureux !

Je lui fais alors un petit sourire timide et il s'éloigne avec moi avant de me poser une question. Je rougis et l'observe. Mes yeux le scannent vraiment avec une minutie et une attention qui d'un coup d’œil devient passionnée. Ses yeux bruns foncés, mais dont la couleur est bien distincte, sont juste magnifique et j'aime quand il pose son regard sur moi avec eux. Sa bouche légèrement roses est finement tracée et généreuse pour la lèvre inférieure, lui donnant un air que je ne saurais décrire avec des mots. Sa silhouette grande et mince, me fait comprendre qu'il n'est pas forcément musclé à l'excès, mais il l'est bien assez pour que ses pectoraux se marquent au niveau de sa chemise. Ce que je retiens surtout, ce sont ces cheveux oranges. Pas roux, mais orange. Ils me font d'ailleurs pensé à l'horizon lorsqu'il est teinté du soleil couchant brûlant d'une nuit d'été. Chaud, rassurant, passionné et magnifique... Son costume lui va à merveille. Les coupes des vêtements ont l'air d'être faite parfaitement pour lui, mais j'ai plutôt que c'est une impression générale, quoiqu'il porte, il sera toujours beau à mon avis.

Je... Il te va vraiment bien. Tu es... très beau dans ce costume, que..c'est presque irréel.

Mes mots sont si sincères que je sens des petites larmes se former dans mes yeux sans pour autant être assez nombreuses pour rouler le long de mes joues. Il ... a vraiment une sorte de pouvoir inexplicable sur moi. Je le regarde alors avec un regard tendre et aimant,prise dans une contemplation que je ne saurais expliquer. Il me sort de celle-ci en me demandant si je suis prête et prise au dépourvu, il me faut un temps d'adaptation avant de répondre.

O-oui... je suis..

Je souffle un grand coup, pour faire évacuer ce stress qui s'empare de moi, et une fois cela fait, je me sens soudainement apaisé.

Oui, je suis prête. Devenons officiellement m-mari et f-f-femme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 22 Juil - 23:58

Elle se rapproche de moi et c’est tout juste si je ne la couve pas d’un regard tendre et passionnée alors qu’elle prend entre ses doigts la cravate que je ne parviens pas à nouer. Je l’observe s’appliquer à faire ce simple nœud que moi-même je ne parviens pas à réaliser et me dis qu’elle accepte probablement grâce à cette gentillesse et cette aide avec laquelle elle est née. Elle s’applique et je frissonne de bien-être lorsque ses doigts caressent ma peau nue à l’endroit de mon cou. Elle semble donner tout son cœur à faire un nœud de cravate réussi et je n’en attendais pas moins d’elle lorsque je baisse mon regard sur ma cravate parfaitement nouée. Elle se rapproche encore un peu et son visage se glisse contre mon cou alors qu’elle remet correctement le col de mon costume. Je me mordille la lèvre en sentant sa respiration chaude et le bout de son nez contre ma peau, trouvant ce contact doucement agréable. Elle s’éloigne trop vite pourtant mais je me dis que la retenir serait déplacé, ces contacts étant déjà déconseillés par la société. Je lui offre un grand sourire et attrape avec douceur sa main pour y déposer mes lèvres en y glissant une promesse que je sais que je veux tenir à tout prix malgré ce monde injuste où nous sommes forcés de vivre. Mon sourire s’agrandit lorsqu’elle répond à cette promesse et je sais déjà qu’elle la tiendra et qu’à ses côtés, je pourrais me sentir heureux quoiqu’il arrive. Je lui pose alors une question sur mon physique, une question peut-être étrange mais j’ai envie d’entendre une réponse de ses lèvres mais surtout de voir sur moi descendre son regard et ses yeux détailler mon visage et ma tenue. Elle m’observe avec beaucoup de passion et je sens mon cœur battre si fort dans ma poitrine que je ne sais pas s’il tiendra tout une vie aux côtés de cet ange. Elle annonce que le costume me va bien et je ne retiens pas un petit sourire fier et timide quand elle ajoute que je suis très beau et presqu’irréel. Je ne sais pas si cela est sincère mais j’ose l’espérer, j’ose croire que je lui plais et que faire de moi son mari ne la dérange pas. Je lui demande alors si elle est prête, si elle se sent prête à me dire oui. Elle semble prise au dépourvu et je me demande si la façon dont je lui ai posé cette question était incorrecte. Je mordille mes lèvres et elle souffle un coup, me faisant d’un coup craindre que l’idée du mariage ne lui ai pas agréable. Elle m’annonce pourtant qu’elle est prête et que l’on peut devenir officiellement mari et femme, cette annonce déclenche en moi un tourbillon d’émotions de bonheur que je ne parviens pas à expliquer. Je lui tends alors mon bras pour qu’elle enroule le sien autour et lui offre un sourire confiant.

Allons-y alors ma princesse !

J’ouvre la porte et suis un peu surpris de trouver derrière l’homme le plus âgé du groupe tenant par la main deux enfants habillés pour la cérémonie. L’homme nous annonce que l’on peut se rendre immédiatement à la place et qu’il va nous y accompagner pour nous montrer le chemin bien que je suppose qu’il ne soit pas des plus difficiles à deviner. Je garde le bras de Sophie autour du mien et la rapproche doucement de moi tandis que nous nous mettons en route calmement. Les enfants, une petite fille et un petit garçon, court un peu devant nous et je les observe assez curieusement. Je me demande ce que des enfants font ici. Dans les couples de la Société, on reçoit un ou deux enfants sans, évidemment, se charger nous-même de leur création, nous les recevons et les élevons jusqu’à ce qu’ils choisissent leur faction. Je me demande si, même dans ce monde sous terre, la Société envoie des enfants à élever. Je les observe depuis un moment et l’homme à côté de moi semble deviner mes questions intérieures.

Ces enfants sont les miens. Ici, nous ne recevons aucune pilule le matin donc rien ne règle nos sentiments et nos besoins physiologiques ! Vous verrez, vous serez bien mieux comme cela, c’est bien plus agréable d’élever son propre enfant

Il rit mais ce qu’il vient d’annoncer à l’effet d’une bombe dans mon esprit. Nous ne recevons plus de pilules le matin ? La Société nous a pourtant toujours appris que cela a un très mauvais effet sur nous si nous ne la prenons pas et cela peut nous rendre dangereux. Je me mordille nerveusement la lèvre en sachant que je n’ai pas du tout envie de goûter à ces « sentiments » et ces « besoins physiologiques » dont il vient de parler. Il paraît que faire des enfants nous-même est dangereux et douloureux, c’est pour cela que la Société a fait en sorte que l’on ait plus à subir ces souffrances inutiles. Je pince les lèvres et jette un petit regard inquiet vers Sophie mais n’ai pas le temps de réagir davantage que nous arrivons à la place. Je retrouve devant nous une allée entourée de chaises toutes prises. L’homme s’avance et monte sur l’estrade attendant au bout de l’allée avant de se tourner vers nous et de nous faire signe d’avancer. Je jette un regard vers ma future femme et lui offre un doux sourire tandis que les enfants viennent se placer devant nous pour avancer fièrement vers l’estrade. Tout le monde se lève alors sur notre passage et nous offre des sourires heureux et épanouis que je ne comprends pas vraiment et qui ne me rassurent pas. Je monte les deux-trois marches de l’estrade accompagné de Sophie et m’arrête devant l’homme qui semble diriger notre mariage. Je prends une grande inspiration et me redresse un peu alors qu’il prend la parole avec le même sourire que sur les visages de toute l’assemblée.

Bonjour et bienvenue ! Vous n’êtes probablement pas là où vous espériez être en cette journée spéciale mais malgré tout cela, vous êtes tous les deux réunis aujourd’hui pour vous marier et vivre le restants de vos jours ensemble.

Il continue son petit discours sur notre nouvelle vie ici mais où l’on pourra rester unis et vivre librement notre nouvel amour. Ses mots me font balancer entre le bonheur et l’inquiétude quant à ce futur bien différent de celui dont je rêvais un peu plus tôt mais j’ose espérer et tenter de croire à un certain bonheur auprès de la magnifique jeune fille qui se tient à mes côtés. L’homme pose alors son regard sur moi avec un certain sérieux qui déteint directement sur moi.

Kwon Jiyong, ancien Audacieux, veux-tu prendre Sophie ici présente pour épouse et à l’aimer pour le restant de tes jours
Oui… Je le veux.

Il se tourne ensuite vers Sophie et lui pose la même question et je tourne mon regard doux vers la jeune femme brillant dans cette robe d’une qualité médiocre comparé à ce qu’elle mérite alors qu’elle répond. Les enfants s’approchent alors avec des anneaux et je prends celui près de moi pour le glisser avec une tendresse et un sourire adorable au doigt de Sophie avant qu’elle ne me passe également la bague au doigt. Je sais qu’à présent, il n’est plus question de promesses en l’air mais de quelque chose de bien réel qui va nous unir pour toujours quoiqu’il nous arrive ici-bas. L’homme nous offre un sourire heureux pour notre union récente et d’un petit geste m’invitant à me rapprocher de ma femme, il reprend la parole dans une annonce qui chamboule mon cœur et me fait porter vers Sophie un regard perdu et hésitant.

Tu peux embrasser la mariée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Lun 23 Juil - 0:04

Dès que j'ai fini de répondre à sa question , il me sourit, puis me tend son bras. Je m'agrippe alors à lui, et le regarde alors qu'il me propose d'y aller. Nous quittons la maison, mais avons un petit mouvement de recul lorsque nous voyons que derrière la porte se trouve l'homme de tout à l'heure. Depuis combien de temps nous attend-t-il et surtout pourquoi si près ? Je serre un peu plus le bras de Jiyong et remarque que l'homme est accompagné d'une petite fille et d'un petit garçon habillé pour la cérémonie. Des enfants... Ici ? Si les personnes sont envoyés ici, pourquoi la Société leur envoient-elles des enfants ? Un tas de questions se bousculent dans ma tête et je ne sais pas trouvé une raison plausible à leur présence ici. J'ai beau me creuser la tête rien ne correspond à ce que j'ai pu entendre. L'homme alors s'adresse à Jiyong et lui explique. Je suppose que lui aussi se posais la question. Je gèle sur place lorsque j'entends que la pilule du matin n'est pas disponible ici. Qu'est ce qu'on va faire sans ?! L'individu devant nous , nous assure que cela est beaucoup mieux, mais je ne peux en être sûre. Qu'est ce que.. Sentiment et besoin ? Je ne veux pas ressentir cela, je ne veux pas risquer d'attraper cela. La Société nous a expliqué mainte et mainte fois que cela peut nous rendre dangereux. Je n'ai pas envie de le blesser ! De plus, j'ai toujours plus ou moins bien vécu sans , je ne veux pas changer cela. Il nous informe aussi que les enfants sont créés alors par nous-même et je me sens trembler. Mais.. c'est encore plus dangereux ! La Société est contre, et même parents m'ont répété des centaines de fois, que sans la pilule , le monde serait un véritable merdier. Est-ce alors l'endroit dans lequel je me trouve ?... je n'ai pas le temps de demander son avis à Jiyong que nous arrivons. La place est encombrée de chaise et des personnes se lèvent à notre passage sur l'allée et je me sens un peu gênée , n'étant pas habituée à être accueillie de la sorte. Toutes les personnes autour de nous arborent des sourires tirés , écarquillant presque leur mâchoires. Et même si c'est sûrement pour montrer leur joie par rapport à notre arrivée, je ne suis pas forcément rassurée. Nous avançons néanmoins , et arrivons devant un homme qui est probablement le maître de cérémonie. Il nous accueille et commence un petit discoure. Il parle de notre future vie ici, sur laquelle je me pose encore une tonne de question, mais je n'ai pas envie d'embêter les autres avec. Je tente malgré tout de me concentrer sur la cérémonie, qui reste quand même un moment important. Le maître de cérémonie demande à Jiyong si il veut devenir mon mari et son ''oui'' si formel fait battre mon cœur à une vitesse incroyable !

Weber Sophie, ancienne Altruiste, veux-tu prendre Jiyong ici présent pour époux et à l’aimer pour le restant de tes jours ?

O-oui ! Je... le veux.

Je regarde une fraction de seconde l'homme à qui je viens de dire oui, et je suis hypnotisée par son profil si beau. Je tourne le regard quand il remarque que je l'observe et je sens mes joues chauffées. Les deux enfants de tout à l'heure nous donnent alors les bagues que nous nous passons au doigt respectivement. Je remarque que ses doigts sont très fins et longs, et qu'il se ronge les ongles, c'est peut-être un tic. Je souris en voyant cela puis lève les yeux pour les ancrer dans les siens. L'homme alors devant nous sort une phrase qui me fige sur place. S-s-s'embrasser ? Ca.. Ca ne se passe pas comme cela dans les mariages de la Société j'ai l'impression. Ce.. genre de contact... Je me tourne alors vers Jiyong qui a l'air hésitant. Je ne sais que faire. Je le regarde intensément avant que mes yeux dérivent sur ses lèvres, qui bizarrement ont l'air de m'attendre. Non,mais à quoi je pense ? Est..est-ce que j'aurais envie de.. goûter ces lèvres ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Lun 23 Juil - 0:10

Tout le monde a les yeux rivés sur nous et je sens mon cœur s’accélérer soudainement sans que je ne parvienne à expliquer pourquoi. Je me mordille la lèvre alors que je pense que tout le monde attend de nous le baiser que l’homme entre nous m’a demandé d’initier. Je me rapproche un peu et m’humecte les lèvres en fixant les siennes, ne sachant pas si je dois vraiment le faire ou si cela serait trop déplacé. Ce n’est pas permis dans la Société, on ne devrait pas nous permettre de le faire mais ils ne semblent pas du tout choqués par cela alors que dans le regard de Sophie, je retrouve les émotions d’incompréhension que je ressens. Je jette un coup d’œil à l’homme de cérémonie qui me fait un petit signe de tête encourageant et tourne mon regard vers la jeune fille qui ne semble pas savoir quoi faire ni m’aider dans la décision que je dois prendre. Je prends alors mon courage à deux mains et passe ma main autour de sa fine taille pour la rapprocher de moi. Je cherche son regard comme pour y trouver un accord mais je n’arrive pas à décrypter son regard. Ma deuxième main monte sur sa joue et je rapproche mon visage du sien pour joindre nos lèvres sans me rendre compte que je le fais vraiment. Et pourtant c’est bien réel, le goût de ses lèvres et leur douceur empreint mes lèvres dans des sensations que jamais je n’avais goûté auparavant. J’ai l’impression que je vis comme jamais et que je découvre une douceur que rien ne peut égaler dans tout ce que je connais.

Je mouve quelques secondes à peine mes lèvres contre les siennes avant de me rappeler brusquement ce que je suis en train de faire et de m’éloigner en ne sachant pas où me mettre, mes joues devenant rouges.

Je… Je… suis…

Vive les mariés !!

Je tourne d’un coup ma tête vers l’homme de cérémonie qui, d’une seule phrase proclamée, fait réagir toute l’assemblée dans des exclamations et des applaudissements me prenant complètement au dépourvu. Tous se sont levés pour nous acclamer, Sophie et moi, parce que nous venons d’être unis par les liens du mariage. J’essaye de me reprendre petit à petit et tourne mon regard vers la jeune fille avec un petit sourire sur mes lèvres. On nous invite à traverser l’allée à nouveau et je tends mon bras à ma jeune épouse, attendant avec un peu de nervosité qu’elle le prenne. Je tente de calmer les battements de mon cœur et l’emmène dans cette allée au milieu de ces personnes inconnues qui continuent de nous applaudir avec des sourires me prenant au dépourvu. Je m’arrête au bout de l’allée et me tourne vers ma femme alors que le maître de cérémonie s’apprête à nous rejoindre.

Voilà… Nous sommes mariés !

Cette phrase est stupide mais elle me rend étrangement heureux et ça doit se voir dans le regard dans lequel je la couve et le sourire timide qui empreint mes traits rougis. Je ne sais pas ce qui nous attend dans ce nouveau monde mais je souhaite de tout cœur que l’on pourra y vivre heureux ensemble, quelques soient les épreuves qui nous attendent. L’homme vient alors nous informer qu’une fête est organisée et je constate que déjà, les chaises sont déplacées par l’assemblée pour former des cercles autour de tables et je regarde tout cela se faire à une vitesse incroyable en prenant la main de ma petite amie dans la mienne. Tout est rapidement prêt et l’on nous annonce que l’on va pouvoir manger et danser pour fêter notre union. Tout le monde a l’air dans un bonheur incroyable peut-être même égal au mien et une musique douce s’élève dans les airs. Chacun s’installe autour des tables et commence à discuter comme si tout était prévu mais je n’aime pas ce qui est prévu, je reste un Audacieux après tout. Je me place alors devant la jeune fille avec un petit sourire en coin et serre sa main dans la mienne avant de la porter à mes lèvres sans la quitter des yeux.

Accepterais-tu une danse avec ton mari ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Lun 23 Juil - 0:16

Mon cœur bat si rapidement que j'ai l'impression qu'il va exploser. Jiyong devant moi, à l'air aussi perdu que moi, et il se mord nerveusement la lèvre. Comment peut-on nous demander ça, c'est... indécent.. Pourtant tout le monde a l'air d'attendre ce baiser et soudainement Jiyong se rapproche de mi. Ses mains passent autour de ma taille et son regard cherche le mien qui est perdu. Est-ce que je dois faire quelque chose ? Est ce que je dois l'en empêcher ? Le laisse faire ? Je n'ai pas le temps de répondre à toutes ces questions que sa main remonte sur ma joue et ses lèvres viennent de déposer sur les miennes. Je laisse échapper un petit cri étouffé de surprise, mais ce qui est encore plus surprenant c'est la sensation agréable qui s'écoule dans tout mon corps tel un tendre poison qui envahi chaque parcelle de mon être. Ses lèvres ont un goût que je ne saurais décrire, si ce n'est que le parfum de la douceur. Alors que je croyais qu'il n'allait que vite déposer ses lèvres puis les retirer, il mouve ses lèvres sur les miennes et je sens que ma poitrine va lâcher, ne pouvant supporter le choc de toutes ses sensations qui déferlent en moi. Il s'éloigne alors brusquement de moi et je peux apercevoir ses joues coquelicots, s'accordant bien avec la couleur de ses cheveux , couleur des cerisiers à l'automne. Il veut parler mais il n'en a pas le temps que les exclamations et applaudissement surgissent de partout, célébrant notre union. Je n'arrive pas à parler , toujours prise dans les souvenirs de ce baiser sûrement dangereux, mais néanmoins agréable. Ah à quoi je pense moi ?! Je secoue un peu la tête pour chasser ses pensées de mon esprit, et on nous invite à traverser l'allée. Jiyong me tend alors le bras, et timidement, encore plus qu'avant , je le saisis, n'osant pas le regardant une nouvelle fois, de peur qu'il voit mes joues enfiévrées. Il s'arrête alors au bout de l'allée et se tourne vers moi avant que le maître de cérémonie n'arrive.

O-o-oui... Nous... le sommes...

Je ne sais pas vraiment comment réagir, et je ressens toujours une petite gêne face à l'action de tout à l'heure, mais Jiyong à l'air de ne plus y penser déjà. Peut-être que je devrais aussi oublier cela. Me concentrer sur autre chose, et vivre au lieu de m'inquiéter de ça. Je prends une grande respiration en prenant la décision de passer au dessus de ce baiser.

Oui ! Nous sommes mariés ! Je.. Je m'en remets à toi pour le reste de mes jours je suppose !

Je lui offre un immense sourire qui reflète la joie présente d'être unie et resserre un peu mon étreinte sur son bras. Nous sommes alors interrompu quand l'homme de tout à l'heure nous informe qu'une fête en notre honneur est organisée et, même si d'un côté je me sens mal d'avoir laissé tout le monde organisé cela, je ne peux m'empêcher d'être un peu contente de recevoir tant d'attention. Une douce musique se fait alors entendre, tandis que la plupart des personnes présentes s'installent à des tables et discutent. C'est fou comme tout est organisé ! Je regarde un peu autour de moi, puis Jiyong vient se placer devant moi, me proposant sa main. Il m'invite alors à danser et je souris légèrement.

Ca serait avec plaisir.

Je lui fais une petite révérence, puis place ma main dans la sienne, et nous nous dirigeons tout les deux vers le centre de l'endroit. Je me place alors correctement pour danser et lève le regard vers mon...mari.

C'est différent de ce que j'avais en tête... Mais ... ce n'est pas mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Lun 23 Juil - 1:04

Elle accepte la danse que je lui propose et je ne peux que sourire avec douceur en oubliant la misère de cet endroit dans lequel nous n’aurions jamais dû être envoyés. Je l’amène jusqu’au centre de la petite place et pose ma main sur sa taille en gardant ma main dans la sienne et la rapproche de moi pour sentir son corps se presser contre le mien. Je caresse distraitement ses côtés et lui offre un petit sourire timide. Je commence alors à danser au rythme de la musique sans la quitter des yeux, formant autour de nous une petite bulle pour nous permettre d’oublier tous ceux autour de nous. Je plonge mon regard dans le sien alors qu’elle souligne que ça n’est pas si mal que ça malgré la perfection qui aurait pu nous unir dans la Société. Je la guide dans la danse au rythme de la musique et ne la quitte pas une seconde des yeux.

Je… Je suis désolé pour… le baiser… Mais… c’était agréable…

Je me mordille la lèvre inférieure et lâche un petit sourire timide sans arrêter de danser. Mon regard descend sur ces lèvres que j’ai embrassées un peu plus tôt et dont le goût est encore ancré sur mes lèvres. Je souhaite peut-être encore joindre les miennes aux siennes, peut-être, je ne sais pas… Je n’ai pas envie de savoir, c’est trop dangereux… Je voudrais me rapprocher, sentir cette douceur envahir mon cœur mais je chasse vite ces pensées de mon esprit, le sentant corrompu par ce nouveau lieu de vie dépourvu des pilules qui nous permettent de ne pas partir en vrille. Je me concentre sur ma danse et ma nouvelle femme en tentant de retenir ces étranges pensées s’insinuant dans mes pensées. Je dépose mon visage sur son épaule et lui offre un petit sourire en ignorant complètement ce que l’on va devenir et ce qui nous attends dans cette vie étrange où nous sommes plongés.

Tout va bien se passer tant qu’on est ensemble

Notre bulle est violemment éclatée par une sonnerie stridente qui stoppe tout autour de nous. Je garde Sophie contre moi et regarde autour de nous pour trouver la source de cet horrible bruit qui a coupé cette danse que j’offrais à ma femme. Tous autour de nous ont l’air surpris et je me demande ce qu’une telle alarme peut bien signifier pour qu’elle provoque un tel arrêt de toutes les activités. Petit à petit, ils se mettent en mouvement et quitte le lieu pour se diriger vers une destination qui m’est inconnue. Je serre un peu plus Sophie contre moi comme dans le but de la protéger de je-ne-sais-pas quoi. L’homme de cérémonie nous ayant marié un peu plus tôt se rapproche de nous et nous pousse un peu dans le dos pour nous faire prendre la direction que tous semblent prendre. Je demande ce qu’il se passe en glissant ma main dans celle de Sophie pour avancer vers cet endroit qui attire tous ceux qui ont assisté à notre mariage. L’homme nous annonce que cette alerte permet de prévenir lorsque la Société communique avec eux. Je suis surpris de savoir que la Société cherche toujours à communiquer avec ceux qui habitent ici et je me demande ce qu’elle peut bien vouloir nous dire aujourd’hui. Je fais une petite moue, déçu de ne pas avoir fini cette danse avec ma femme, mais tente de me concentrer sur le lieu où nous nous dirigeons. Je me penche tout de même vers Sophie et lui offre un petit sourire accompagné d’un clin d’œil.

Je te promets que l’on reprendra notre danse plus tard, Sophie !

Je lui souris et serre sa main avant de remarquer que nous arrivons dans une seconde petite place, un peu plus petite que la précédente. Cette place est vide comparée à celle où nous nous sommes mariés et il n’y a qu’un écran blanc devant lequel sont rassemblés tous ceux qui habitent ici. Je jette un coup d’œil à Sophie et m’avance avec elle en fixant l’écran encore immaculé pour le moment. Je passe mon bras autour de sa taille et la rapproche de moi en constatant que tout le monde semble assez tendu à cause de cette alarme ne s’arrêtant pas. Je serre Sophie contre mon torse et fronce un peu les sourcils en me demandant ce qu’il est en train de se passer et quand cette alarme va finir par se taire. A peine ai-je pensé cela que le bruit se coupe soudainement et que l’écran s’allume. Le logo de la société apparaît à l’écran accompagné de l’hymne de la ville. Je serre les dents et me concentre sur la personne qui apparaît à l’écran, toute habillée de bleue… Un Erudit…

Bonsoir. Aujourd’hui, vous avez accueilli deux nouveaux habitants. Vous êtes à présent 20 et la Société a choisi de vous donner une chance, ou plutôt de donner une chance à l’une des dix couples de rejoindre la ville mais seulement à l’un des dix couples. Vous participerez à un jeu demain. Un jeu qui décidera des deux personnes qui pourront rejoindre la Société à nouveau. Préparez-vous. Et à demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 29 Juil - 16:19

Il m'emmène jusqu'au centre et me rapproche de lui. Il caresse mes côtés et je me sens légèrement trembler, une sensation bizarre faisant irruption dans tout mon corps. Nous commençons tout les deux à danser et je me sens vraiment bien. J'oublie les gens qu'il y a autour de nous, comme si l'on se renfermait tout les deux dans un petit monde n'appartenant qu'à nous deux. Il plonge alors son regard dans le mien et j'en fais de même alors qu'il m'adresse la parole. Ces mots font fondre mon cœur et en même temps font accélérer ces battements. Agréable... C'est vrai, c'était vrai doux...

Tu n'as... pas à t'excuser... j'ai bien aim... je .. je veux dire, ne t'inquiète pas...

Je tente de reprendre mes esprits, car celui-ci a failli sortir une phrase extrêmement bizarre. J'ai aimé... Comment j'aurais pu aimé !? Ce genre de contact est interdit je ne peux pas aimer quelques choses comme cela , ça va contre tout bon entendement. Je me mordille la lèvre et baisser la tête, mes yeux ne pouvant croiser ceux de Jiyong dans lesquels j'ai une folle envie de me perdre pour une durée indéterminée. Je relève la tête alors pour observer ses lèvres. Je les ai goûté avec les miennes et la sensation était magique. C'est peut-être ça ? C'est de la sorcellerie et la Société veut nous évité cela.. Pourtant j'ai follement envie d'y goûter encore. Ce goût que je n'arrive à oublier , qui reste ancré en moi comme une marque indélébile qu'il a fait sur mon corps. Il dépose sa tête sur mon épaule et je suis surprise au début, puis je souris, trouvant la sensation agréable, me disant aussi qu'il peut se reposer sur moi, c'est à ça aussi que sert une femme, supporter son mari. Il me murmure une petite phrase que me donne confiance en l'avenir, mais soudainement un bruit horrible résonne autour de nous, nous sortons violemment de notre petite bulle de bonheur. Une alarme stridente résonne et une agitation sans précédent s'empare de la petite population. Jiyong me serre près de lui comme pour me protéger de toutes ces personnes qui convergent dans une même direction. L'homme de cérémonie nous pousse et nous incite à suivre cette flopée dans gens vers cet endroit inconnu qu'ils semblent tous tenter de rejoindre dans la précipitation la plus grande. Nous apprenons en chemin que cette alarme se déclenche lorsque la Société veut rentrer en communication avec la ville souterraine. Il y a encore des contacts entre les deux villes alors... Nous continuons d'avancer et d'un coup Jiyong se penche vers moi , me murmurant que l'on finira cette danse. Je souris à cette pensée, car c'est vrai que j'aurais encore voulu faire durer ce moment sur la piste. Être dans ses bras un peu plus longtemps, ne penser à rien et suivre la musique avec lui.

Bien sûr ! Avec plaisir !

Je lui souris pleinement avant de me retourner vers le chemin à prendre et nous arrivons enfin à une petite place où règne un écran . Il serre ma main dans la sienne et tandis que je suis captivé par ce qu'il se passe autour. Tout ces gens ont l'air impatient de voir l'écran s'allumé et je dois dire que je ne suis pas mieux. Qu'est ce que la Société veut nous dire ? Jiyong passe alors un bras autour de ma taille et me rapproche de lui. Je pose ma main sur la sienne et la serre fort, m'inquiétant quand même de ce qu'il est entrain de se passer. Le bruit se coupe enfin et le logo de la Société apparaît sur l'écran accompagné en fond sonore de l'hymne de la ville. La ville... j'ai l'impression que je ne suis plus remonté depuis longtemps alors qu'une journée ne s'est même pas écoulée... C'est alors qu'arrive un homme un bleu, un érudit. Il commence alors à expliquer que la Société nous donne une chance. Une chance de remonter à la surface, de revoir le soleil et de vivre comme un couple normal. Je serre alors encore plus la main de Jiyong. Il déteste cette situation et si il y a un moyen pour s'en sortir, il faut que je fasse tout pour rendre cela possible. Le problème est que cela se fait sous forme de jeu et j'ai peur aussi d'être la cause de notre séjour ici... Ma gorge se serre et mon cœur bat fort. Un tas de pensées se bousculent dans mon esprit et tout devient noir, comme l'écran devant qui s'est éteint.

Ca te dis de sortir d'ici ?... Lui souriais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:04

Le message vient de se termine et je me remets encore de cette nouvelle annoncée subitement après notre arrivée ici. Je me tourne vers ma femme et j’ai l’impression de la voir un peu nerveuse, ou inquiétée et je n’aime pas la savoir ou même la pensée ainsi. Je glisse ma main contre sa joue et lui souris doucement en la serrant contre moi dans une douce étreinte. Je la garde ainsi quelques secondes en réfléchissant à sa question. Sortir d’ici… Sortir ensemble et retourner dans la ville que nous avons toujours connue… Là-bas, je pourrais lui offrir le futur qu’elle mérite, la vie qu’elle doit connaître à mes côtés. Je souris avec tendresse et glisse ma main de sa joue à sa main pour entrelacer mes doigts avec les siens dans un geste réconfortant.

Si nous avons une chance de rejoindre la Société, nous devrions la prendre, non ? Je veux t’offrir le mieux, Sophie…

Je la couve du regard un moment peut-être un peu trop long puisque lorsque je m’en rends compte, je rougis et détourne mes yeux pour me concentrer timidement sur ce qui nous entoure. L’agitation règne et tous s’échangent des paroles de toute évidence mouvementées et interrogatrices. Je ne sais pas exactement ce qu’il se passe et encore moins ce qu’il va se passer demain mais je sais une chose : je ferais tout pour que nous ayons la vie que tout couple est censé vivre. L’homme le plus âgé du groupe frappe dans ses mains et je suis surpris de voir que cela suffit à faire taire la petite assemblée. Je jette un coup d’œil à Sophie et la serre contre moi comme pour la protéger d’un quelconque danger pourtant pour le moment inexistant. Je porte ensuite mon attention sur l’homme qui, un air grave et étrangement déterminé sur ses traits, prend la parole tel un chef d’armée.

Il semble que demain soit une grosse journée. Nous allons donc tous aller nous coucher pour être en pleine forme. Le couvre-feu sera dans dix minutes. Bonne nuit.

Il est aussi froid que l’érudit de toute à l’heure… Bien moins amical que précédemment… Il prend le bras de sa femme et la tire vers l’allée où sont alignées toutes les maisonnettes pour disparaître dans la plus lointaine après quelques enjambées rapides. Je fronce les sourcils et je ne semble pas être le seul surpris par le comportement de l’homme qui nous accueillait avec tant de bonheur. Cependant, personne ne s’y attarde vraiment et tous prennent la direction de leur maison à leur tour. C’est étrange et ça me met mal à l’aise, comme si tous obéissaient au doigt et à l’œil de l’homme venant de quitter la place. Je me retrouve rapidement seul avec celle qui m’accompagnera jusqu’à ma mort j’ose l’espérer et je me tourne vers elle avec un petit air déçu.

Il semble que l’on ne pourra pas finir notre danse… Je suis désolé princesse…

Je lui propose mon bras en n’ayant pas trop envie de rester dans cet endroit vide et sombre, je la guide vers notre maison nous attendant, vide et inconfortable. Peut-être est-ce pourtant la dernière fois que l’on y dormira, la seule fois où l’on y dormira ? J’ai envie d’y croire de tout mon cœur. Je la laisse entrer en première et la suis de près. Je retire la veste de mon costume et défais distraitement ma cravate en ne lâchant pas Sophie du regard. J’aurais voulu terminer cette cérémonie de mariage un peu bancale, j’aurais tant voulu terminer cette dernière danse… Je m’approche d’elle alors qu’elle me tourne le dos et glisse mes mains autour de sa taille pour lui faire un doux backhug et la serrer contre moi. Je n’aime pas cette idée de jouer pour notre vie future mais j’ose penser que tant que l’on est ensemble, tout se passera bien et nous passerons les épreuves que l’on veut nous faire vivre.

On va y arriver d’accord ? Tant que tu es avec moi, je te protégerais

Je m’éloigne et pose mon regard sur le lit, deux places, pour nous deux. Je rougis et propose à la jeune fille de se changer pour nous coucher comme nous l’avons fait un peu plus tôt pour notre mariage. Je reste derrière elle et rougis un peu en pensant à ce que je m’apprête à faire. Je glisse mes mains sur ses épaules et me mordille la lèvre avant de déposer mes doigts sur la fermeture éclair de sa robe. Je descends celle-ci comme je l’ai montée il y a une heure et dénude son dos qui se présente à mes yeux un peu trop gourmands probablement. Je me penche cependant, suivant mon instinct plus que ma raison, et glisse mes lèvres sur son épaule à présent dénudée.

Je me rends compte de ce que je suis en train de faire et me recule un peu brusquement en rougissant violemment, me détournant de la jeune fille pour cacher mon malaise.

Je… Désolé je… Je… D-désolé…

Je n’arrive pas à me justifier, je n’ai pas envie de me justifier sur ce que je viens de faire. Je la préviens vite que je me change en même temps pour gagner du tout. Je le fais d’ailleurs très rapidement, enfilant un pantalon large et un t-shirt, au contraire, collant un peu trop à mon torse. Je lui demande si elle est changée et lorsqu’elle me le dit qu’elle l’est, je me retrouve pour la découvrir dans une robe de nuit un peu trop courte, ce qui ne doit pas la mette très à l’aise. Je la regarde quelques secondes, glissant mon regard sur son corps un peu dénudé. Je regarde à nouveau le lit et passe ma main dans mes cheveux orange en hésitant sur ce que l’on doit faire. Je prends sa main et la guide vers le lieu où l’on doit dormir, ensemble. Cela aurait été la même chose dans la Société et je pense que l’on pourra parvenir à casser le malaise en dormant ensemble. Je la laisse s’installer en première et la rejoins en me demandant si je dois me rapprocher d’elle ou pas.

Je… Je peux… ?

Je passe mon bras sous sa tête en m’approchant d’elle et pose mon autre main dans son dos en rougissant un peu sans la quitter du regard pour guetter sa réaction. Je dépose mes lèvres sur son front avec douceur avant d’ancrer mon regard intense dans le sien en me disant que m’endormir contre elle, dans son odeur si agréable, ça sera un jeu d’enfant.

Si… Si tu préfères… Je peux m’éloigner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:12

Sa main se pose délicatement sur ma joue et je profite de sa chaleur ainsi de son petit sourire pour me distraire quelques secondes les pensées. Tout ce qui a été dit est assez soudain, et je dois avouer que j'ai un peu peur... Jiyong me sort encore une fois de mes pensées en me souriant encore et en glissant sa main dans la mienne, faisant battre mon cœur à un rythme un peu plus rapide que la normale. Ses mots me montrent l'intérêt qu'il a pour moi et je lui souris vraiment heureuse de le voir si inquiet pour moi et pour notre futur à deux. C'est vrai, la vie à deux dans la Société est sûrement mieux que la vie six pied sous terre. Je serre sa main dans la mienne alors qu'il détourne la tête un instant.

Oui ! On va prendre cette chance comme il se le doit ! Ensemble !

Je lui souris, en le cherchant du regard , alors que je crois apercevoir une couleur rouge sur ses joues.Il n'a pas le temps de dire autre chose que le vieil homme de tout à l'heure nous demande le silence pour parler. Il nous annonce froidement que demain est une longue journée et que tout le monde doit allez se coucher. Je suis assez surprise par son changement de comportement. L'homme qui ,autrefois était chaleureux, est devenu aussi froid que le vent d'hiver ,qui mord les peaux aux travers des vêtements. Il tire sa femme par le bras et l'emmène plus loin avant de s'éloigner dans l'horizon pour ,sûrement, disparaître chez lui. Bizarrement, les autres habitants suivent très vite les conseils de l'homme, comme s'il avait le pouvoir absolu. Bientôt , nous sommes seuls, laissant une ambiance morbide prendre place. Jiyong se tourne vers moi déçu, et m'annonce qu'on ne pourra finir notre danse. Il s'excuse puis me propose son bras pour que nous rentrons ensemble dans notre chez nous. Je m'accroche à lui et nous nous dirigeons tout les deux vers la maison qui nous a été assigné. Je rentre en première et œille cette maison qui ne serait peut-être pas la notre très longtemps si nous arrivons à sortir d'ici. Soudain, j'ai un léger sursaut quand des mains se glisse autour de ma taille et que le torse de mon mari se presse contre mon dos. Je reconnais son parfum si doux et envoûtant. Une odeur distinguée et apaisante que le caractérise bien. Je pose mes mains sur les siennes et ferme les yeux alors que sa voix parvient à mes oreilles. Je te protégerais... J'espère qu'il n'aurais pas à le faire. Je serre ses mains puis il s'éloigne et regarde le lit, il rougit et me propose vite de se changer. Je hoche de la tête et alors que je veux m'éloigner pour enlever ma robe, je me rappelle de cette tirette dans mon dos. Je m’apprête à ouvrir la bouche et lui dire, mais déjà ses mains glisse sur mes épaules et il descend le zip de ma tenue, envoyant un léger courant d'air sur ma peau dénudée. Mon corps est pris d'un rapide spasme quand des lèvres se pose sur mon épaule. La sensation est agréable, mais mon corps réagit bizarrement et je sens une boule se former dans mon estomac. Je le sens alors s'éloigner et il s'excuse en balbutiant. J'entends ses pas s'éloigner de moi et bientôt le froissement de tissu me prouvant qu'il se changer aussi, m'encourage à finir au plus vite. Je laisse ma robe tombée sur le sol et me retrouve bientôt dans une robe de nuit assez courte couvrant à peine mes cuisses. De plus, la robe de nuit, n'a pas de manche et les fines bretelles relâchés manquent de tombé, dévoilant une trop grande partie de mes clavicules et un peu plus bas, sans bien sûr montrer cet endroit dont la seule pensée me fait rougir. Il me demande si j'ai fini de me changer et une fois que je lui ai dit oui, il se tourne vers moi. Ses yeux parcourent mon corps et je me sens un peu trop consciente de son regard sur moi, à tel point que je rougis. Lui se retrouve dans un pantalon un peu trop large et un t-shirt qui colle à son corps, définissant chaque trait de son torse, mais faisant baisser le regard. A quoi est-ce que je pense ? Il me présente sa main et me guide vers ce lit unique dans lequel nous devons tout les deux dormir. Je m'installe et regarde Jiyong pour voir ce qu'il va faire. Il me rejoint vite puis me demande la permission pour je ne sais quoi. De suite après son bras passe en dessous de ma tête et son autre main passe dans mon dos , me rapprochant dangereusement de lui, à tel point que mes jambes presque dénudées touchent les siennes. Il dépose ses lèvres sur mon front et je ferme les yeux en souriant, cette sensation est si rassurante que je n'aurais aucun mal à m'endormir comme cela. Son regard vient trouver le mien et je vois ces joues rouges ce qui fait le même effet aux miennes. Il me demande si il dois s'éloigner ou non et bizarrement je n'ai pas envie qu'il parte. Sans trop pensée , je me rapproche encore de lui et pose une main contre son torse et rapproche mes jambes des siennes.

Non.. Reste près de moi.. s-s'il te plaît..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:14

Elle se rapproche de moi alors que je lui propose de m’éloigner pour éviter de la mettre trop mal à l’aise et mon cœur rate un battement lorsqu’elle dépose sa main sur mon torse et que ses jambes entrent davantage en contact avec les miennes. Je l’observe comme elle me demande de rester et je souris timidement, mes petites fossettes se creusant lorsque le coin de mes lèvres se soulève pour elle. Je hoche la tête et mes doigts caressent doucement sa colonne vertébrale alors que je l’observe, que chaque trait de son visage s’ancre dans mes yeux et que ceux-ci caressent son regard, ses joues rougies, son nez si mignon et ses lèvres… Ses lèvres aux plis si visibles comme elle est si proches, ses lèvres que j’ai goûtée en me mariant avec elle. Mes doigts glissent sur sa taille et remonte le long de celle-ci pour caresser ses lèvres douces sous mon toucher.

Sophie…

Je me rapproche, comme appeler par son simple prénom qui s’est échappé de mes lèvres. Je ne comprends plus ce qu’il se passe, les sentiments qui m’envahissent ne sont pas habituels, ne sont sûrement pas normaux. Je sens dans les battements de mon cœur le manque du contrôle que nous offrait la pilule et je ressens pourtant cette impression de vivre plus sincèrement avec des émotions que je découvre et sur lesquelles je ne sais pas mettre de mots. J’ai une étrange envie de l’enlacer plus proche encore, tout contre moi, qu’elle ne voit que moi et rien d’autre et qu’elle… Je rougis un peu plus et remercie la pénombre de l’endroit maintenant que les lumières artificielles se sont évanouies. Ne reste qu’une vague lueur s’apparentant presque à celle de la Lune bien que ça soit impossible et celle-ci se disperse doucement dans la pièce pour ne laisser que quelques zones profiter de sa douceur. Les traits de ma femme en font partie pour mon bonheur et je peux la voir baignée dans cette lumière. Ma main passe de ses lèvres à ses cheveux et retourne dans le bas de son dos pour la rapprocher de moi alors qu’un flot de sentiments m’envahit et que mon corps fait un effort surhumain pour joindre mes lèvres aux siennes une nouvelle fois, pour goûter encore cette saveur qui s’est ancrée en moi telle une addiction. Je pose mon front contre le sien et me mordille la lèvre inférieure sans cesser de la regarder avec une tendresse profonde dans mon regard brut d’audacieux.

Nous ferions mieux de dormir… Une grosse journée nous attend demain…

Je me rapproche et dépose mes lèvres sur le coin des siennes pour ne faire que les frôler et calmer l’ardeur qui fait brûler mon cœur depuis que je suis son homme. Je dépose ensuite mon menton sur le haut de sa tête pour la laisser se blottir contre mon torse, appréciant cette proximité que l’on peut vivre ici et que l’on ne pourrait jamais connaître dans la société grâce… ou à cause –je ne sais plus- de la pilule que l’on nous force à prendre trois fois par jour. Je souffle un « bonne nuit » doux et feutré par le calme et l’harmonie apaisante régnant dans la maisonnette avant de fermer mes yeux en me concentrant sur la chaleur de son corps contre le mien pour me laisser plonger dans les bras d’une personne bien différente de Morphée mais bien plus belle…

Je me réveille lentement par la lumière un peu trop forte qui éclaire petit à petit notre chambre et je plisse un peu les yeux en tentant de déjà m’habituer à cette clarté aveuglante. Je tourne la tête et découvre, blottie contre moi, un petit ange encore tout endormi. Je souris à cette vision si douce et agréable dès le matin et caresse doucement ses cheveux alors qu’elle semble être plongée dans un rêve lui arrachant un sourire discret. Je me perds dans cette contemplation matinale en replaçant distraitement les mèches sauvages qui recouvrent son visage. Je trouve ce réveil particulièrement agréable malgré le lieu où nous nous trouvons, dans ce lit inconfortable, j’ai la sensation d’être à ma place à ses côtés… Déjà trois pilules que je n’ai pas prises, j’en ressens les effets jusque dans les battements irréguliers de mon cœur. Je caresse sa joue alors qu’elle semble réellement plongée dans son sommeil et souris en me disant que maintenant, nous sommes vraiment mariés et que peut-être nous pourrons vivre ensemble dans la Société si nous sommes le couple choisit grâce au jeu. Je me rapproche d’elle et suis surpris lorsque quelqu’un frappe à la porte et qu’une voix nous dit que la Société attend déjà les habitants de la sous-ville. Je jette un coup d’œil à Sophie après avoir répondu que l’on arrivait et constate qu’elle est toujours plongée dans ses rêves. Je souris mais sais qu’il va falloir la réveiller pour éviter d’être en retard, je me penche comme trop naturellement et dépose un court baiser sur ses lèvres sans vraiment m’en rendre compte puis ma main se dépose sur son épaule et je caresse celle-ci pour la réveiller. Sophie ouvre alors doucement ses yeux et je me perds dans son regard endormi.

Bonjour princesse… Bien dormi ? Il faut qu’on se lève… On nous attend…

Elle semble encore un peu dans son rêve et je me demande de quoi elle pouvait bien rêver. Je passe mes bras autour de sa taille et l’enlace pour rendre son réveil des plus agréables pour elle. Je l’observe alors qu’elle sort petit à petit de son sommeil, toute blottie contre moi. Des réveils ainsi, j’en veux tous les matins, la voir ainsi encore endormie et si mignonne juste avec moi, juste pour moi… Je caresse ses côtés alors qu’elle se redresse et l’observe avec tendresse et presque… presque de l’am… Je chasse ces pensées, bientôt, tous ces étranges sentiments s’éloigneront de moi et nous retournerons dans la sécurité de la Société, je voudrais le lui promettre. Je glisse ma main dans la sienne et voudrait rester ainsi un peu plus longtemps encore, sentir sa chaleur encore endormie contre moi, mais une voix s’élève et me force à me redresser en gardant Sophie près de moi pour écouter les mots froids me rappelant la Société.

Veuillez rejoindre l’ascenseur immédiatement. Il ne reste que deux minutes avant qu’il ne remonte. Veuillez rejoindre l’ascenseur immédiatement. Il ne reste que deux minutes avant qu’il ne remonte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:15

Il me sourit timidement avant de caresser ma colonne vertébrale et je sens des frisson parcourir mon corps au contact de ces fins doigts. Je tremble légèrement et cette boule dans le ventre revient très vite. Je tente de l'oublier et lève le regard vers Jiyong. Celui-ci me regarde, ou plutôt m'observe. Ses yeux s'arrêtent sur mes lèvres et je rougis en pensant aux événements de tout à l'heure. C'est alors que , comme un rappel, ses doigts viennent caresser mes lèvres alors qu'il murmure mon prénom. Il se rapproche de moi et je sens mon cœur battre à une allure folle alors que ses lèvres se dépose sur les miennes. Je laisse échapper comme un cri étouffé, peut-être un gémissement, je ne sais pas. Mon corps bouge bizarrement, et sans vraiment le vouloir, je m'approche de lui, me collant encore plus à lui. J'éloigne un peu mon visage chaud du sien et le regarde alors qu'il est à moitié baigné dans une fade lumière artificielle qui le fait reluire telle une étoile dans la nuit. Il dépose son front contre le mien et je le vois se mordiller la lèvre alors que son regard si fort s'ancre en moi. Il m'informe qu'il vaudrait mieux dormir et je hoche timidement la tête alors que ses lèvres viennent au coin des miennes déposer un autre baiser tout aussi doux. Un baiser que j'aurais presque envie de lui rendre. Non, mais à quoi est ce que je pense. Il pose son menton sur ma tête, me permettant de me rapprocher contre lui. Je me blottis au creux de ses bras, tout mon corps en contact avec le sien, sentant sa chaleur se répandre en moi. Je ressens comme un apaisement immense, même si je ne sais pour quelle raison, mon cœur bat si fort. Bizarrement, j'aime le sentir près de moi, de le sentir contre moi. Je souris, heureuse d'être ici. Il souffle un petit bonne nuit, auquel je réponds, en agrippant son t-shirt avant de lever ma tête pour embrasser son cou.

Bonne nuit Ji... Jiyong..

Et cette danse continue encore et encore. Jiyong me fait plusieurs fois tournée sur moi-même avant de me rapprocher de lui. Les petites lanternes fixées à un fil nous éclairent et nos silhouette nous accompagnent dans chaque pas de danse. Je lui souris , et il fait pareil. Nous sommes complètement synchronisés. Je plonge mon regard dans le sien lui murmure un petit je t'aime. Ce trois mots sorti d'un coup me font un bien fou et je m'arrête de danser. Il s'inquiète pour et me rapproche de lui en passant un bras de mon dos. Dès qu'il l'a fait, je me mets sur la pointe des pieds et approche mes lèvres des siennes pour l'embrasser. La sensation est incroyable! Comme si il le faisait dans la réalité ! Comme si cela n'était pas un rêve. Je sens pourtant quelque chose sur mes lèvres, quelque chose de vrai. Mon épaule aussi est effleurer par un contact que je trouve agréable et la voix de Jiyong parvient à mes oreilles. J'ouvre doucement les yeux , mais les referment aussitôt quand je remarque que la lumière est beaucoup trop forte dès le matin. Je rougis en levant la tête vers lui pour voir son visage si proche et soudain , ses bras passent autour de ma taille pour m'amener encore plus contre lui. Mon esprit ne cesse de se rappeler ce rêve dans lequel j'étais bien et comme un automatisme , je me redresse pour m'asseoir près de Jiyong, déposant ma tête sur son bras. Je m'approche de lui, toujours aussi fatiguée et laisse ma tête tombée sur son torse, n'arrivant pas à taire mon corps encore endormi. Je passe un bras autour de sa taille et le rapproche de moi encore plus, voulant le sentir à mes côté, mais je sursaute quand une voix nous annonce qu'il reste deux minutes avant que l'ascenseur ne remonte. Mes yeux s'écarquillent et je regarde Jiyong.

Deux minutes ! Ce n'est pas assez pour se préparer !

Je monte sur Jiyong à quatre pattes pour atteindre le côté du matelas qui est le plus proche de mes vêtements et je commence par mettre mon pantalon, profitant que je porte une robe.

T-tu peux te retourner ?

Je n'attends pas sa réponse et enlève ma robe, pour enfiler le haut. J'attends que Jiyong me dise qu'il est prêt pour me retourner et d'aller vers la petit bassine à peine remplie d'eau. Je plonge mes deux mains et mouille un peu mon visage.

V-voilà on peut y aller ! Il faut se dépêcher, il ne faut pas rater l'ascenseur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:18

J’ai si bien dormi, je suis dans ses bras comme dans le cocon le plus chaud, je suis contre elle l’homme comblé que je n’ai jamais été avant. Quels étranges sentiments, quels doux sentiments qui me consument. Je me sens bien et j’ai l’impression que ça n’est pas permis, que ça ne devrais pas être, que je ne peux pas ressentir un tel bonheur et pourtant, je le ressens et j’essaye de le nier même si cela est si difficile alors que mon regard se pose tendrement sur la jeune femme qui est toujours endormie contre moi. Comment résister à un tel ange ? Elle n’est même pas Audacieuse mais elle ne m’énerve pas comme toutes les Altruistes que j’ai croisé auparavant. La Société est remarquable de trouver pour chacun d’entre nous l’âme sœur que l’on pourra apprécier et avec qui nous pourrons vivre jusqu’à ce que la Société décide que la mort nous sépare. Elle se rapproche un peu plus de moi et je fonds doucement alors que ses bras m’entourent et m’enlacent. Mmh je serais si tenté de lui murmurer que je l’aime, qu’elle me plaît et qu’à présent, elle est mienne, ma personne, ma femme à moi. Mais je tais ces mots que je souhaiterais glisser contre son oreille, la voix de la Société interdisant toujours ces preuves d’amour trop fort entre les couples qu’elle crée. Alors, je ne peux que la regarder, encore un peu endormie contre moi et un tendre sourire, un sourire amoureux, un sourire doux s’offre à elle sur mon visage encore un peu endormi. Pourtant de quelques mots, une voix gâche ce petit moment de réveil chaleureux dans ce lit devenu confortable grâce à nos deux corps blottis l’un contre l’autre. Ses yeux sombres et envoûtants s’écarquillent et elle semble paniquée par le peu de temps qu’il nous reste. Elle se met au-dessus de moi, me faisant rougir alors qu’elle ne fait qu’attraper ses vêtements et enfiler son pantalon. Elle me demande de me retourner et je deviens pourpre en la voyant retirer son haut. Je détourne immédiatement le regard et la laisse se changer. Elle me laisse ensuite me changer à mon tour et je le fais rapidement, enfilant des vêtements toujours aussi gris mais un peu plus à ma taille. Une fois cela fait, nous nous lavons vite le visage avec de l’eau dans une bassine et ma femme m’annonce qu’elle est prête à y aller. Nous sortons et je constate avec une moue qu’il pleut. J’enfile un pull que j’aperçois à l’intérieur de notre maisonnette et l’enfile en mettant la capuche avant d’attirer ma princesse contre moi et la blottir contre mon torse pour la recouvrir d’un des pans de mon pull.

Serre toi bien contre moi, ma chère femme, je ne veux pas que tu attrapes un rhume…

Je l’emmène jusqu’à l’ascenseur en trottinant avec elle et je remarque que nous devons être les derniers arrivés, un peu paresseux comme nous semblons être. Les portes se referment comme la voix l’annonce et je la garde contre moi malgré que nous soyons à présent couverts de l’étrange pluie, probablement venant des champs que la Société au-dessus de nos têtes submerge d’eau. Je serre ma main autour de la taille de l’ange qui me serre de femme. Je lui souris avec douceur et d’un air rassuré malgré que tous autour de nous aient un air assez anxieux quant à l’enjeu qui attend ceux qui réussiront à sortir du lot des dix couples présents. J’ai envie d’emmener Sophie dans cet avenir meilleur, je tente alors d’être confiant, sûr de moi et de mon objectif, pour elle, pour nous.

Vous allez être confronté à des épreuves. Des épreuves où votre cohésion de couple sera soumise à des tests, des épreuves pour décider quel est le couple qui mérite d’être intégré à notre société. Vous n’avez aucun choix, vous devez participer sinon, vous serez exécuté. Ceux qui gagneront les épreuves rejoindront la Société et ceux qui échoueront, mourrons pendant les épreuves.

Je serre Sophie contre moi, je ne veux pas qu’elle meurt, que je ne pensais pas que l’enjeu de la mort apparaîtrait dans ce jeu, que nous serons en danger. Je la regarde avec une inquiétude profonde, une tristesse d’un avenir soit parfait, soit écourté et je me sens si désolé, si détruit, à l’idée qu’elle puisse mourir par la faute d’être en couple avec moi. Je me penche un peu et viens blottir mes lèvres contre son oreille.

Nous allons gagner Sophie, je t’ai promis un avenir heureux à mes côtés, ne l’oublie pas !

L’ascenseur s’ouvre soudain et j’ai l’impression de faire face à un immense portail qui est juste devant l’ascenseur, ne laissant aucune possibilité de le contourner. On nous demande de le traverser par couple et que de l’autre côté, la première mission va nous attendre et nous donner, déjà, une idée de la difficulté de rejoindre la Société. Tous les couples passent devant nous et je les laisse faire, me préparant au pire pour ce qui nous attend. Je sauverais Sophie, quoiqu’il arrive, je l’aiderais à vivre la vie qu’elle mérite et elle sera contente de m’avoir comme mari, elle ne peut pas souffrir par ma faute, c’est hors de question. A notre tour, nous traversons lentement le portail et je ne quitte pas Sophie du regard alors que la lumière aveuglante du jour nous entoure. Nous nous retrouvons habillés différemment, dans des tenues d’aventuriers semblants sorties tout droit de films. Je regarde autour de nous, la jungle, les arbres immenses, les bruits sauvages et pourtant déjà, une impression de solitude. Je regarde autour de nous avec un petit sourire et remarque que nous sommes plutôt bien équipés pour ce lieu que nous ne connaissons que dans les vidéos que la Société nous laissait regarder.

*Vous n’avez qu’un but pour cette première épreuve : Sortir de cette jungle…
Sans être tué.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Weber Sophie
princesses
princesses
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 19
Localisation : Dans ses bras

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:19

Nous pouvons sortir, mais nous remarquons vite qu'il pleut dehors. Voilà une magnifique journée qui s'annonce.... Je réfléchis comme il est possible qu'il pleuve alors qu'on se trouve plus de six pied sous terre. Cela doit probablement venir des champs de la Société... Quoiqu'il en soit, il enfile un pull et m'attire dans le pan de celui-ci , m'abritant de la pluie. Son torse contre mon dos, m'envoie une chaleur si agréable dans le corps. Je sens mes joues chauffées un peu et mes pensées sont calés sur son corps contre le mien. Je voudrais rester comme ça pour toujours. Finalement ce n'est pas si mal qu'il pleuve, pensais-je , en souriant légèrement , me surprenant à ma propre pensée. Il me dit qu'il ne veut pas que je tombe malade et je souris encore un peu plus en voyant qu'il prend vraiment soin de moi. *Toi non plus.. je veux que tu ailles toujours bien hein ❤️ *

Nous nos dirigeons vers l'ascenseur et je vois une masse de personne attendre que la cabine métallique remonte à la surface. Nous devons être le dernier couple je suppose... Une fois dans l'appareil, les portes se referment et je sens la main de Jiyong serré ma taille. Dans un geste presque automatique, je viens poser ma main sur la sienne et la serre fort, comme pour lui prouver que j'aime ce contact, que j'aime l'avoir près de moi. Aiish qu'est ce que c'est encore ces pensées ? Si la Société savait que je pense comme ça, je ne sais pas ce qu'il pourrait m'arriver.. Il faut pourtant que je trouve un moyen de calmer mon cœur battant à une vitesse bien trop rapide pour mon petit corps au repos. On va mettre tout cela sur le stress, oui je suis stressée. C'est vrai, après tout, nous ne sommes pas ici pour rien.. J'ai la boule au ventre en imaginant déjà la pire, mais je suis stoppé dans mes idées lorsque les lèvres légèrement remontées de Jiyong se tournent vers moi. Son petit sourire timide mais rassurant apaise un peu mon cœur empris aux tourments de ce futur incertain.

Une voix résonne alors et commence à nous expliquer que nous n'avons pas le choix, nous devons participer. La dernière phrase me glace le sang, et même avec les bras assez musclés de Jiyong autour de moi, je ne peux m'empêcher de ressentir un moi une vague de froid qui me gèle de l'intérieur. Son étreinte se resserre un peu et je serre sa main. Il glisse quelques mots rassurants dans mon oreille et je souris. Je ne fais que hocher de la tête et me rapproche encore plus de lui, pressant mon dos contre son torse, et mes jambes contre les siennes.

Le silence dans lequel je me tapis est interrompu par les portes qui s'ouvrent devant nous. Il n'y a aucune issue et je comprends que nous n'avons vraiment pas le choix. En face de nous , une rive sur laquelle nous devons poser le pied. Les autres couples commencent à traverser et je me sens mal. Je ne veux pas.. Je ne veux pas mourir.. Mais surtout, je ne veux pas qu'il meurt.. Nous passons à notre tour cet immense portail et ,une lumière englobante s'empare de nos corps. Nous arrivons dans un endroit complètement différent, habillé de manière aussi différente. Devant nous s'érige une dense jungle qui se fait assommé par un soleil pesant. Je n'ai vu ce genre d'endroit qu'à travers des documentaires de la Société. Je regarde ma tenue et vois accroché sur celle-ci tout un équipement. Les consignes concises et nettes nous sont donnés et je reste bouche-bé.. Sans être tué.. Je lance un regard inquiet vers Jiyong avant de m'approcher de lui pour être planté juste devant lui. Partons au plus vite.. je ne veux pas rester trop longtemps ici.. Dis-je en prenant sa main pour avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kwon Jiyong
GODS
GODS
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 30
Localisation : In your pussy

MessageSujet: Re: We are born to be together   Dim 5 Aoû - 18:22

Nous débouchons dans un endroit totalement inconnu, je me demande même si nous sommes encore dans l’enceinte de la société. Je me mordille la lèvre, un peu nerveux quant aux consignes que nous venons de recevoir. Rester en vie… C’est notre unique but et je me demande ce qui va bien pouvoir tenter de nous en empêcher. Nous sommes complètement équipés comme si nous étions des aventuriers mais je sais que nous sommes loin d’en être. Je vois l’inquiétude dans le regard de ma femme et j’ai envie de la rassurer mais je ne sais pas comment faire car même en étant un Audacieux, je ne suis pas sûr de moi, ce monde semble tellement dangereux, plus que tout ce que nous avons connu dans ma faction. La situation est compliquée et je me demande si une altruiste comme Sophie sera capable de survivre sans sans cesse s’inquiéter pour les autres et leur sort. Elle prend ma main pour me proposer d’avancer et de ne pas s’attarder trop longtemps en plein milieu d’une terre inconnue. Je hoche doucement la tête et me rapproche d’elle pour tenter de la rassurer aux côtés de la présence masculine que je suis et représente. Je lui souris alors que nous prenons une direction au hasard puisque dans cette jungle, aucun chemin n’est tracé et aucune indication n’est donnée. Je rapproche Sophie de moi alors que marcher dans la jungle est loin d’être une chose facile. Je prends soin de lui faire éviter des branches et des blessures inutiles en espérant, comme je ne la connais pas très bien, qu’elle n’est pas trop maladroite… Je la fais vite passer derrière moi quand je vois que les arbres autour de nous se rapprochent et nous empêchent de marcher à deux de front mais ne cesse pourtant de tenir sa main fort dans la mienne. Je me tourne alors vers elle avec un petit sourire qui s’élargir comme j’ancre mon regard dans le sien.

Ne t’inquiète pas, je te promets que nous sortirons d’ici en vie.

Mon cœur bat étrangement vite et je n’ai pas envie de détourner mon regard d’elle. Qu’est-ce qu’il m’arrive ? J’ai envie d’elle et je ne peux pas ! La Société nous a toujours appris à contenir ces envies dangereuses mais la pilule que nous prenions nous aidait à survivre ! Je me mordille la lèvre et détourne le regard pour apercevoir, une fraction de seconde, un éclat dans les buissons un peu plus loin. Je crie un attention ! inquiet vers Sophie et la pousse avec moi sur le côté pour nous faire tomber au sol alors que la même seconde, une flèche passe là où ma femme se trouvait et va se planter dans un tronc un peu plus loin. Je me redresse un peu sans pour autant me faire visible à ceux qui nous ont visé et regarde dans la direction où une seconde plus tôt j’ai aperçu un éclat. Je devine un mouvement et pose ma main sur l’épaule de Sophie pour l’empêcher de se relever.

Tu les as eu ???
Non… Je sais pas comment ils ont fait mais ils ont vu la flèche arriver.
Rah quel incapable !! C’est pas avec un idiot pareil qu’on va pouvoir retourner dans la Société !
Je… Je suis désolé chérie…
Tais-toi et donne-moi l’arc. Ils ne doivent pas être loin.

Je pince les lèvres, nous ne sommes pas seuls dans cette jungle et je devine rapidement que les autres couples, au lieu d’essayer de survivre, se sont mis à la chasse à l’homme. Je plisse mon nez et dépose mon regard sur Sophie qui a failli mourir. Je ne peux pas les laisser faire, elle doit vivre, c’est la seule préoccupation que j’ai pour le moment. Ils ont parlé assez fort mais j’ai pu deviner grâce à l’éclat qu’ils sont à une distance assez raisonnable mais pas assez grande pour nous permettre de traîner. Je me penche alors doucement et glisse mes lèvres contre l’oreille de Sophie pour murmurer.

Ma princesse, on va devoir fuir… Je vais compter jusqu’à trois et tu vas te relever pour courir dans n’importe quelle direction. Surtout, ne t’arrête pas de courir, d’accord ? Je serais derrière toi.

Ils n’auront pas le temps de décocher une flèche si elle court et qu’elle ne s’arrête pas, surtout grâce aux arbres qui leur obstrueront la vue. Je prends un grande inspiration et lui souris doucement avant de joindre nos lèvres une fraction de secondes pour me donner du courage et lui en donner aussi qui sait… Je compte ensuite jusqu’à trois lentement et lui fais un signe de tête en l’aidant vite à se redresser quand j’arrive à 3…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We are born to be together   

Revenir en haut Aller en bas
 
We are born to be together
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouveau clip de Lady Gaga : BORN THIS WAY
» reportage "the business of being born"
» traduction "born to ride" SVP
» La plus grande fleur au monde
» Daniel Defoe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROP :: SoG-
Sauter vers: