AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 I can't stop staring at you

Aller en bas 
AuteurMessage
Lee Jihoon
GODS
GODS
Lee Jihoon

Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 22
Localisation : Busan

I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you EmptyMar 28 Aoû - 23:20

Open me:
 

I can't stop staring at you

Aujourd'hui est ton premier jour dans cette nouvelle entreprise. Tu as enfilé un chemisier blanc et une jupe noire remontant légèrement au dessus de ton genoux. Tu portes tes petits talons noirs, ceux que tu avais vu dans une boutique sur la grande Avenue. C'était les chaussures de tes rêves, et le jour où tu les as enfin eu, tu étais la jeune fille la plus heureuse du monde. Alors que tu te regardes une dernière fois dans le miroir, tu observes la jeune femme que tu es devenue. Ton regard détient un peu plus d'assurance qu'avant. Tes traits sont moins enfantins et plus adulte à tel point que ça te rend triste. Tu as 26 ans, tu n'es pas non plus la plus grande des adultes qui soit.  Pourtant, tu as déjà les deux pieds dans le monde du travail.

Tu vas travailler pour une célèbre entreprise : JL compagny. Cette entreprise est une multinational qui a des parts dans plusieurs domaines que ce soit dans la finance ou la musique. A sa tête, la famille Lee, qui est une des familles les plus médiatisés du pays. Leur richesse est une des plus grande du pays ce qui leur permet d'agrandir leur empire encore et encore. Tu cesses de penser à tout cela qui te met la pression plus qu'autre chose et tu sors de la salle de bain. Tu as été recommandé par ton ancien patron qui était un homme si bien qu'il t'a proposé un travail chez JL avec qui il fait affaire. Tu ne pouvais pas refuser l'offre étant donné que le bâtiment est plus proche de ton domicile et que c'est mieux payé. Tu as eu un léger pincement au cœur en quittant ton amie Sophie, la secrétaire du bureau centrale. Tu prenais souvent tes pauses déjeuner avec elle, et même si tu ne travailles plus avec elle, vous vous êtes promis de vous revoir souvent !

Tu respires un bon coup puis sors de la salle de bain. Tu prends ton sac à main noir déposé sur le buffet près de l'entrée et tu quittes ton petit appartement. Il contient le nécessaire. Depuis que tu as quitté la Belgique pour venir t'installer à Séoul, tu as appris à faire le tri entre les affaires dont tu as vraiment besoin et les autres, qui sont plus décoratifs qu'autres choses. Tu descends au bout de la rue et, en voyant au loin un taxi, tu tends le bras pour attirer l'attention de celui-ci. L'habitacle vient se garer devant toi et tu t'engouffres à l'arrière avant de dicter l'adresse à l'homme qui l'entre dans son GPS.  Le temps de Séoul est gris, avec des énormes nuages qui n'attendent que de se vider de toute la pluie qu'ils contiennent. L'air est frais mais pas assez pour que tu regrettes d'avoir mis une jupe. Le vitre est encore plus glaciale que le temps et tu t'enfonces bien dans ton siège pour ne pas toucher le plexiglas et te refroidir. Après vingt-minutes dans les bouchés du train-train matinal de tout bonne employé, le taxi te dépose enfin devant l'immense bâtiment, dont la tête est perdue dans les nuages gris. Tu sors de là, et dit bonjour à la réceptionniste qui t'arrête de suite.

- Vous êtes madame Vervoir ? Une réunion avec un client va voir lieu dans quelques instants dans la salle de conférence de Monsieur Lee. Je le préviens de votre arrivé, monté et préparer vous à prendre note.

Sa voix est claire et autoritaire. Ses yeux bleus sont perçant comme ceux d'un chat et sa bouche qui n'a jamais montré de sourire est fine et couverte d'un léger rouge à lèvre rose pâle qui va très bien avec son teint. Tu ne t'attardes pas plus sur elle puisque tu te diriges vers l'ascenseur, paniquée.

Ta première journée commence par une réunion avec des clients génial ! Enfin, tu t'attendais à ce que le travail soit différent de ton ancienne entreprise. Ici, les clients doivent être plus fréquent, mais aussi plus important et rien que d'y penser, ton estomac se noue. Tu peux clairement sentir des sueurs froides couler le long de ton échine, mais tu ravales ta peur et ton appréhension et une fois que l'ascenseur atteint sa destination, tu sors du carrosse de fer pour de suite te diriger dans une salle que tu as visité auparavant puisque c'est là que tu as passé ton entretient d'embauche avec l'assistant de monsieur Lee. Tu frappes à la porte fermement et dès qu'on te donne l'autorisation, tu entres. La pièce donne sur une immense baie vitrée qui renferme Séoul dans un rectangle de vitre. Un homme est debout devant la vitre et il regarde cet horizon qui semble si distant à travers la fenêtre. Il n'est pas très grand pour un homme mais son aura en impose tellement. Ses cheveux sont d'un noir intense et les petites racines que tu peux voir à la naissance de sa nuque sont étonnement sexy. Tu voudrais presque passé ta main dans ses cheveux. Remonté tes doigts dans sa nuque et agrippé ses cheveux qui semblent si doux. Tu rougis soudainement en ne comprenant pas pourquoi tu penses à cela. Tu secoues la tête et te présente à cet homme de charisme qu'est monsieur Lee.

-Vervoir Manon. Je.. je suis votre nouvelle assistante, dis-tu la voix un peu tremblante de te retrouver devant un homme d'une telle prestance.

L'homme en question se tourne alors vers toi et tu peux voir ses yeux pénétrants te cloués au sol. Ses deux billes foncées brillent d'une petite malice curieuse qui fait naître en toi une curiosité certain. Il te scanne longuement. Tu peux voir ses yeux descendre sur tes jambes dénudées et il ravale difficilement sa salive, sa pomme d'Adam bougeant de manière si masculine et séduisante. Sa peau reluit avec la propreté de la vitre et chaque geste qu'il effectue est subtil. Il a une grâce née ! Il s'approche de toi, un sourire un coin et te tend sa main parfaite, d'une délicatesse et d'une finesse incroyable, te faisant presque douter qu'il s'agisse de la main d'un homme. Tu lui serres la main et tu te rend compte que malgré ce corps délicat, il n'en reste pas moins un homme.

- Lee Jihoon, enchanté. Pour votre première journée, je vais vous demandez d'observer Chunga. Vous devrez faire pareil lors de la prochaine réunion. J'ai beaucoup d'attentes mademoiselle Vervoir.

Sa voix est chaude et profonde. Chaque mot prononcé est comme un sort qu'il jette sur toi et tu te sens prise au piège d'une situation que tu n'arrives à décrire. Tu hoches simplement la tête et après quelques minutes, les clients arrivent. Tu les salues et t'assieds à la droite de Monsieur Jihoon qui est au bout de table, un air sérieux sur le visage. Il ré-ajuste ses boutons de manchettes d'un revers de la main et tu ne peux t'empêcher de sentir ta gorge s’assèchée à ce simple mouvement de sa part. Les négociations pour le nouveau contrat commence et c'est plus les associés de monsieur Lee qui parle que lui. Il écoute, mais son regard est ailleurs. Il passe à travers l'immense table transparente pour venir lorgner mes cuisses. Il frappe son doigt son la table dans un léger cliquetis stressant et, instinctivement tu serres les cuisses, alors qu'une chaleur inconnue vient s'emparer de ton corps. Un léger rictus traverse ses lèvres avant et ses yeux puissants viennent s'ancrer dans les tiens. Tu te mordilles la lèvre te tentes de te concentrer sur la réunion puisque tu devras faire pareil la prochaine fois. Tu vides alors ton esprit et écoutes les négociations qui font rage autour de la table sans opacité. Le contrat fini par être signer sans trop de concession de notre part et tu salues les clients qui sont maintenant associés à l'entreprise. Alors que tout le monde part, tu en fais de même, mais la voix perçante de Lee Jihoon te retient.

- Mademoiselle Vervoir, rester s'il vous plaît, demande t-il d'une voix claire et suave.

Malgré le léger frisson dans le dos, tu te tournes et le regarde attentivement. Lui, te fixe. Ses yeux ne te quittent pas et cela te fait rougir, chauffant tes joues d'un rouge amarante épais. Il t'invite à prendre place sur le petit fauteuil contre le mur gris. Il vient te rejoindre en posant ses fesses, délicatement moulé dans son pantalon, sur l'accoudoir. Tu déglutis avec une difficulté visible et il lâche un autre petit sourire. Un sourire signature où des petites fossettes viennent creuser ses joues rosées et plié ses yeux pour les transformés en un trait noir aussi doux et mystérieux que la nuit.

- Qu'est ce que vous me faites Manon.. Je ne peux m'empêcher de vous regarder...

Sa main se lève doucement et vient caresser ta joue et tu penches légèrement la tête comme pour intensifier ce geste. Tu ne sais pas pourquoi auprès de lui, tes défenses disparaissent, mais ça ne te dérange pas. Cet homme est si doux avec toi, et cette façon qu'il a de te déshabiller du regard te rend folle.

- J'aimerai bien vous invitez à boire un verre. Je vous dirai bien que je vous prendrai ensuite chez moi car je ne pourrai me retenir, mais je vais me contenter d'un verre. Pour l'instant.

Un sourire malicieux et séducteur sévit sur son visage et tu hoches la tête. Tes joues toujours rouges tu repenses à ses mots audacieux et si..crop. Une petite boule au ventre se forme en toi, mais étonnement, elle est très agréable à ressentir. Tu te racles alors la gorge et souris du mieux que tu peux.

- Un verre me paraît bien.. Pour l'instant, souris-tu.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
Lee Jihoon

Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 22
Localisation : Busan

I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: Re: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you EmptyDim 9 Sep - 2:03

I can't stop staring at you


Un souris taquin a prit place sur ses lèvres et tu regardes ces petites fossettes naître au creux de ses joues légèrement rosées. Son regard perçant et insistant vient s'ancrer dans le tien, mais la force de celui-ci te fait baisser les yeux au sol. Tu te mordilles la lèvre alors que tu sens toujours ses yeux sur toi. La boule dans ton ventre est toujours bien présente, et elle ne cesse d'augmenter de seconde en seconde. Alors qu'il ne se passe rien, ton souffle s'alourdit petit à petit. La chaleur qui consume ton corps vient brûler tes joues et ta poitrine, qui ressent un feu inexplicable. Tu décides d'ignorer ce sentiment et de prendre congé, mais la voix de Monsieur Lee Jihoon ampli la pièce.

- Je vais vous conduire à votre bureau, dit-il en passant devant toi.

Il ne va pas bien loin et ouvre une porte à la droite de la pièce. Ton bureau communique de suite avec le tien et vous êtes séparés par une immense vitre transparente qui sert de mur. Il y a dans ton bureau une autre porte qui mène au couloir principal. Une fois arrivé, il te regarde et jauge ta réaction sur ton nouveau lieu de travail. C'est bien plus grand que ton ancien bureau ! Il est bien plus beau et à l'air beaucoup plus facile à gérer pour l'organisation ! Tu as même accroché au mur, un immense cadre en bouchon avec à côté, un petit distributeur à post-it. Tu remercies ton patron en t'inclinant légèrement et il hoche simplement la tête, alors que ses yeux ont l'air perdu ailleurs. Une fois qu'il a l'air de retour sur la terre, il te donne les instructions pour la fin de journée et tu écoutes attentivement. Tu mémorises tout ce que tu as à faire pour ensuite tout retranscrire sur un bout de papier et faire une chose à la fois. Une fois son petit monologue fini, il part vers la porte, mais s'arrête sur le chambranle de celle-ci.

- On dit 19 h 00 pour aller boire un verre au BlackSmith ? Demande-t-il d'une voix magnifiquement sensuelle à en faire trembler tes cuisses.

Tu hoches simplement la tête et il sourit avant de partir dans son bureau en te disant que si il y a un problème, il te suffit de venir le trouver. Il repart et tu regarde la silhouette de son dos, marqué légèrement son veston gris qu'il enlève une fois qu'il s'installe à son bureau. Tu peux alors admirer la chemise blanche qui lui va parfaitement bien. Lorsqu'il s'étire tu peux voir ses muscles se dessiner sous le fin tissu de qualité. Tu es perdue dans une contemplation qui fait battre ton cœur extrêmement vite, et cela est très problématique puisque c'est ton patron ! Tu dois garder la tête sur les épaules ! Tu ne veux pas que les gens pensent que tu es la femme qui couche avec ton boss pour avoir une bonne place. Ah pourquoi tu as pensé couché avec lui ?! Quoique vu son apparence, il doit sûrement être une bête au lit ! Aish,pourquoi est-ce que tu penses à ça Manon ! Tu déglutis difficilement alors que ta bouche s'est soudainement asséchée et tu décides de te concentrer sur le travail. Tu pourras penser à lui lorsque vous irez boire un verre ensemble ! Tu te plonges alors dans le travail qu'on t'a donné, mais malgré cela, il t'arrive de jeter quelques coups d’œil furtif vers son bureau. Et quand tu le fais, tu as l'impression qu'il te regarde, qu'il te fixe. Ses yeux bruns sont si intenses qu'ils font vibrer tout ton être. Tu frottes légèrement tes cuisses l'une contre l'autre puis tentes de te concentrer. La journée passe vite et bientôt tu entends quelqu'un frapper à la porte de ton bureau. Puis qu'il s'agit de la porte communicant avec le bureau de ton boss, tu comprends vite que c'est lui. Il arque un sourcil en te voyant encore assise, un tas de dossier posé sur ton bureau et tes chaussures à talons jetés avec dédain sur le côté, pas assez confortable.

- Vous n'êtes pas prête ?

Tu secoues la tête et ton regard part se poser sur l'horloge. Mon dieu il est 18 h 45 ! Je m'excuse auprès de mon patron et commence à ranger tout le plus vite possible, sans pour autant mettre la pagaille dans mon bureau. Dès que c'est fini je souris fièrement et me tourne vers lui en lui disant qu'on peut y aller, mais il secoue la tête. Je ne comprends pas pourquoi ? Tout les dossiers sont rangés , la pièce est nickel, tout est parfait. Il me jette alors un petit regard sur la droite et je suis ses yeux ébènes. Mes chaussures ! Je souris bêtement et enfile mes chaussures alors que je me mordille la lèvre, tandis que mon patron rigole légèrement. Son rire est léger et sincère, et il y a une petite once sexy qui vient racler contre sa gorge, dont la pomme d'Adam subtilement saillante est très sensuelle. Une fois tes chaussures enfilées, tu prends ta veste que tu avais accroché au porte manteau et le regarde. Il comprend alors que tu es tout à fait prête et il sourit en coin. Il prend ton sac à main et le porte avant de poser sa main dans ton dos et de t'inviter vers la sortie. Vous vous dirigez vers l'ascenseur et une fois que les portes de métal se referment sur vous, l'ambiance change du tout au tout. C'est comme si d'un coup, tu prenais conscience de la présence de ton patron. Tu prends conscience de son corps masculin si attirant. Tu prends conscience de ton corps à toi que se réchauffe très vite en peu de seconde. Tu te mordilles la lèvre inférieur alors que ton souffle aimerai accélérer, mais le peu de contenance que tu as, aide a gardé ton souffle silencieux. Pourtant, les yeux de ton patron ne rate pas ta poitrine se soulevé plus haut et plus vite. Tu ouvres alors la bouche, mais il te coupe de suite.

- Tu.. ou Jihoon, c'est mieux si on laisse tomber les formalités pour aller boire un verre, Manon.

Sa façon de dire Manon est juste exquise. Il a un petit accent de Busan qui rend la prononciation vraiment sensuelle. Tu es sûre qu'il pourrait me dire une liste d'objet avec cette voix et tu serais excitée rien qu'en l'écoutant. Tu tentes chasser cette pensée puis te lance enfin pour poser cette question que tu as en tête depuis tout à l'heure.

- Vous.. Tu le pensais vraiment ce que tu disais tout à l'heure ?

- Que je te prendrai bien ? Bien sûr, je ne dis jamais sans raison, et tu es ma raison.

Tu rougis face à ses mots et tu entends encore une fois ce léger rictus caresser sa gorge pour venir mourir sur ses lèvres, une fois au contact de l'air. Il sourit encore une fois et tu remarques à quel point ses lèvres sont si bien dessiné sur son visage parfait. L'ascenseur arrive enfin en bas, et la main de Jihoon vient encore trouvé le creux de ton dos pour te guider vers la droite. Tu descends la rue avec lui et vois au lui une immense enseigne lumineuse rouge ''BlackSmith''.

- Allons prendre ce verre ! Souris-tu légèrement pour dissiper ton stress

- Et plus si affinité ! Sourit-il malicieusement

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
Lee Jihoon

Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 22
Localisation : Busan

I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: Re: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you EmptyVen 28 Déc - 18:16

Open me:
 

I can't stop staring at you

Affinité … ce mot est pourtant si simple. Chaque lettre s’emboîte parfaitement les une dans les autres pour former ce mot qui ne devrait pas tant attiser en toi une certaine curiosité. Rapport de conformité, de ressemblance, lien plus ou moins sensible, voilà ce que c’est l’affinité. Pourtant, ici tu sens que le mot conformité n’a rien avoir, et encore moins la ressemblance … il y a certes, un lien, mais lequel. L’homme juste en face de toi est ton employeur, ton patron et pourtant… Pourtant le lien que tu ressens dépasse le stade de simple employé-employeur. Alors que tu te questionnes encore sur cette affinité, les yeux de ton patron s’ancrent sur ta petite silhouette frêle. Tu n’es pas forcément timide, mais il faut dire qu’il en impose. Son charisme sort par chaque pore de sa peau parfaitement lisse et pâle. Si les vampires existaient, peut-être en serait-il un ? pour être franc cela ne t’étonnerai pas. Il a une sorte d’aura autour de lui qui t’attires vers lui encore et encore. Un verre et plus si affinité… voilà la phrase dans laquelle il t’a perdu.

- Est-ce que ça va ?

Sa voix suave et envoûtante te parvient aux oreilles et tu lèves les yeux de ton verre pour le regarder. Ces traits ne sont pas inquiets, au contraire. Il a l’air de s’amuser de la quelconque situation qui se passe en ce moment. Peut-être aime-t-il te déstabiliser ? non, ça c’est sûr, rien que son sourire provoque chez toi un tu-ne-sais-pas-quoi qui te ronge de l’intérieur. Tu lui souris et lui réponds que tout va bien et un autre de ses célèbres rictus quitte ses lèvres. Il pose alors sa main sur le comptoir et joue avec son verre déjà vide, dont les glaçons tamponnent contre les parois du récipient. Sans que tu ne saches pourquoi, ta respiration s'accélère un peu et tu peux sentir la chaleur monter dans tes joues. La main de l'homme en face de toi vient se poser sur ta cuisse. La chaleur de sa main traverse ta jupe noir et tu frémis. Ses doigts glissent un peu plus bas et viennent bientôt touché ta peau découverte. Le tissu de ton vêtement était fluide, tu pries pour que sa main se glisse juste en dessous. Tu arrêtes cette pensée quand tu te rends compte que tu es dans un lieux publique et tu ouvres les yeux. Tu n'avais même pas remarqué que tu les avais fermé. Ton regard se pose sur lui et tu peux le voir se mordiller la lèvre alors qu'il scrute avec attention ta chair laiteuse. Tu peux voir sa pomme d'Adam monter et descendre avec une certaine difficulté et cela t'excite. Tu peux sentir une chaleur naissante entre tes cuisses. Tu amènes alors tes lèvres à ton verre et commence à boire le cocktail qui t'a été apporté. Il est légèrement sucré et le goût passe vraiment bien ! Tu sens à peine l'alcool et tu sais que cela est traître, mais tu as juste envie de profiter de la soirée d'aujourd'hui alors tu n'y fais pas trop attention. Tu bois le tiers de ton verre en une traite, essayant de dissiper ce malaise et manque de conversation. Lorsque tu relances un regard vers ton patron, tu peux le voir s'humecter les lèvres alors qu'il ne cesse de regarder les tiennes qui sont légèrement humides dû à la boisson, et donc, qui reluisent légèrement avec les lumières du bar. Soudain, le silence que tu pensais rompre grâce à l'alcool, est brisé grâce à Lee Jihoon.

-Vous travaillez avant pour D0 ? N'est ce pas ? Demande-t-il alors qu'une femme lui resserre un verre de whiskey.

-Oui. Monsieur Kyungsoo m'a par la suite conseiller de partir pour votre entreprise afin d'améliorer mes capacités.

-Il paraît que vous êtes très efficace. Je n'ai lu que des bonnes choses à votre propos, d'où l'embauche si facile. J'espère ne pas être déçu. Néanmoins vous savez que j'en demande beaucoup plus que D0 ? Votre contrat dans mon entreprise est exclusif. Page 22, paragraphe 3 ,alinéa 17, il est clairement indiqué que je peux rajouter n'importe quelles closes au contrat tant que vous travaillez pour moi.

- Effectivement. Je suppose que si j'ai signé, c'est que je n'ai pas de problème avec cela. Je suppose que toute les grandes entreprises fonctionnent comme cela.

- Non. Je suis le seul à proposer cela. J'aime avoir un contrôle total sur mes employés et millimétrée au mieux leur contrat. C'est pour cela aussi que j'ai de nouvelles closes pour vous à appliquez dès aujourd'hui.

Tu déglutis difficilement. Comment est-ce possible qu'une entreprise fonctionne comme cela ? Fait-il cela par intérêt personnel ? Pourquoi fait-il cela ? Et surtout que va-t-il te demander. Tu ne peux t'empêcher d'être hypnotisé par ses lèvres et son regard autoritaire qui éveille quelque chose en toi et pourtant. Tu as presque l'impression de craindre cet homme autant que tu le désires. Tu le désires ? Quoi ? Tu secoues légèrement la tête et te re-concentre. Apparemment, il avait vu ton égarement et s'était arrêté de parler. Une fois que tu lui prêtes toute ton attention, il commence à parler de sa voix suave.

- Tout d'abord, vous ne pouvez refuser les sorties que je vous proposerai sauf exception. Vous m'accompagnerez à mes galas et autres sorties d'affaire ou non. Pour l'instant c'est tout, mais attendez vous à d'autre choses à venir, suivant le courant de cette soirée.

Tu hoches la tête puis lève ton regard vers lui et ancre tes yeux dans les siens si sombres et si parfaits. Tu te demande ce qui doit encore venir ? Pour toi, toute les tâches professionnels que tu dois faire sont expliqués dans ton contrat ou alors viennent d'être ajouté maintenant. Qu'est ce qu'il pourrait demander de plus. C'est alors que tu entends presque sa voix dire toi. Toi... C'est toi qu'il voudrait. Il voudrait te prendre et mon dieu comme l'intérieur de tes cuisses réclament son attention depuis tout à l'heure ! Tu deviens rouge face à tes pensées, qui encore une fois, ont été beaucoup trop loin. Tu humectes tes lèvres alors que ta bouche devient très vite sèche en sa compagnie et pour combler cette déshydratation, tu bois un coup dans ton verre, en le vidant pratiquement. Il te regarde étonnée et tu souris avant de poser une question qui te chatouille le bout des lèvres.

- Et qu'est ce qu'il est censé se passer ce soir ?

- Vous et moi, dans un lit.

Il se lève de son tabouret et s'approche de toi. Il écarte légèrement tes jambes et se glisse entre elles avant de s'abaisser un peu pour que ses lèvres soient contre ton oreille. Tu peux sentir son souffle sur ta peau et des frissons te parcourent alors que tu as la chair de poule d'un coup.

- Dans des positions que je rêve de faire depuis que j'ai posé les yeux sur vous.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
Lee Jihoon

Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 22
Localisation : Busan

I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: Re: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you EmptyDim 7 Avr - 23:44

I can't stop staring at you

Tu ravales difficilement ta salive et le regarde. Ses mains caressent lentement tes cuisses et tu peux sentir son souffle caresser ton visage. La chaleur qui monte dans tes joues pour les rougir, envahi tout ton corps et tu te sens prise au piège d'un fond inconditionnel. Il sourit en coin et approche ses lèvres
de ton oreille et juste ce geste te fait frisonner.

-Je pense qu'il serait temps qu'on parte, dit-il d'une voix suave et sensuel.

Tu peux sentir un frisson parcourir ton échine et alors qu'il se lève, tu le suis sans dire un mot. Tu ne sais vraiment pas ce que tu pourrais dire. D'ailleurs , est-ce qu'il y a des choses que tu peux dire dans ce genre de moment ? Tu laisses ton esprit vagabonder, mais tu reviens sur Terre lorsqu'il te prend la main. Elle est si chaude et douce, que tu as envie de ne jamais la lâcher. Tu trouves ce contact si rassurant et attachant. Il s'arrête et tu l'imites. Son dos est face à toi et il a l'air de chercher quelques choses du regard. La nuit est douce, pas trop froide et cela te rassure car tu avais peur d'avoir froid avec ta jupe. Les réverbères de la ville éclairent la rue déserte et calme. Soudain, apparaît au carrefour une voiture noir, très chic, très luxueuse. Elle vient se garer juste devant vous et sans que quelqu'un ne vienne ouvrir la porte, celle-ci s'ouvre devant vous. Il t'invite à monter dans le véhicule, et c'est un peu réticente que tu le fais. Tu atterris alors sur un siège en cuire noir qui apparemment est chauffé. Tu as assez d'espace pour étendre légèrement tes pieds et c'est fort agréable et aussi bizarre, tu n'en as pas l'habitude. Devant toi se trouve le siège conducteur qui est séparer par une sorte de vitre noire teintée. Une fois que ton boss est rentré et que la porte s'est fermé, il ordonne à un certain Seungcheol de vous conduire à la Secondaire. Tu ne comprends pas de quoi il s'agit exactement, mais tu n'oses pas posé la question de peur de paraître stupide. Déjà que tu as les mains posés sur tes genoux et les épaules légèrement rentrée, tu ne peux pas montré plus de signe de nervosité.

-Je n'ai jamais tué quelqu'un, vous pouvez vous relaxer. Nous allons juste chez moi. A moins que vous auriez préféré un hôtel ? Demande-t-il en ne cessant de te regarder.

Tu peux sentir ses deux prunelles noirs te transpercer. Il est complètement entrain de te déshabiller du regard et il ne se fait pas discret. Depuis que la voiture a démarré, ses yeux t'observent. Ils suivent les courbes de ton corps, les formes élancées de tes jambes, et ils essaient de dissimuler les secrets que tes vêtements cachent. Ces yeux affamés sont encore plus mis en avant avec cette façon qu'il a de frotter ses lèvres lentement avec son doigt, comme s'il jugeait ce qu'il était entrain de voir. Tu peux voir clairement la pulpe de ses lèvres bougés au fur et à mesure que son doigt fait un allé-retour dessus. Est-ce qu'un homme peut-être aussi sexy en ne faisant pratiquement rien ? Tu déglutis difficilement et te rappelles d'un coup qu'il t'a posé une question.

-Non, chez vous, ça me paraît vraiment bien, arrives tu à articuler, la voix tremblante de nervosité et peut-être même d'envie.

Il sourit un coin et tu peux sentir tout ton corps trembler. Cette façon qu'il a d'attiser ton envie est incroyable. Tu peux sentir que ta respiration s'est accélérée et tu en as même des bouffées de chaleur. Rien de dérangeant, mais tu sais que s'il continue de te fixer, il va vite s'en rendre compte. Tu peux aussi sentir ta gorge s'assécher au fur et à mesure du trajet. Tu pourrais boire n'importe quoi, même de l'eau ! Ou peut-être pas, tu n'es pas si desespérée que ça si ? Tu souris à cette simple pensée, et du coin de l'oeil tu peux voir son regard s'embraser Est-ce parce que tu as sourit ? Est-ce que toi aussi, tu as un certain contrôle sur lui ? Cette idée te plait assez bien et tu sais que tu as besoin d'en savoir plus Tu as envie de voir si tu as cette emprise sur lui. Tu n'as pas le temps de faire quoique ce soit pour prouver tes pensées, qu'il agit en premier et pose sa main sur ta cuisse dénudée. Ce contact est encore une fois incroyable et tu te mordilles la lèvre. Sa main caresse avec un doigté exceptionnel ta peau laiteuse. En faisant ses allés-retour, il remonte de plus en plus vers ton intimité et tu n'as pas remarqué que tu commençais légèrement à cambrer dans le siège.

-Le temps que j'ai passé à vous observez ne jamais été aussi magnifique que celui que je passe en ce moment à vos côtés, déclare-t-il d'un coup.

Tu ne peux t'empêcher de rire nerveusement, mais son air sérieux ne change pas. Tu te racles alors un peu la gorge et le regard timidement.

-Enfin, vous ne m'avez vu qu'aujourd'hui, rigoles-tu.

Il ne relève pas ce que tu dis, et l'ambiance se fait bizarre. Tu voudrais changer de sujet mais rien ne te vient à l'esprit. De quoi parle les gens riches comme lui ? Heureusement tu n'as pas besoin d'y penser que ton regard est captivé par la vue de dehors. La voiture roule dans une zone qui a l'air privé. Il s'agit d'une longue route solitaire fermé à la circulation. Il est bordée par une rangée d'arbres qui ,dans le noir, sont assez effrayants. Plus loin, une immense grille noire règne avec au centre les lettres L J. Il ne fait pas dans l'excès... Tes yeux partent alors en direction de l'immense maison moderne.
maison:
 
Tu restes émerveillés devant la bâtisse, mais pas le temps de t'y attarder plus, que la portière s'ouvre. Lee Jihoon sort du véhicule et te tends la main pour que tu le suives, ce que tu fais bien évidemment. Dès que vous êtes sorti du véhicule, la porte se referme et la voiture roule hors du domaine. Il ne te laisse pas le temps d'y prêter attention qu'il te guide dans la demeure. Il sort une carte de sa poche et la passe dans la serrure de sa porte. Une fois que tu entres dans l'endroit, tu n'as pas le temps de regarder à quoi ressemble la maison, qu'il te prend dans ses bras. Il accroche tes jambes à son torses et te soulève dans les airs. Il te plaque contre un mur et ses lèvres sont si proches des sienne, que tu peux sentir son souffle contre toi.

- Si vous ne le voulez pas, il est encore tant d'arrêter, mais une fois que j'aurais posé mes lèvres sur les siennes, vous serez à moi, et vous n'aurez aucun moyen de revenir en arrière. C'est votre dernier mot ?

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Jihoon
GODS
GODS
Lee Jihoon

Messages : 36
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 22
Localisation : Busan

I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: Re: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you EmptyJeu 18 Avr - 2:13

I can't stop staring at you

Tu ne peux pas parler, comme il a déjà inhibé tout tes sens. Tu ne fais que hocher la tête et le regarde avec une intensité qui fait ,pendant quelques secondes, vaciller son regard. La certitude rempli tes yeux et il le comprend assez vite. La chaleur vous consume tout les deux comme il vient poser sauvagement ses lèvres sur les tiennes.  Sa main passe dans ta nuque et ses fins doigts s'entremêlent dans tes cheveux. Tes pensées sont confuses comme tu ne l'as jamais fait. Tu devrais lui dire, mais tu n'arrives pas à sortir d'autres sons que des petits gémissements qui, tu peux le sentir, le font frissonner. Il aspire tes lèvres dans les siennes, puis caresse celle-ci de sa langue pour que tu le laisses entrer. Tu lui laisses plein accès à ta bouche et de suite la sensation incroyable de sa langue chaude embrase tout tes sens. Il a une manière de tourner sa langue avec la tienne qui te fait décoller. Le goût te rend de suite accro, et chaque dose de ses baisers sont comme une drogue dont tu ne peux te rassasier. Elles ont exactement le goût que tu imaginais, et cela est indescriptible ! Il attrape tes poignets et les monte au dessus de ta tête, alors qu'il vient enfuir son visage dans ton peau pour venir embrasser ta peau. Tu ne peux t'empêcher de cambrer et de gémir. Il continue alors sur cette zone là, comprenant que c'est ton point sensible.  

- Jihoon, s’il te plaît.

C'est tout ce que tu parviens à dire. Tu ne sais pas vraiment si tu le supplies de ralentir ou bien de continuer sur cette lancée, mais toi-même tu n'en es pas sûre. Ton souffle et le sien accélère et sa poitrine se soulève puissamment à travers sa chemise, et le simple fait de zyeuter cela, tu le trouves irrésistible. Il retire une main de tes bras et sa main monte le long de ta joue avec une tendresse et un désir palpable. Il repousse par la même occasion une mèche de cheveux pour la placer derrière ton oreilel. Tu pourrais presque jurer entendre battre son pouls lorsque ses lèvres reviennent s'emparer des tiennent, mettant le désordre dans ton corps et esprit. C'est ce que tu attends depuis tu ne sais combien de temps. Trouver l'homme qui te fera ressentir tout cela. Ton corps est comme enflammé, c'est une sensation totalement nouvelle pour toi. Jihoon prend ton visage aux joues écarlates dans ses mains, puis il rapproche ses hanches des tiennes. Tu peux sentir clairement son érection à travers le tissu de son pantalon bien trop tendu.

- Manon, dit il dans un souffle avant de ramener vivement sa bouche sur la tienne pour y glisser à nouveau sa langue.

Ton esprit perd tout contrôle et sens de la réalité et le trouble s'empare de chaque centimètre de ton corps. Sans interrompre le baiser, Jihoon te guide vers un sofa blanc qui se trouve un peu plus loin dans la pièce. Il t'allonge dessus et t'attire par les hanches contre lui. Ne sachant trop quoi faire, tu poses tes mains sur sa poitrine et grimpe sur son torse. Tu déboutonnes alors avec impatience et maladresse sa chemise avant de la faire descendre jusqu'à ces coudes. Tu poses alors tes mains sur son torse chaud et tu peux sentir sa poitrine monter et descendre au rythme de sa respiration. Tu gémis quand ses dents commencent à mordiller ton cou. Tu as la bouche sèche et tu ne reconnais pas ta propre voix lorsque tu appelles son prénom.

- Oh Jihoon !

Cette fois ta voix est plus claire et il lâche tes cheveux, pour te regarder droit dans les yeux. Ils sont rouges et luisant de désir, tout comme sa peau. Il s'éloigne encore une fois et tu grognes comme il s'éloigne trop souvent à ton goût ! Tu le veux en toi, tu veux le sentir ! Ses yeux s'ancrent dans les tiens.

- Qu'est ce que tu me fais, Manon ?

- Je ne sais pas... La même chose que vous me faites.. réponds-tu dans un souffle.

C'est la vérité. Du pouce il suit le contour de tes lèvres.

- Cès lèvres... quand je pense à tout ce qu'elles pourraient faire..Tout ce qu'elles pourraient me faire.. dit-il d'un ton séducteur avec une voix extrêmement profonde.

Ses lèvres reprennent le contrôle et tu frissonne lorsqu'elles frôlent ton menton. Il continue de déposer des baisers le longs de tes joue et quand elles reviennent dans ton cou, tes doigts se crispent dans sa peau, le faisant grogner tel un animal.

- Jihoon !

En gémissant, tu passes tes jambes autour de lui, et passes les mains dans son dos en le griffant légèrement.

- Je veux t'entendre gémir mon prénom, Manon, encore et encore. Laisse-moi faire, dit-il d'un ton suave.

Les mots sortent de ta bouche en se bousculant et il sourit dans ton cou, sans cesser cet assaut si doux avec ses lèvres. Il empoigne tes cuisse et les caresse et la sensation est tellement brute et agréable. Ses mains alors viennent défaire ton chemisier blanc. Ses yeux s'arrondissent lorsqu'il voit le soutien-gorge noir en dentelle que tu portes. Celui-ci porte parfaitement tes seins et leur donne un aspect de plénitude qui à l'air de lui plaire. Il les attrape sauvagement pour les presser entre ses doigts et la sensation bien que violente est surprenante mais appétissante. Alors que son regard insistant sur toi te fait rougir, tu t'apprêtes à cacher ton corps de tes mains, mais il t'en empêche et ses yeux te regarde avec férocité.

- Ne cache jamais ton corps.. pas avec moi.

Tu veux te justifier, mais il ne t'en laisse même pas le temps.

- Je ne veux pas que tu caches ton corps, tu n'as pas à en avoir honte, Manon. Je suis sérieux regarde-toi ! Et regarde moi, je bande rien qu'en te voyant, dit -il avec intensité.


Vas-tu coucher avec lui ? Est-ce que ta première fois va se passer ainsi ? - à suivre
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




I can't stop staring at you Empty
MessageSujet: Re: I can't stop staring at you   I can't stop staring at you Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I can't stop staring at you
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CROP :: Mazi-
Sauter vers: